La maison du lac de Hannah RICHELL


Résumé de l’éditeur BELFOND

À 30 ans, Lila traverse une période douloureuse : une tragédie familiale impossible à cicatriser, un mariage au bord de l’implosion, une carrière au point mort. Des semaines qu’elle ne s’intéresse plus à rien, dort, pleure, s’isole, s’étiole, s’éloigne de Tom. Puis ce coursier à sa porte. Dedans, une lettre de notaires et une grosse clé. L’acte de propriété d’un bout de terrain et d’une petite maison, un don anonyme. 

La maison du lac.jpgSouvenirs… souvenirs…

Ce petit résumé n’est pas sans me rappeler un livre autoédité, bourré de qualités, que j’ai beaucoup aimé Les larmes du lac de Marie HAVARD. Pourtant, il est traité d’une manière totalement différente.

L’aventure…

Deux récits se croisent : l’un passé, l’autre dans le présent. Impossible de nier le lien entre les deux… Les indices se révèlent chapitre après chapitre jusqu’à la terrible révélation.

J’admire beaucoup la construction de ce roman, un récit s’articulant avec l’autre alors que tant d’années les séparent.

Le point central est cette bergerie abandonnée, la maison du lac. Elle est le refuge de jeunes adultes en quête d’idéaux et d’une femme partiellement amnésique qui a perdu son enfant. Le mystère plane… Les événements se précisent lentement. On fait la connaissance de chaque personnage. On perce son masque au gré de la narration de l’auteure.

Les personnages…

J’aime les personnages. Leurs traits psychologiques se dessinent toujours plus précisément et finement. Comme Kat, comme Lila ou comme Freya, naïves, tout semble beau, neuf, naturel et parfait. Puis la réalité de la vie, l’impact de la société, les autres aussi, le passé, anéantissent l’espoir et les rêves, un à un. Chacun se révèle et l’atmosphère légère et insouciante devient lourde. Ceux que l’on aimait revêtent leur véritable apparence. Ils se transforment. Ils se métamorphosent. Ils prennent une place et un statut.

Débutant avec légèreté, ce roman pose pourtant des problématiques lourdes à porter que nous découvrons lentement. Il devient pesant, complexe et chargé d’émotions. Il est inquiétant. Il restera gravé en moi.

En bref…

Hannah RICHELL a écrit une histoire maîtrisée. Son final laisse un goût amer. Difficile de le laisser de côté. Il était très présent dans ma tête. J’avais envie de percer le mystère de ce lieu et de ces gens. C’est chose faite et c’est réussi.

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥ ♥

Publicités

Un commentaire sur “La maison du lac de Hannah RICHELL

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :