« J’espère de tout mon cœur que les pages ici cachées feront jaillir de votre âme la source de compassion la plus profonde. » Ruta SEPETYS.


Les hommes rivalisent d’idées pour ce qui sont l’extermination et l’anéantissement d’autres hommes, différents. Par contre, les hommes manquent de suggestions pour faire valoir ces grandioses idéaux de respect, de fraternité… et que sais-je ? Nous les connaissons tous, ces maximes et ces symboles : la liberté, l’égalité… Et pourtant ! Pourquoi tant d’atrocités ? de tortures ? de camps ? de morts ? de discrimination et de rejet ?

Voici mon avis sur Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre de Ruta SEPETYS.

Mon avis copie

Le roman de Ruta SEPETYS présente une alternance du présent, horrible et tragique, et de souvenirs gais et vivants, remplis d’insouciance, de joies et de petites déceptions, les uns appelant les autres, se questionnant, se répondant.

C’est aussi un livre composé de petits chapitres, très courts… des grandes idées et d’espérances immenses.

Ce livre est pour moi un réel questionnement : comment nos corps peuvent-ils vivre, enfermés et soumis et nos esprits, s’évader et se développer, volontaires et libres ?

Dans l’innocence d’un récit d’une jeune adolescente, à travers les yeux révoltés et réfléchis d’une femme en pleine ce qu'ils n'ont pas pu nous prendreconstruction, quelques éléments de réponse se profilent dans ces pages que l’on tourne avidement.

Le lecteur connait ou imagine l’issue de cette désastreuse aventure. Il a une connaissance des conditions de vie et de mort. Il sait que les rescapés sont meurtris et détruits physiquement et psychologiquement. L’auteure, Ruta SEPETYS, nous instille, cependant, un peu d’espoir. « Ils » ne peuvent pas nous prendre toute notre humanité, il nous restera un petit quelque chose, une pensée qui fera de ces prisonniers des êtres humains vivants et pensants. Est-ce la parole ? La rébellion passive ? L’art ? L’attente ? L’amour ? Le corps ? La mort… ?

En tournant les pages, je me demandais jusqu’où l’horreur pouvait-elle aller ? jusqu’à quel degré un homme pouvait-il soumettre un pair ? jusqu’à quelle limite ces déportés lâcheraient prise, s’avoueraient-ils vaincus, perdraient-ils leur lutte définitivement ?

En une soirée, j’ai lu la moitié du livre… On s’attache à ces personnages qui nous ressemblent. Ils sont humains, fragiles, déterminés et vulnérables, traîtres, soumis… Lequel gardera-t-il sa ligne de conduite ? Lequel faiblira ? Lequel s’abandonnera ?

Ce livre est une expérience déroutante comme une épreuve que l’on s’impose à soi-même. Et si j’étais eux, que ferais-je ? Si j’étais agenouillée dans ce trou, sous la pluie battante ou la neige glaciale, désespérée, me laisserais-je mourir, vaincue ou me jetterais-je sous son joug, libre mais condamnée ? Garderais-je, au fond de moi, un peu de moi-même ou perdrais-je toute identité, toute liberté, toute opinion, toute vie ?

« Ils ont préféré l’espoir à la haine et montré au monde qu’une lumière veille toujours au fond de la nuit la plus noire.« 

« … il n’est pas de plus puissante arme que l’amour. »

« Quelle que soit la nature de cet amour (…), il nous révèle la force miraculeuse de l’esprit humain. »

En bref : Quel joli récit de vie! Grave. Terrible. Horrible…

Je retiens des existences du passé que l’on pourrait projeter dans notre présent… Une plume simple, transcrite à travers un regard quelque peu naïf, avec un fond d’amour des autres… On lit ce roman, chamboulé et ému. Jamais indemne. Jamais insensible… Une histoire abordable pour les plus jeunes (collégiens). L’écriture est précise, avec une distance face à l’intolérable, indescriptible, l’inacceptable. Tout en retenu… quand même… pour être lu et lisible. Mémorisé. Jamais oublié.

On ne peut pas passer à côté de ces expériences humaines. On ne peut oublier ces moments de notre histoire. On ne peut qu’espérer que ce ne soient que des souvenirs… On ne peut ignorer, qu’aujourd’hui encore, « ils » sont là, leurs armes à la main, à tenter de brimer l’Autre… Et, nous pensons tous, qu' »ils » ne pourront pas tout nous prendre…

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥ ♥

Historique challenge

Publicités

5 commentaires sur “« J’espère de tout mon cœur que les pages ici cachées feront jaillir de votre âme la source de compassion la plus profonde. » Ruta SEPETYS.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :