D’ombre et de silence : des nouvelles de Karine GIEBEL

Je ne suis pas fan des nouvelles pour deux raisons : les livres sont rapidement lus et les histoires manquent de profondeur. Dans de rares cas, je suis comblée. D’ombre et de silence m’a tentée, j’ai donc lu ce recueil d’une petite dizaine de nouvelles de Karine GIEBEL, une de mes auteurs de thrillers « chouchou ». Voici mon avis…

Huit nouvelles pour nous faire frémir… c’est beaucoup d’histoires mais c’est peu lorsqu’on est habitué aux romans très denses de Karine GIEBEL.

Ces nouvelles sont toujours aussi noires et aussi déroutantes. Elles sont pour la plupart des histoires de vie, des histoires de notre société, des histoires sordides qui ne se terminent jamais comme on le souhaite.

Sur la fin, Karine GIEBEL sort son arme la plus redoutable : le thriller, le véritable drame, le meurtrier, la victime, la chute morbide… Elle excelle toujours dans la noirceur. C’est ce que j’aime dans son style et son écriture.

En quelques lignes, ses personnages sont dépeints, bourreaux ou proies, le film se déroule dans la tête. Les mots sont toujours bien choisis. J’aime la plume de cette écrivaine.

Alors ? Alors, j’ai apprécié ces épisodes… un peu différents de ce qu’elle nous avait habitués. Karine GIEBEL fouille dans les horreurs de notre civilisation, dans les monstruosités de nos quotidiens et nous atteint en pleine poitrine. C’est un recueil réussi qui me laisse un petit arrière-goût amer : vais-je attendre longtemps pour lire un nouveau roman, un vrai de vrai, avec plein de chapitres, haletant, machiavélique ? Je suis déjà impatiente de la lire…

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥ ♥

La présentation de l’éditeur BELFOND

D'ombre et de silence.jpg« Écrire une nouvelle, c’est tenter, en quelques lignes, de donner vie à un personnage, de faire passer au lecteur autant d’émotions qu’en plusieurs centaines de pages. C’est en cela que la nouvelle est un genre littéraire exigeant, difficile et passionnant. » Karine Giebel

 » Partir sans lui dire au revoir. Parce que je me sens incapable d’affronter ses larmes ou de retenir les miennes. L’abandonner à son sort. Parce que je n’ai plus le choix. (…) Je m’appelle Aleyna, j’ai dix-sept ans. Aleyna, ça veut dire éclat de lumière. (…) J’ai souvent détesté ma vie. Je n’ai rien construit, à part un cimetière pour mes rêves. Là au moins, on ne pourra pas me les voler.  »

Si les romans de Karine Giebel sont parmi les plus lus en France et ont fait le tour du monde, celle-ci excelle depuis quelques années dans un genre tout aussi exigeant : la nouvelle, où elle condense en quelques pages seulement toute la force de ses romans. D’OMBRE ET DE SILENCE réunit huit textes, dont certains sont inédits et d’autres restés jusqu’à aujourd’hui très confidentiels. Voici l’occasion de (re)découvrir Karine Giebel intensément, grâce à ce recueil de nouvelles noires, humaines, engagées…

NetGalley

Je remercie les éditions BELFOND, via le site NetGalley, pour cette lecture et ce service de presse.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :