L’attentat de Yasmina KHADRA

Je me souviens de mon premier roman de Yasmina KHADRA, les hirondelles de Kaboul. Ce fut un coup de coeur que je ne réfute toujours pas aujourd’hui. Ce livre reste dans mon esprit comme l’une des plus belles rencontres de lecture que j’ai faites.

Aujourd’hui, je tente L’attentat. Cette histoire, je l’ai achetée, il y a des années, sans jamais pouvoir m’y plonger. C’est en parcourant les articles de mes blogs préférés que ce roman m’est revenu en mémoire. Je suis contente d’avoir osé ces pages et cette expérience.

Je m’attendais à de l’action, ce roman est davantage psychologique et humain.

Amine, éminant chirurgien tombe des nues lorsqu’il apprend que sa chère et tendre femme, Silhem, a décidé de devenir Kamikaze. Son acte tragique et sans appel anéantit l’image précieuse de cette vie idéale et le couple « parfait » qu’ils formaient. Amine parcourt un long chemin vers la compréhension de cette décision. Il ne s’en sortira pas indemne, loin de là.

J’ai été touchée par le cheminement d’Amine. Yasmina KHADRA dépeint une palette de sentiments fort réalistes. Amine est tour à tour anéanti, stupéfait, incrédule, révolté, combatif. Comme son personnage principal et victime, je voudrais qu’il en soit autrement, que cet acte insensé soit une méprise, que Silhem soit la proie faible d’un réseau, qu’elle bénéficie de circonstances atténuantes et qu’elle soit pardonnable.

La sentence est un couperet. Ce livre est terrible. Cette décision est sans circonstance atténuante. Amine, comme les lecteurs, comme les victimes, sont perplexes. Je pleure face à une réalité que je ne comprends pas.

Les convictions des uns sont parfois plus fortes que la vie, les idéologies plus puissantes que l’amour, l’aspiration d’une patrie plus précieuse que l’être humain et le monde. C’est triste. C’est aussi une réalité.

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥

Le résumé de l’éditeur POCKET

Amine, chirurgien israélien d’origine palestinienne, a toujours refusé de prendre parti dans le conflit qui oppose son peuple d’origine et son peuple d’adoption, et s’est entièrement consacré à son métier et à sa femme, Sihem, qu’il adore. Jusqu’au jour où, l'attentat.pngau cœur de Tel Aviv, un kamikaze se fait sauter dans un restaurant, semant la mort et la désolation. Toute la journée, Amine opère les victimes de l’attentat, avec pour tout réconfort l’espoir de trouver le soir l’apaisement dans les bras de Sihem. Mais quand il rentre enfin chez lui, au milieu de la nuit, elle n’est pas là. C’est à l’hôpital, où le rappelle son ami Naveed, un haut fonctionnaire de la police, qu’il apprend la nouvelle terrifiante : non seulement il doit reconnaître le corps mutilé de sa femme mais on l’accuse elle, Sihem, d’être la kamikaze… Amine ne peut tout d’abord admettre que sa femme, qui n’a jamais manifesté un attachement particulier à la cause palestinienne, ait pu commettre un acte aussi barbare. Pourtant, il doit se résoudre à accepter l’impossible quand il reçoit le mot qu’elle lui a laissé. Alors, pour comprendre comment elle a pu en arriver à une telle extrémité, il s’efforce de rencontrer tous ceux qui l’ont poussée à ce geste fou. Et doit écouter sans répit une vérité qu’il ne peut pas entendre.

5 commentaires sur “L’attentat de Yasmina KHADRA

Ajouter un commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :