La forêt des ombres de Franck THILLIEZ

Voilà qui me refroidit… et pas seulement parce que David, Cathy (sa femme) et Clara (sa fille) sont enfermés dans un chalet en pleine Forêt-Noire, emprisonnés dans les grands espaces, la neige, la tempête qui secoue les sapins aux silhouettes inquiétantes. Non, parce que ce roman est noir, un vrai film d’horreur que l’on découvre page après page, chapitre après chapitre… Moi qui déteste ce genre cinématographique !

Certes, j’ai vécu un stress perpétuel, j’ai sué, j’ai espéré… pour finir vidée et soulagée que la dernière phrase se termine. Cette famille ne finit pas indemne. Comme au cinéma, peu s’en sortiront. C’est horrible. On appelle ce roman un thriller. Ce n’est pas pour rien. 

Challenge Cold Winter 2018

J’ai voulu du « gore » et des frissons… du sang et de l’angoisse pour le Challenge Cold Winter. Je suis servie ! Avec Franck THILLIEZ, je ne pouvais vivre autre chose. Je me souviens de l’une de mes lectures Vertige… je ne suis pas sortie de ce livre intacte, plutôt traumatisée.

Le résumé des éditions POCKET

Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans : ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre. Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d’un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d’argent.
Reclus dans un chalet en pleine Forêt-Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail. Mais il est des fantômes que l’on ne doit pas rappeler…

Il fait froid dans ce livre. La neige entoure cette communauté isolée : un vieil homme en fauteuil roulant, une escort girl et cette famille. Le deal ? Que David quitte son travail de préparateur de corps à la morgue durant 28 jours pour écrire un livre sur le Bourreau 125. Le nirvana, les yeux ouverts ! Je rêverai, moi-même d’une telle proposition, d’autant plus qu’elle s’agrémente de milliers d’euros à la clé et d’une certaine popularité une fois le roman rédigé.

Bon… je sais… ça sent le piège à plein nez. Les personnages sont torturés, pas clairs, limite pervers. Chacun a son passé et sa collection de casseroles au derrière. Dès les premières lignes, l’auteur nous décrit cette situation sans se cacher de la vérité. 

La tension monte, crescendo, toujours plus forte… jusqu’à la cruauté et la démence. Pour ma part, c’est beaucoup. Je regrette le côté « épouvantable » et très « fou » des personnages qui échappent à tout contrôle et à une morale que j’aurais appréciée… Je pense à un dernier revirement de situation, un dépassement de la situation personnelle et individuelle. Voir souffrir ces personnes ne m’est pas très agréable. J’ai eu l’impression de vivre une série télévisée telle qu’on en trouve des dizaines sur des sites connus.

Les amateurs aiment… Ma personnalité sensible n’est pas totalement convaincue.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :