Et si cette quête du doux pardon était la mienne ?


Mon avis copie

Je commence ce livre avec un scepticisme redoutable. Je me suis laissée influencer par des avis mitigés. Pourtant, ce livre a atterri dans mes mains ! Je lis les premiers chapitres sans vraiment me concentrer. Puis, chapitre 8, mon intérêt grandit. Ma lecture est en dents de scie… Entre clichés et émotions, mon cœur ne cesse de battre d’un côté à l’autre pour obtenir un final, qui sans être une surprise, est assez positive.

Ce qui est déroutant avec ces livres, c’est le côté caricatural de certaines personnalités (je pense au maire et à son adolescente de fille). On retrouve toujours les mêmes traits et les mêmes ignorances des personnages principaux, naïfs et aveugles. Hannah se laisse troubler par les apparences et se rend compte, un jour, qu’elle n’a pas fait les bons choix.

Un doux pardonPuis, il y a des auteurs, qui a partir d’un sujet, le pardon, développe une histoire attendrissante et touchante où le lecteur se retrouve, s’identifie et développe ses propres théories et ses intimes émotions. Ce livre, Un doux pardon, me touche et éveille en moi des sentiments repoussés, éloignés, que je souhaiterais soigner avant qu’il ne soit trop tard.

Est-ce pour cela qu’un livre, un thème, une histoire nous touche plus qu’une autre ? Je le pense…

Si la situation initiale et le contexte sont anodins, artificiels ou je ne sais quoi encore, le cheminement de l’héroïne est, pour moi, intéressant. Doublé d’une histoire amoureuse gentillette, je suis plus attachée à la question du pardon, de l’abandon, du secret familial et de la quête de soi.

Lori NELSON SPIELMAN a un don particulier dans la recherche de l’équilibre de soi. Elle tricote des questionnements à partir de vieilles laines, des personnages hyper utilisés… Le résultat final est admirable. J’aime beaucoup… Ce thème était déjà développé dans Demain est un autre jour (CLIQUEZ ICI). C’est un deuxième roman à la même hauteur que le premier.

Voici un joli roman, donc, qui a une résonance toute particulière pour moi. Je l’ai trouvé progressif, du futile au plus profond, avec juste ce qui faut de pudeur et de réflexion pour m’émouvoir et le garder en mémoire. Ajoutée à un soupçon d’humour et de dérision, la recette est agréable et convaincante à mon goût.

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥ ♥

Publicités

4 commentaires sur “Et si cette quête du doux pardon était la mienne ?

Ajouter un commentaire

  1. Je l’ai beaucoup aimé moi aussi. C’est vrai qu’il a des facilités, pour le maire et sa fille comme tu le soulignes, mais j’ai bien aimé le « revirement » de la fille au final. Et l’histoire de la pierre de pardon m’a beaucoup touchée, je me suis même demandé si je n’allais pas faire de même.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :