Une vue à deux, un conte contemporain, juste et sensible

Voici un livre que je voulais lire depuis quelques mois, suite à Jules de Didier VAN CAUWELAERT (Cliquez ICI pour relire mon avis).

Je vous livre mon avis, en quelques lignes…

Mon avis copie

Une vue a deux est un roman, assez court, de Justine CAIZERGUES, jeune auteure du sud de la France, qui prolonge ma découverte d’un thème, le handicap visuel. Dans ce parcours de lecture, j’avais découvert Jules, Toute la lumière que nous ne pouvons voir d’Antony DOERR. Une lectrice de mon blog m’avait invitée à découvrir cette histoire. C’est chose faite, ce jour.

une vue à deuxMes attentes de lecture ont été vite fixées à partir de la couverture : un chien d’aveugle, un titre assez précis et évocateur et un résumé présentant Marion et sa plongée dans l’obscurité suite à un hasard de la vie. Mes attentes sont contentées. L’histoire est fidèle à ce qu’elle suggérait.

Le sujet, assez grave, est présenté avec douceur. La romance est délicate. Les relations aux autres sont communes à d’autres romans du même genre : on y retrouve un questionnement sur l’Autre, sur les liens familiaux, sur l’aide à la personne, sur l’indifférence, aussi. Je dirais que, si le début est fluide et conforme à nos attentes, il n’est pas novateur. Par contre, le roman gagne en intensité par l’évocation des extraits de vie de personnages atypiques, par le dévouement de certains individus et par l’explication du vécu de mal-voyants. On pourrait rire de leurs mauvaises aventures, j’en ressors un peu plus humaine et compréhensive.

Je pensais que le chien était central dans l’histoire. Il l’est mais l’attachement à ce chien guide monte crescendo dans le livre. Son rôle, superficiel au début, prend toute sa force au cours du roman. Ce n’est plus simplement un animal mais un être vivant qui a sa place. Je m’y attache, en même temps que le lien et la considération de Marion s’affirment.

L’écriture de l’auteure demanderait à s’étoffer. Certains faits sont juste suggérés, rapidement, au passage. Ce roman aurait gagné en profondeur avec quelques précisions, quelques développements. Outre les mots qui définissent les sentiments, j’aurais aimé découvrir davantage de situations pour comprendre les émotions des personnages, notamment ceux de l’ex-futur mari, de Marion elle-même, de la mère ou du directeur (pourquoi pas?). Je ressens davantage les sentiments de la sœur qui par ses gestes et ses attentions nous donne une image de l’impuissance que peut ressentir l’entourage d’une personne victime d’un tel handicap et si subit.

En bref, Justine CAIZERGUES, par un sujet délicat, nous livre un roman sensible et efficace. Elle y met tous les ingrédients pour nous sensibiliser à la différence et au handicap. Son message est profond et atteint forcément ses lecteurs. Sa plume est légère et ne demande qu’à s’affirmer. Je suivrai cette auteure avec intérêt. C’est un joli roman.

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥ ♥

 

Un commentaire sur “Une vue à deux, un conte contemporain, juste et sensible

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :