Flétrissures… Entre fiction et Histoire des hommes.


Je viens de terminer le dernier tome écrit de la saga Rose Morte de Céline LANDRESSIE.

Rose morte pub

Cette saga vampiresque nous propose de suivre Rose dans trois aventures (pour l’instant) : La floraison (tome 1), Les trois épines (tome 2) et Flétrissures (tome 3). Ces romans sont, à mon avis, hors du commun, puisqu’ils nous plongent dans trois contextes historiques différents: les guerres de religion, la révolution française et les persécutions de la deuxième guerre mondiale.

L’idée est attrayante. Les couvertures sont magnifiques. J’ai eu un coup de cœur pour le premier roman et je savoure pleinement le troisième. Voici mon avis pour ce dernier.

Dans Flétrissures, on retrouve l’écriture soignée de Céline LANDRESSIE, atout que j’avais profondément approuvé en découvrant les aventures de Rose. Dans ce dernier opus écrit (qui ne sera certainement pas l’ultime de l’histoire), le lexique recherché et parfois désuet (car certains mots sont à bon escient vieillis) a parfois ralenti ma lecture et l’a complexifiée. Pour certains paragraphes, il m’a fallu une concentration importante.

Les dialogues sont très importants pour comprendre l’intrigue. Beaucoup d’implicites et de pensées viennent semer le trouble dans la compréhension du lecteur. Les personnages secondaires, mais principaux dans les complots, ajoutent un intérêt à la romance. J’ai adoré les relations et les sentiments mitigés et secrets qui lient Rose et son mentor. La fin laisse présager une ultime aventure… que je lirai avec tout autant de passion.

Le troisième tome présente une aventure riche en actions, comparées aux deux précédents. On est, en effet, en pleine tourmente de l’Occupation, de la Résistance, des camps, de la traque des Juifs et des opposants. Les personnages sont mis en danger. Ils se doivent une implication sentimentale, du corps et de l’esprit, choisissant le sacrifice et la perte d’une partie d’eux-mêmes. Je trouve l’aboutissement de ce tome de Rose Morte intéressante. J’adore le thème des traques dans la fiction. Elle est mon plaisir mais aussi mon obsession cauchemardesque, une façon pour moi de vaincre cette terreur d’enfance.

Céline LANDRESSIE écrit un épilogue touchant sur le devoir de mémoire, sur l’humanité et la vie des livres liée à la vie des hommes. Ses mots dans cette période de terrorisme ont une portée bien réelle… Je vous les recopie parce que je les trouve pertinentes et indispensables aujourd’hui:

« Ceux qui brûlent des livres finissent tôt ou tard par brûler des hommes. » Heinrich HEINE.

« Chaque jour, partout dans le monde, la xénophobie, le fanatisme divers, l’intégrisme religieux, l’homophobie, la violence gratuite, l’intolérance sous toutes ses formes, ou tout simplement l’indifférence devant les trop nombreuses manifestations de cette haine ordinaire, continuent de faire des milliers de victimes. »

« La mémoire est un devoir, l’indifférence, un fléau. »

« Nous sommes au XXI ème siècle… L’Humanité finira-t-elle, un jour, par mériter son nom ? »

En bref : J’ai beaucoup aimé Rose Morte avec une forte préférence pour la découverte de cet univers et un plaisir certain pour l’aboutissement de l’histoire de ce tome. La plume de cette auteure est intéressante. J’ai passé d’agréables moments. Cette saga vaut la découverte. J’ai hâte d’en connaître la chute.

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥ ♥

Publicités

4 commentaires sur “Flétrissures… Entre fiction et Histoire des hommes.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :