Quand nos souvenirs viendront danser de Virginie GRIMALDI

Ce livre m’a apprivoisée. C’est bizarre de commencer une chronique de cette façon… En fait, il était certain que je ne passerai pas à côté d’une nouvelle parution de Virginie GRIMALDI. J’aime l’écriture de cette romancière, j’aime ses phrases, j’adore ses personnages.

Aujourd’hui, je m’attendais à une romance. Vous savez, une trentenaire qui… enfin bref, à une histoire d’amour contemporaine. Or, ce livre n’est pas une histoire d’amour comme on les rencontre communément. C’est l’histoire qu’on voudrait connaître, celle de nos grands-parents, le soixantième anniversaire de mariage auquel on assiste en se disant que l’époque est révolue et que cet attachement date d’une époque ancienne… Tout commence de nos jours. Virginie GRIMALDI nous expédie dans le passé et la mémoire de Marcelline.

J’ai été surprise que l’auteure ne parle que d’une vieille dame, avec son mauvais caractère, sa surdité contrôlable, sa mémoire défaillante et ses pas peu alertes. Ce n’est donc pas un coup de foudre, violent, rapide que j’ai vécu mais une opération charme. L’amour d’un livre se construit, se déploie, se partage. Je voudrais partager ce roman avec vous tous, vous dire qu’il est beau, qu’il est rempli d’idéaux, de vie, de réalité. Marcelline et Anatole m’ont touchée, m’ont émue. Ils sont entrés dans mon coeur, dans mon esprit et je les aime comme s’ils étaient en moi, de ma famille, de mes amis.

Quand nos souvenirs viendront danser est un COUP de COEUR, savoureux, onctueux. Il s’étale du jour où je rencontre cette bande d’Octogéniaux jusqu’au dernier soupir. Cette histoire, à l’image des autres romans de Virginie GRIMALDI, est touchant, vibrant d’humanité.

J’ai vraiment hâte de connaître vos impressions. J’espère que cette histoire vous charmera autant qu’elle m’a convaincue. Je vous souhaite un plaisir à la hauteur du mien.

COUP de COEUR

Le résumé des éditions FAYARD :

« Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés.
Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six :
Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies –, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. »
À travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

Publicités

3 commentaires sur “Quand nos souvenirs viendront danser de Virginie GRIMALDI

Ajouter un commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :