Captive et captivée ?… in the dark.


Voilà… C’est fait. J’ai lu cette histoire compliquée et noire. Je me suis fait, enfin, mon avis personnel sur le roman de C.J. ROBERTS, Captive in the dark.

J’étais très intriguée… Ce récit fut déroutant et très ambigu. Alors ?!?… Je vous propose de découvrir mon avis et mon questionnement

Mon avis copie

Drôle d’aventure que ce livre !

Le thème de l’histoire est très inquiétant : les esclaves sexuelles, le viol, la séquestration, la privation de liberté et inévitablement : l’attachement éprouvé (ou pas) envers son tyran.

J’admets mon intérêt pour l’histoire fictive.  Les ingrédients de la réussite sont présents : une jolie femme, un homme charmant (hors de son contexte). Comme d’autres lecteurs (lectrices), je succombe sans mal lorsqu’il s’agit de la naissance de « bons » (meilleurs) sentiments : une idée de pardon… l’attirance physique… les frissons. Bref ! L’érotisme est graduel…

Alors ?!? Protestations !

Et oui : alors ? Mon cerveau proteste ! Mon esprit se rebelle… Car…

Que dire de la portée de cette histoire ? Je me questionne aujourd’hui sur le message véhiculé par le livre.

Captive in the darkPlaisir de lire / Plaisir de vivre… J’y réfléchis !

La violence est au cœur de ce roman, sous toutes ses formes : verbale, physique, morale et sexuelle. La victime passera par toutes ces agressions.

Les sentiments éprouvés sont complexes. Ils sont précisés, décrits, analysés, jugés du point de vue de l’auteur des viols et du point de vue de la victime. Ici, pas de mensonge. Tout paraît plausible… mais cela ternit cette relation Caleb/Livvie.

Comme il y a toujours plus noir que soi-même, il semblerait que l’agresseur soit toujours mieux qu’un autre bourreau, cet autre étant plus barbare (comme cet acolyte violent), plus meurtrier et moins intelligent (comme ces bikers). Est-ce que cela suffit pour blanchir l’agresseur ?!?… Je continue… Il semblerait aussi que la beauté physique pourrait atténuer la portée des actes, que le passé aussi éprouvant et dur soit-il, pourrait être une excuse comprise et compréhensible… Tout cela est-il bien acceptable ?

Que penser de tout ceci dans la vraie vie ? J’y réfléchis !

L’humiliation, les coups, la soumission, le viol peuvent-ils être sources de plaisirs responsables et respectueux ? Peut-on vivre dans un tel cadre ? Peut-on se développer, progresser, se trouver et se métamorphoser positivement dans un tel registre de privation de pensées, de libertés et d’actions ?

Les scènes érotiques (certaines…) pourraient être des expériences de tout couple… (Je n’entrerai pas dans le débat!) Mais… la force, la persuasion, la soumission, la non-expression de son bon vouloir, la séquestration, l’ablation de toute parole opposante… est-ce ainsi qu’un homme et une femme construisent une relation durable et stable où chacun s’épanouit et se révèle ?

Plaisir de lire / moralité… J’y réfléchis aussi !

Secrètement, Livvie désirerait Caleb. Elle pense « non » mais son corps dit « oui ». Le jeu de Caleb serait de la séduire, toujours autoritaire, outrepassant délibérément son refus. Ce mythe n’est-il pas une forme de propagande qui inciterait les hommes à profiter des femmes légitimement ? Dans certains pays, la gent masculine ne prend aucune considération de la volonté féminine. Est-ce un bel et idéal exemple des relations homme/ femme ?

L’auteur manipule avec brio son lecteur. Il le manipule, lui embrouille le cerveau, faisant réagir à son écriture les sens plutôt que la réflexion froide et pure. Il nous noie dans une « romance » un peu hard, qui naît par hasard dans une rue et qui se développe en huis clos. On en oublierait presque toutes ces violences et cette ignoble ignorance des droits de la personne.

… le but – non, la nécessité – de chaque histoire est de montrer la fragilité humaine, les liens qui rattachent les hommes à leurs actes et à l’image qu’ils ont d’eux…

Pour montrer la fragilité, C.J. ROBERTS ne se gêne pas… Il a mixé dans le personnage de Caleb la vulnérabilité et la froideur. Sa fragilité est un fil ténu qui nous tient en haleine : comprendre le pourquoi du comment…

Y a-t-il donc un espoir pour que ce monstre nous dévoile un visage pur, une volonté d’accéder au pardon et à la réparation de ses actes abominables, à un désir vrai de rédemption ?

Pour aller plus loin… Soyons fous !

Le deuxième tome promet un revirement de situation… Et si la victime devenait dominante ? Si le tyran devenait la proie ? Si l’agresseur avait un cœur et un cerveau dignes d’un humain, humble, bienveillant et respectueux ? Si le monstre devenait l’agneau doux et pur ?

L’espoir d’un monde meilleur fait vivre… La volonté de rétablir l’équilibre entre le Bien et le Mal nous conduit vers ces espoirs et ces réparations. On l’admet parce que ce n’est que de la pure fantaisie et pure fiction. On se satisfait de cette situation en pensant que tout n’est pas si grave si tout s’arrange… Qu’en sera-t-il vraiment dans la suite ?

En bref :

Pour un public averti et mature, je suppose que ce livre peut accomplir son rôle…  Pour d’autres, le message sera confus et incitant à la perversion…

Pourtant, lorsqu’on sait faire la part des choses entre les actes décrits froidement et la tentative d’écriture d’une romance « chaude » pour l’auteur, on peut se laisser charmer et on pourrait faire abstraction de la situation initiale et un dénouement parsemé de violences trop dures, trop mordantes et trop traumatisantes. Le seconde tome nous invite à espérer un revirement de situation et un échange des rôles !

Je me demande si la moralité sera rétablie à la fin de cette histoire…

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥ (mitigée et questionnée !)

Et vous ? Me trouvez-vous trop dure ou vous êtes-vous questionné comme moi ?

A la page des livres.

 

Publicités

6 commentaires sur “Captive et captivée ?… in the dark.

Ajouter un commentaire

    1. C’est gentil car, si tu remarques bien, j’ai mis du temps à mettre cet avis en ligne. Je me questionne encore sur le nombre de cœurs. Encore hier, je voulais changer quelques phrases… Mais il faut bien poser les idées un jour… La pensée évoluera.
      Merci pour ton message.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :