Pardonne-lui si je ne lui pardonne pas.


Mon avis copieUne couverture rosée… Une fleur, comme une offrande… Un vieux livre.

Pardonne-luiCe roman commence par un mystère : les premières pages écrites en lettres italiques semblent décrochées de l’histoire principale. Il m’a fallu plusieurs heures avant d’établir le lien entre ce vieux livre, ces premières lignes et l’ensemble du livre. Je ne vous livrerai pas le fil conducteur, ici.

Ce que je pense de l’histoire :

Voilà un gros pavé qui s’est offert à moi. Ce livre regroupe plusieurs histoires entremêlées. Chaque chapitre a son narrateur : la petite fille, Sage ; Minka, la grand-mère puis Léo… et aussi le témoignage du Nazi.

Il y a aussi ces pages qui terminent ou commencent un chapitre, en italique, avec les odeurs de bon pain, les coulées de sang, ce monstre tiré des légendes polonaises… Je sentais qu’il existait un lien avec Sage, son métier, son expérience transmise…

La toile de fond est la traque des Juifs, le « parcage » dans des ghettos, la suppression des droits et des libertés, les camps de travail, l’extermination jusqu’aux camps de la mort. Peut-on pardonner ce cheminement ? Sage peut-elle excuser ces actes prémédités ? Qui est vraiment ce vieil homme ?

L’histoire est inquiétante. On sait tous où elle a mené les Juifs. On se demande ce qu’il adviendra de ces victimes-là, celles du livre… Je m’impose l’idée que cette destruction massive est impardonnable. Et pourtant… Jodi PICOULT s’impose un questionnement. Je la suis avidement tout au long de son histoire. L’intrigue est bien construite même si la fin me semble évidente. Ce vieil homme est facilement démasqué. Cela n’enlève rien de l’objectif que c’était fixé l’auteur : nous livrer des faits historiques, des témoignages. Objectif réussi !

Je retrouve dans ce livre des allusions au Journal Anne Franck, la liste de Schindler de Thomas KENEALLY, le pianiste de Wladyslaw SZPILMAN et les autres documentaires que j’ai pu voir à la télévision ou lorsque j’étais collégienne… Toute l’horreur et la cruauté dont est capable un humain ! Comment est-ce possible ?

Ce que je pense des personnages :

Les personnages sont crédibles et magnifiquement dépeints. Jodi PICOULT ne triche pas. Ils sont sensibles, comme Sage. Ils sont cruels. Ils sont justiciers, comme Léo. Ils sont perdus… Ils ont des regrets ou pas… Ils aimeraient que… Ils pardonnent… Ils tuent comme des sauvages !

On y retrouve les questionnements et les réflexions de chacun. Une romance traverse toutes ces pages… Les religions et les légendes se rencontrent, avec intelligence.

Ce que je pense de l’écriture de l’auteure :

Jodi PICOULT utilise les mots qu’elle a sous la main, sans fioriture, sans victimisation, avec naturel, malgré la haine qu’elle dépeint, malgré la souffrance. Son ton est juste. Elle tente d’être neutre mais c’est le lecteur (ou la lectrice) qui l’est moins !

En bref :

Voici un joli ouvrage, cruel, qui retrace notre passé sombre. Si un seul devait être lu, je dirais qu’on pourrait commencer par celui-là avant de ressentir des émotions encore plus fortes et dangereuses avec la liste de Schindler et le pianiste. Ces derniers sont des œuvres qui m’avaient terriblement touchées et bouleversées !

Une réussite, même si la fin se dévoile avant la chute. Je n’oublierai pas ce roman.

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥ ♥

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :