Les vertiges de la passion d’Elizabeth HOYT

Bof ! Bof ! Bof ! Cette romance n’a pas mon adhésion complète. C’est fort dommage car j’avais bien aimé les fantômes de Maiden Lane d’Elizabeth HOYT (CLIQUEZ ici pou retrouver mon avis). Celle-ci est gentillette et agréable mais pas exceptionnelle. Voyez mon avis plus en détails…

Mon avis copie

Un jeu qui est un peu ennuyeux…

Je lui reproche la pratique lente et longue du jeu du chat et de la souris. Vous connaissez ce plaisir interminable des enfants : je t’attrape et tu m’attrapes… Je te cours après et tu me poursuis. Si vous préférez, en d’autres termes, c’est le classique « Je t’aime, moi non plus » ! Or, c’est un peu ennuyeux d’autant plus qu’on sait comment finit ce genre d’histoire : bien ! Ce livre n’échappe pas à la règle… On le savait !

Voici le résumé de l’éditeur « J’ai lu » :

les vertiges de la passion.jpgRiche entrepreneur établi à Boston, Samuel Hartley se rend en Angleterre. Officiellement pour affaires, officieusement afin de rencontrer lady Emeline Cordon. D’emblée, celle-ci traite avec mépris cet Américain sans-gêne qui, comble du mauvais goût, porte des mocassins. En réalité, Samuel a un but bien précis. Le frère d’Emeline faisait partie de son régiment qui a massacré par les Indiens. Depuis ce jour funeste, il n’a qu’une obsession : découvrir le traître qui a causé la perte de ses camarades. Il est convaincu que c’est à Londres qu’il le trouvera, grâce à lady Emeline qui va l’introduire dans cette société anglaise si fermée. Qu’elle le veuille ou non, et même s’il doit heurter sa délicatesse toute britannique !

On assiste donc à un jeu entre les deux personnages principaux : la séduction et le repoussement. Un paragraphe décrit la passion, le suivant amène la raison de la conscience sociale et la contestation des sentiments. Ce n’est pas très original d’autant plus que le cœur est toujours plus fort que la raison dans ces lectures romantiques.

Des personnages succincts…

De nombreux personnages entourent notre couple mais ils manquent de consistance et de réalisme. Ils apparaissent pour les fins du récit mais ils sont vite oubliés voire ignorés. Le fils de Lady Cordon, Daniel, est utilisé pour nouer une relation « idéale » et intime entre Samuel et Emeline. Ce lien est inachevé, rapide, peu approfondi. De plus, je trouve un peu « commun » d’utiliser l’enfant comme point d’accroche… Je suis déçue.

Raison dominée par la société britannique ou par le cœur ?

La position sociale de la belle Emeline est ballottée au gré des besoins de la narration : elle est anglaise, rigide, respectueuse et garante des règles d’éducation et de bienséance. Pourtant, elle cédera au monde plus égalitaire (mais plus éloigné du monde britannique) de ce ténébreux colon américain. Ce dernier est libertin, rustre, moderne et contemporain, plus ouvert sur les droits à la réussite des individus et citoyens. C’est commode… C’est facile. C’est contradictoire !

Lorsque que les barrages sociaux ne suffisent pas…

A mis parcours, dans la lecture de ce tome, l’apparition d’un certain prétendant est aussi artificielle. Ce nouveau personnage aura une image bien peu avenante, bien peu valorisante et la lectrice le repoussera d’emblée, sans même le connaître. Il apparaît sous les traits d’un traître soupçonné, d’un homme quelque peu volage, peu habile au combat puis meurtri et indécis.. Dès le départ, on sait qu’il ne sera pas le premier dans le cœur de notre belle Lady. Donc, pas encore de surprise réelle dans cette narration…

Promesse d’un titre ?

Le titre est, à mon goût, trop pompeux et pas à la hauteur de l’histoire. Je n’ai pas ressenti le vertige, ni unique, ni en nombre. La passion est présente mais inégale tout au long des pages. L’histoire est commune, déjà lue et peu attrayante.

Mon évaluation

En bref : c’est donc une lecture plaisante mais pas transcendante. Elle est positive mais pas l’une des meilleures du genre, loin de là. Je pouvais passer à côté sans trop de regret.

Mon évaluation : ♥ (tout petits) ♥ ♥

Un commentaire sur “Les vertiges de la passion d’Elizabeth HOYT

Ajouter un commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :