Aux premières pages de l’étrange cas de Juliette M.


L42TRANGE CASÉtrange ? Oui, étrange est ce titre français comme le titre anglais : L’étrange cas de Juliette M. ou Madman’s daughter de Megan SEPHERD.

Je ne sais pas à quoi m’attendre avec ce nouveau roman en plusieurs tomes : sera-ce un thriller ou un livre fantastique? Réel ou imaginaire ?

Sur la couverture, cette jeune femme d’un autre siècle est certainement Juliette M.. Le lecteur ne perçoit pas son visage. Il ignore ses pensées mais il peut imaginer une certaine détresse. Les pieds nus, les abords de cette étendue d’eau, la manche tombant sur son
épaule présagent une fuite ou une perte de contrôle. Pourquoi cette jeune femme se dirige-t-elle vers cette étendue sombre et glaciale ? La blancheur de sa robe est-elle un hasard ou le symbole de son innocence et de son ignorance ?

Son père, un scientifique fou (ou très habile) a-t-il fait de sa fille un cas ? Pour quelle raison ? Que représente-t-elle à ses yeux ? Qui s’exprime à travers ce titre ? Le père ou la communauté ?

J’attends de lire dans ce nouveau roman une intrigue dense et angoissante. Peut-être que la monstruosité qui va se dégager de ces pages va-t-elle être parée par la sensibilité et l’intelligence de Juliette ?

Juliette… un prénom qui appelle aussi un Roméo, n’est-ce pas ? Est-ce que ce sera aussi une aventure romanesque ? J’ai une petite attente aussi de ce côté-là…

Voici un livre plein de promesses dont le mystère ne sera certainement pas résolu dans le premier livre puisqu’il existe un deuxième tome… Je tourne la page de couverture et l’ambiance semble lourde. Déjà, sur les murs et aux alentours, des spécimens sans nom reposent dans la lourdeur du lieu obscur. Au sol, du sang…

Résumé de l’éditeur :

Depuis que son père, physicien de renom, a scandalisé la communauté scientifique de Londres par ses expériences effrayantes, l’existence de Juliette Moreau a radicalement changé. Pensant son père mort, elle est désormais employée comme domestique à l’université. La jeune fille doit aussi apprendre à survivre seule dans l’atmosphère sombre et dangereuse de la ville. Lorsqu’elle retrouve par hasard Montgomery, son ami d’enfance et assistant de son père, Juliette apprend que le docteur Moreau est toujours en vie et s’est isolé sur une île du Pacifique afin de poursuivre ses expérimentations. Est-il vraiment le fou qu’on l’accuse d’être, ou un génie incompris ?

Juliette décide d’accompagner Montgomery sur l’île pour découvrir elle-même la réponse. Durant la traversée, leur bateau recueille un naufragé, Edward Prince, un jeune homme mystérieux et taciturne, qui n’a d’autre choix que de les suivre sur l’île. Juliette s’aperçoit alors que les recherches de son père l’ont conduit à créer des monstres, mi-hommes, mi-bêtes, qu’il tente de pousser à dépasser leur condition animale.Tandis qu’à l’extérieur de leur campement, le danger rôde, car l’une des créatures tue sans relâche, Juliette découvre peu à peu, prise entre horreur et curiosité scientifique, qu’elle aussi fait partie de ce terrifiant secret.

Publicités

5 commentaires sur “Aux premières pages de l’étrange cas de Juliette M.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :