Territoires… encore une découverte qui promet !

Le Time to Choose du mois de mars m’a permis de sortir de ma PAL trois thrillers policiers dont Territoires d’Olivier NOREK. Ce roman est le premier que je choisis de lire.

Pourquoi commencer ma lecture par ce livre-ci ? Voici mes attentes de lecture

attentes de lecture

Le monde est dévasté et détruit. Ce n’est pas moi qui le dit mais cette couverture grise. Je me demande si cette tour d’immeuble est bien réelle ou si elle sort d’un film apocalyptique territoiresdans lequel une bombe ou une catastrophe naturelle aurait tout détruit sur son passage.

Pourtant, il reste des survivants. Cet homme à la capuche rouge sang se poste dans la rue, paisiblement, les mains dans les poches. Il contemple le résultat d’une vie, d’un monde défaillant, de scènes tragiques mais omniprésentes.

Qui est-il ? D’où vient-il pour être ainsi, aussi serein devant ces brumes, indices de mauvais temps ou témoins de feux et de guerres ?

Territoires, au pluriel, ce sont des domaines qui se combattent. Aussi puissants et dominateurs que les tours d’habitations, je sens la lutte, l’abandon, la négligence, la violence.

Quel message veut transmettre Olivier NOREK ? Sommes-nous en plein polar, au centre d’un thriller ? Fictif ou réel ? Vérité ou image tronquée ? Quelle vision du monde veut nour transmettre cet auteur ?

Je suis intriguée et fascinée par la couverture de ce livre qui me promet des moments intenses, chargés d’électricité et de peurs.

Bientôt mon avis

Résumé de l’éditeur : À Malceny, dans le 93, on est habitués aux règlements de comptes. Mais un nouveau prédateur est arrivé en ville et, en quelques jours, les trois plus gros caïds du territoire sont exécutés. Le capitaine Coste et son équipe vont devoir agir vite, car leur nouvel ennemi s’implante comme un virus dans cette ville laissée à l’abandon, qui n’attend qu’un gramme de poudre pour exploser. Une ville où chacun a dû s’adapter pour survivre : des milices occultes surentraînées, des petits retraités dont on devrait se méfier, d’inquiétants criminels de 12 ans, des politiciens aveugles mais consentants, des braqueurs audacieux, des émeutiers que l’État contrôle à distance de drone. Et pendant ce temps, doucement, brûle la ville. La dernière affaire du capitaine Coste ? Elle se passe en enfer…

 » Le maître du polar.  » ELLE

 » Scénario au réalisme effarant. Dialogues aux petits oignons. Sens de la mise en scène. Pourvu qu’il récidive !  » L’Express

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :