Un mariage anglais de Claire FULLER

Voici un roman que j’avais sélectionné dans le cadre du Premier challenge NetGalley. En fin de liste, j’ai fini par l’oublier pour me plonger aujourd’hui dans ses pages mélancoliques.

Ce livre restera un mystère pour moi, une histoire touchante et prenante mais qui n’a pas eu de réponse. La fin me laisse perplexe. J’avoue être passée à côté. Je ne saurai pas vraiment conclure cette affaire qui, malgré tout, m’a séduite.

Le résumé de l’éditeur STOCK

Un mariage anglais.pngIngrid a 20 ans et des projets plein la tête quand elle rencontre Gil Coleman, professeur de littérature à l’université. Faisant fi de son âge et de sa réputation de don Juan, elle l’épouse et s’installe dans sa maison en bord de mer.
Quinze ans et deux enfants plus tard, Ingrid doit faire face aux absences répétées de Gil, devenu écrivain à succès. Un soir, elle décide d’écrire ce qu’elle n’arrive plus à lui dire, puis cache sa lettre dans un livre. Ainsi commence une correspondance à sens unique où elle dévoile la vérité sur leur mariage, jusqu’à cette dernière lettre rédigée quelques heures à peine avant qu’elle ne disparaisse sans laisser de trace.

Les chapitres alternent plusieurs points de vue : celui du passé par la voix d’Ingrid, la maman, et celle du présent par le biais de Flora, dans la fleur de l’âge. Les lettres qui parsèment la narration sont autant de petits cailloux blancs laissés sur le chemin, des miettes disséminées, qui s’envolent avec la mort de Gil et que nuls ne retrouveront. Nous, lecteurs, nous restons ainsi les seuls témoins de cette relation perturbante et destructrice.

En effet, Gil, un quadragénaire, s’éprend de son étudiante Ingrid. Ils partent dans une aventure particulière qui est loin des attentes de cette jeune femme. Pourtant, elle s’enferme dans un carcan de maternités, de solitude où seule la nage la satisfait. Des années s’écoulent jusqu’à sa disparition : mort ou échappatoire, à vous de vous faire votre opinion à partir de ses écrits et de sa réalité.

La plume de l’auteure est attachante. C’est bien son style et le mystère qui coule dans ces pages, qui me retiennent à cette histoire. Les personnages sont précisément caractérisés, leur psychologie fine.

A vous, donc, de démêler ces nœuds, ces points de rupture, ces vies torturées, ce mélange de souvenirs et de témoignages, de lire à travers ces visions floues, de percer le mystère de ces personnalités…

Un « roman dévorant » que je serai loin d’oublier tant il me questionne.

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥

Merci à l’auteure Claire FULLER, à l’éditeur STOCK, via le blog NETGALLEY pour ce service de presse.

NetGalley

 

5 commentaires sur “Un mariage anglais de Claire FULLER

Ajouter un commentaire

      1. globalement je ne suis pas fan des histoires d’amour que l’on voit « mal » finir (même si je ne sais pas trop si le terme est bien choisit)… mais le fait que tu le qualifies de « dévorant » mais également l’alternance de narration/d’époque pourraient me plaire ! gros dilemme en perspective donc 😉

        J'aime

      2. C’est vrai que l’histoire d’amour est triste et décevante… mais elle explique cette disparition. Ce que j’ai trouvé passionnant : ce sont les narrations qui se répondent, celle du passé qui éclaire le présent et inversement. Chaque chapitre terminé me poussait au suivant… L’auteure écrit vraiment très bien. Le petit hic pour moi est ce gros point d’interrogation à la fin, une réponse sans en être une, certaine et définitive.
        Bonne découverte… au cas où !

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :