Si on parlait de… lectures numériques ?

Si on parlait de… est un rendez-vous organisé et proposé par la Tête dans les livres. Le thème de ce mois-ci m’inspire beaucoup puisque depuis novembre 2014, je suis équipée d’une liseuse :

Si on parlait de… lectures numériques ?

Si on parlait de

Jamais, au grand jamais, je ne pensais que je serais une adepte de la liseuse. Le papier était sacré ! Je ne vous parle pas de l’objet livre, ni de la sacro sainte bibliothèque où j’exhibais tous mes trophées de lectures !

Depuis ma vie a changé, j’ai déménagé, j’ai enfermé toute ma vie et mes affaires personnelles dans deux valises de 23 kg… Impossible d’y caser mes livres et mes auteurs préférés.

Le choix d’une liseuse

Il a fallu donc que je trouve une solution. Lire ou ne pas lire ? Le choix était vite fait. Il a fallu aussi que je trouve ces fameux livres… pas évident pour moi ! J’ai donc investi dans une liseuse, achetée aux USA, parce que tous les magasins ne livrent pas là où je vis. J’ai choisi une liseuse rétro-éclairée. Le choix a été judicieux puisque je lis partout : la nuit comme le jour.

La liseuse m’a permis de me créer une nouvelle bibliothèque, bien plus légère, qui tient dans la poche… Bon dommage, celle que je possède n’a pas les couleurs pour les illustrations de couverture des livres ! Cela viendra… dans mon prochain investissement. Merci le progrès !


Le choix d’un logiciel : CALIBRE
.

Calibre est un logiciel gratuit et téléchargeable qui permet de ranger efficacement sa bibliothèque. L’avantage, c’est que je n’ai pas à dépoussiérer les étagères chaque semaine ! Je ne me sépare jamais de ma bibliothèque. J’achète tous les formats de livres et CALIBRE les convertit à ma guise.

Ma liseuse, toujours et partout, même sur une île déserte !

DSC05509.JPGMa liseuse ne me quitte jamais. Elle est efficace. Elle exécute tous mes désirs. En un clin d’œil, je télécharge immédiatement l’extrait puis le livre que j’affectionne. Pas d’attente. Pas de déplacement. La lecture est opérationnelle en quelques secondes et à petits prix puisque l’achat d’un ebook est moins onéreux qu’un format papier.

Quelquefois, le petit hic, le livre n’est pas encore disponible en version ebook… Notamment pour le 3ème tome de Rose Morte, ma patience a été mise à rude épreuve !

Le deuxième hic, c’est qu’on ne peut plus jamais prêter ses livres. Les ebooks achetés ne sont pas communicables ! Dans ma famille, tout le monde est sur le même compte. Ainsi, ma fille et mon mari peuvent partager mes lectures…

Ma liseuse et une ouverture sur le monde de l’auto-édition.

Je ne lis plus que sur ma liseuse. Mais, encore plus incroyable, ma liseuse me donne une ouverture sur un monde nouveau que je n’appréhende pas tout à fait encore : le monde de l’auto-édition.

Certains auteurs écrivent des romans. Ils n’ont pas de format papier et ne publient que sous un format adapté aux ebooks. Il est possible de trouver son bonheur dans des romans non édités par des maisons d’édition. J’ai eu cette expérience récemment. Des lecteurs vantent le plaisir qu’ils ont avec des auteurs peu connus et inconnus du grand public. Ils partagent leurs expériences dans des rendez-vous comme celui-ci #JeudiAutoEdition (Allez jeter un coup d’œil sur le blog d’Au bazaar des livres). Si vous connaissez d’autres lieux de partages, je suis preneuse pour mieux connaître cet environnement !

En bref :

Pour moi, les lectures numériques sont synonymes de liberté et de passion ! Elles me laissent vivre pleinement mes déplacements, même dans les lieux les plus improbables, elles me simplifient les acquisitions, elles m’ouvrent des horizons inconnus et vastes (très prometteurs) !

Je suis en-chan-tée !

Bien livresquement de papier et en numérique ! Chacun trouve son plaisir…

A très bientôt !

A la page des livres.

.

5 commentaires sur “Si on parlait de… lectures numériques ?

Ajouter un commentaire

  1. La liseuse c’est vraiment chouette même quand on a la possibilité d’entasser ses livres papier je trouve ^^. Je suis également assez frustrée à l’idée de ne pas pouvoir prêter certains livres, ça me donne presque envie de les acheter en format papier juste pour ça !

    J'aime

    1. Ne pas prêter, ne pas donner ses livres, c’est vraiment un inconvénient ! Et même quand tu achètes un ebook, « matériellement »tu ne peux pas le « ranger » et le stocker dans ton ordi… En effet, c’est embêtant pour la collectionneuse d’histoires que je suis !!!

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :