Une bouteille de larmes de Nick Alexander

Je voudrais vous faire part d’une lecture qui me restera en mémoire, longtemps… je pense.

L’image renvoyée par le titre est très belle, tout en étant troublante : Une bouteille de larmes.

Ce drame de Nick ALEXANDER a de nombreux atouts, je voudrais vous en expliquer quelques uns…Si vous achetez ce livre, vous tenez un roman différent, profond, humain et dramatique.

Nick ALEXANDER a reconstruit des vies. Il nous les retrace par le quotidien de deux sœurs, aimantes mais qui ne se comprennent pas. Elles vivent dans deux milieux sociaux assez différents, s’insupportent, tout en se retrouvant à différents moments de leur existence. Leur lien ? Marte, leur maman.

Marte a une personnalité complexe que le lecteur découvre aussi. Elle s’exprime, elle vit, elle se fait le trait d’union (ou d’opposition) entre les deux mères de famille. Son comportement est ambigu. Je la trouve assez détestable mais cette famille est comme tant d’autres, chacun a ses qualités et ses défauts, n’est-ce pas ?

La première partie du livre est assez éprouvante par sa normalité. On s’immisce dans deux vies, apparemment assez communes. Il y a peu d’actions. La complexité des liens et des relations semblent être le fil conducteur.

Ces deux personnes sont, somme toute, peu différentes de vous ou de moi : des difficultés avec les enfants, quelques soucis ou pas financiers, des projets de vacances… On soupçonne bien un secret de famille. Il est tellement enfoui dans l’enfance des deux sœurs que tout cela paraît secondaire. Loin dans les souvenirs, tellement implicites dans la narration, si subtilement évoqués  au vu des événements que rencontrent Vicky et Penny qu’on se demande pourquoi cette bouteille de larmes.

Puis, ce qui est dissimulé, ce qui est passé dans l’inconscient familial, ce qu’on ne voulait pas dire mais qui ronge les personnages, surgit. Et, là, la tension devient curiosité, l’incompréhensible rime avec traumatisme. La plume se libère et m’atteint en plein cœur !

Il m’a fallu un peu de temps pour entrer dans le monde de Nick ALEXANDER. Aujourd’hui, je n’ai pas envie d’en sortir. Je le trouve talentueux dans la construction de la psychologie familiale, la description des personnages et l’atmosphère si bien dépeinte. Je l’admire pour sa patience et sa minutie, pour entraîner le lecteur jusqu’aux révélations. Cette histoire est puissante, forte de culpabilité et de désarroi, destructrice et tellement humaine…

Une bouteille de larmes.jpgMon évaluation : ♥ ♥ ♥ ♥

Le résumé des éditions AMAZONCROSSING :

Victoria et Penny ont beau être sœurs, tout les sépare. Tandis que la première mène une existence confortable dans un quartier chic de Londres, la seconde peine à joindre les deux bouts. À l’occasion d’un week-end en famille, les souvenirs du terrible réveillon de Noël 1975 remontent à la surface, et Penny – qui était âgée d’à peine 5 ans à l’époque – comprend qu’on ne lui a pas tout dit, loin de là. Mais il ne fait pas bon lever le voile sur les secrets et, bientôt, le chaos menace de séparer les deux sœurs…
Pourquoi Penny a-t-elle refoulé des épisodes cruciaux de son enfance ? Faire la lumière sur les événements de décembre 1975 permettra-t-il à Victoria, Penny et leur mère, Marge, d’enfin se comprendre ?

Publicités

Un commentaire sur “Une bouteille de larmes de Nick Alexander

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :