Mise à jour… Quoi de neuf dans ma vie de lectrice? Un thème autour de la deuxième guerre mondiale.


Voici une petite mise à jour de cet article publié début août.

J’ai reçu de nombreux conseils que je tenais à ajouter dans ce réseau de lecture. J’ai parcouru des blogs et des avis intéressants et j’en profite pour étoffer ma petite liste de livres sur le thème de la deuxième guerre mondiale.

Vous m’excuserez de cette répétition mais je trouvais important de réitérer ce thème au cas où d’autres blogueurs me suggéreraient des livres et des histoires et, surtout, au cas où des lecteurs auraient besoin de références… parce qu’ils sont passionnés par cette période historique.

Je vous transmets les couvertures des livres, les résumés des éditeurs et des liens. Si vous avez d’autres idées intéressantes, n’hésitez pas!

Voici les livres qui me sont conseillés et que j’ai piochés à droite et à gauche, sur le net. Je manquerai pas de les découvrir prochainement.

  • Rose sous les bombes de Elisabeth Wein qui serait le deuxième tome venant après Nom de code : Verity du même auteur.
  • La petite fille au manteau bleu de Didier Lecomte.
  • L’enfant au pyjama rayé de John Boyne.
  • La scène des souvenirs de Kate MORTON.
  • Au nom de tous les miens de Martin GRAY. (conseil très à propos de Bleu Lézard : merci beaucoup!!)
  • Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre de Ruta SEPETYS (suggestion très sympa de l’Ébouriffée, voir les commentaires)
  • La nuit d’Elie WIESEL (toujours une belle proposition de l’Ébouriffée. Encore merci!)
  • Et tu n’es pas revenu de Marceline LORIDAN-IVENS. (Mille remerciements à l’Ébouriffée)
  • La mort, entre autres de Philip Kerr.

Voici les résumés des éditeurs de chacun des livres cités ci-dessus (pour vous faire une idée):

Nom de code vérityNom de code : Verity de Elisabeth Wein

Il me reste deux semaines à vivre. Ensuite, je sais que vous me tuerez. C’est le sort que vous réservez à tous les espions que vous coincez, non ? Alors autant coopérer, si ça peut m’éviter les interrogatoires brutaux du capitaine SS von Linden. Je vais vous livrer tout ce que je sais de l’effort de guerre britannique : les codes, les lieux, les modèles d’avion…

Tout a commencé le jour où j’ai rencontré Maddie. Le pilote qui m’a conduite jusqu’en France, c’était elle. Nous avons tenté une invasion en tandem… Nous formions une équipe du tonnerre.

Rose sous les bombesRose sous les bombes de Elisabeth Wein : 

Rose Justice est une jeune pilote de liaison américaine,qui opère sur le territoire britannique pendant l’été 1944. Capturée par la Luftwaffe, et après avoir refusée de travailler dans une usine construisant des bombes, elle est finalement envoyée dans le camp de Ravensbrück.

Emprisonnée avec une française, coupable d avoir épousée un juif, des jeunes-femmes polonaises victimes d atroces expérimentations nazies et des prisonnières de guerre de l’Armée Rouge, elle va alors se trouver confrontée aux pires atrocités de la guerre. Elle va aussi découvrir que sa survie et plus encore son humanité dépendent de la puissance des liens qu elle va forger avec des femmes qu elle n’aurait normalement jamais du rencontrer.

la petite fille au manteau bleuLa petite fille au manteau bleu de Didier Lecomte:

Durant la seconde guerre mondiale, une petite fille victime des nazis appelle son sauveur à travers le temps (1943-2010).

Coup de cœur d’Eliette Abécassis – Prix Femme Actuelle 2015. Ce qui m’interpelle dans ce livre, c’est le côté fantastique…

L'enfant en pyjama rayéL’enfant au pyjama rayé de John Boyne.

Vous ne trouverez pas ici le résumé de ce livre, car il est important de le découvrir sans savoir de quoi il parle. On dira simplement qu’il s’agit de l’histoire du jeune Bruno que sa curiosité va mener à une rencontre de l’autre côté d’une étrange barrière. Une de ces barrières qui séparent les hommes et qui ne devraient pas exister.

la scène des souvenirsLa scène des souvenirs de Kate MORTON

Suffolk, 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère mourante. Alors qu’elles parcourent ensemble un album de famille, une photo s’en échappe – un instantané que Laurel n’a jamais vu. L’une des deux jeunes femmes est bien sa mère, Dorothy, mais l’autre ?

Sans s’en douter, Laurel vient d’ouvrir la boîte de Pandore, libérant les secrets, et les souvenirs. Ceux de Dorothy, qui dorment sous les décombres des bombardements londoniens de 1941, mais aussi les siens – ce terrible et brûlant été de son enfance…

au nom de tous les miensAu nom de tous les miens de Martin Gray.

De la guerre, le petit Martin connaîtra tout : les privations, les humiliations, la peur durant le temps passé au ghetto de Varsovie, l’horreur absolue des camps nazis à Treblinka, la fureur de vivre quand il s’en échappera caché sous un camion, l’abattement et aussi le suprême courage quand il apprendra qu’il a perdu tous les siens…Et puisqu’il faut bien vivre, il s’engagera dans l’Armée rouge, puis partira aux États-Unis…

Enfin la paix reviendra. Martin reconstruit alors sa vie et rencontre le grand amour en la personne de Dina.

C’est dans le sud de la France, par une journée d’été éclatante, que le destin le blessera à nouveau – à mort – en décimant ceux qui lui sont les plus chers.

Ce récit de vie, extraordinairement dramatique, a fait le tour du monde. Traduit dans plus de vingt langues, adapté au cinéma par Robert Enrico, devenu ensuite un feuilleton, il continue à toucher des millions de lecteurs, car son message de courage, mais aussi d’espérance, est universel

ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre de Ruta SEPETYS.

Lina est une jeune Lituanienne comme tant d’autres. Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d’art. Mais un nuit de juin 1941, des gardes soviétiques l’arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d’un terrible voyage.

Dans ce désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient. Mais Lina tient bon, portée par l’amour des siens et son audace d’adolescente. Dans le camp, Andrius, 17 ans, affiche la même combativité qu’elle.

La nuitLa nuit d’Elie WIESEL.

Né en 1928 à Sighet en Transylvanie, Elie Wiesel était adolescent lorsqu’en 1944 il fut déporté avec sa famille à Auschwitz puis à Birkenau.

La Nuit est le récit de ses souvenirs : la séparation d’avec sa mère et sa petite sœur qu’il ne reverra plus jamais, le camp où avec son père il partage la faim, le froid, les coups, les tortures… et la honte de perdre sa dignité d’homme quand il ne répondra pas à son père mourant.

et tu n'es pas revenuEt tu n’es pas revenu de Marceline LORIDAN-IVENS.

« J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le cœur. Je voudrais fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. »

La mort entre autresLa mort, entre autres de Philip Kerr.

On se souvient de Bernie Gunther, l’ex-commissaire de police devenu détective privé, qui, à la fin de La Trilogie berlinoise, assistait à la chute du IIIe Reich, conscient de la corruption qui, à Berlin comme à Vienne, minait le régime.

1949. Bernie vit une passe difficile. Sa femme se meurt, et il craint que le matricule SS dont il garde la trace sous le bras ne lui joue de sales tours. Une cliente affriolante lui demande de retrouver la trace de son époux nazi, et le voici embarqué dans une aventure qui le dépasse. Tel Philip Marlowe, son alter ego californien, et en dépit de son cynisme, Gunther est une proie facile pour les femmes fatales…

Atmosphère suffocante, manipulations, et toujours l’Histoire qui sous-tend habilement la fiction : du Philip Kerr en très grande forme.

Fraulein FranceFraülein France de Romain SARDOU.

  • Pour lire mes attentes de lecture, cliquez ICI. Ici, vous trouverez le résumé.
  • Pour lire mon avis détaillé, cliquez ICI.
  • Pour lire mon parcours de lecture, cliquez ICI.

toute la lumièreToute la lumière que nous ne pouvons voir d’Anthony DOERR.

  • Pour lire mes attentes de lecture, cliquez ICI. Ici, vous trouverez le résumé.
  • Pour lire mon avis détaillé, cliquez ICI.
  • Pour lire mon parcours de lecture, cliquez ICI.

voleuse de livres

La voleuse de livres de Markus ZUSAK. 

1939, en Allemagne nazie.

Liesel et son jeune frère sont envoyés par leur mère dans une famille d’adoption en dehors de Munich. Sur la route, la Mort s’empare du frère de Liesel et remarque la petite fille. Ce sera la première d’une longue série d’approches. Durant l’enterrement de son frère, la vie de Liesel va basculer : elle trouve un objet singulier, partiellement caché sous la neige, un livre intitulé Manuel du fossoyeur. Avec son père adoptif, elle décide d’apprendre à lire, d’abord le Manuel du fossoyeur, puis, plus tard, des trésors volés, dont un livre banni qu’elle sauve, malgré les dangers, d’un autodafé. Les vols que commet Liesel viennent de sa faim intense de comprendre ce qui se passe autour d’elle. Sans argent pour acheter des livres, elle les subtilise.

À mesure que l’histoire avance, la Mort s’empare de nombreuses vies mais Liesel et ses livres continuent à lui échapper. D’après les mots mêmes de la Mort, elle est une  » experte pour se mettre à l’écart « .

Elle s'appelait sarahElle s’appelait Sarah de Tatiana de ROSNAY.

Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l’étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit.
Paniquée, elle met son petit frère à l’abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible.

Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un Français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie va changer à jamais.

Elle s’appelait Sarah, c’est l’histoire de deux familles que lie un terrible secret, c’est aussi l’évocation d’une des pages les plus sombres de l’Occupation.

Un roman bouleversant sur la culpabilité et le devoir de mémoire, qui connaît un succès international, avec des traductions dans trente-quatre pays.

un secretUn secret de Philippe GRIMBERT.

Souvent les enfants s’inventent une famille, une autre origine, d’autres parents
Le narrateur de ce livre, lui, s’est inventé un frère. Un frère aîné, plus beau, plus fort, qu’il évoque devant les copains de vacances, les étrangers, ceux qui ne vérifieront pas…

Et puis un jour, il découvre la vérité, impressionnante, terrifiante presque. Et c’est alors toute une histoire familiale, lourde, complexe, qu’il lui incombe de reconstituer.

Une histoire tragique qui le ramène aux temps de l’Holocauste, et des millions de disparus sur qui s’est abattue une chape de silence.

A titre indicatif, je vous remets brièvement les titres et les auteurs des livres que j’ai lus. Vous pouvez cliquer sur les titres pour lire et relire les articles en liens.

Merveilleuses découvertes et bonnes lectures à toutes et à tous.

A bientôt.

Publicités

5 commentaires sur “Mise à jour… Quoi de neuf dans ma vie de lectrice? Un thème autour de la deuxième guerre mondiale.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :