Deux femmes dans la tourmente

Les récits de guerre, je les connais au masculin et à la télévision comme au cinéma. Ils se déclinent généralement ou à peu près de la sorte : des héros souvent forts et invincibles.

Dans la littérature, je parcours souvent les récits de la seconde guerre mondiale. La plupart du temps, c’est le parcours de civils pris malgré eux dans la tourmente : bombardements, occupation, persécution. Lorsque ce sont des enfants, comme pour la voleuse de livres, qui sont au centre de l’histoire, je sors des sentiers battus.

Pour celui-ci, qui est unique en son genre, la guerre est partout : combats, peur, traumatismes physiques et psychologiques, emprisonnement, rage de vivre, espoir… Les ingrédients les plus réalistes et terribles se nichent à chaque page créant une ambiance lourde et éprouvante. Le contexte est superbement et dramatiquement construit : un réalisme effrayant.

Au coeur de ce séisme humain, deux femmes… Deux infirmières et leurs compagnes, volontaires et américaines. Ce sont des combattants d’un type plus positif : des guerrières pour la vie. Elles oeuvrent pour que le corps ressuscite et s’échappe au marasme du conflit. C’est noble, beau pour le courage et cette dose de force bienveillante.

Kay est située à Pearl Harbor, dans le Pacifique puis à Manille. Il ne faut pas être historienne pour connaître son destin. On imagine le paradis qu’elle découvre puis l’enfer du survol des avions nippons puis l’internement dans les camps japonais.

Jo, son calvaire se situe en France, après le nord de l’Afrique et l’Italie. Elle suit le mouvement des troupes libératrices, prisonnière dans une tente avec six corps indéplaçables et intransportables. Son objectif, puisqu’ils n’ont pas la chance d’être évacués, les soulager et les sauver avec le peu de moyens que l’armée laisse derrière elle.

Ma lecture a constitué à suivre le parcours de ces deux jeunes femmes, alternant deux points de vue, sur deux fronts opposés.

Pas une seconde d’ennui, pas une minute de répit. J’ai été embarquée sans pouvoir reprendre mon souffle. Mon coeur était gonflé d’espoirs, je voulais qu’elles s’en sortent, qu’elles réussissent leur mission, qu’elles trouvent de petits moments de soulagement, qu’elles ne vivent pas que l’horreur. Dans ce monde de malheurs, une petite flamme dans la nuit va les soulager, un élan désespéré d’amour et, si le futur le permet, leurs retrouvailles.

C’est un récit poignant et réussi, tellement touchant, que j’ai découvert. Teresa MESSINEO a une plume délicate et réaliste. Son roman se base sur des faits bien documentés. J’admire son travail et cette fiction qui mêle imagination et vérité. C’est de loin un livre que je garderai longtemps en mémoire tant il m’a bouleversée.

Mon évaluation : COUP DE COEUR DECOUVERTE ♡ ♡ ♡ ♡ ♡

Le résumé des éditions BELFOND
Dans le brasier de la Seconde Guerre mondiale, deux amies infirmières, deux destins, une vocation : soulager, soigner. Après des années de recherches historiques minutieuses, Teresa Messineo signe un premier roman passionnant, poignant de réalisme, et un formidable hommage à toutes ces héroïnes de l’ombre.
Jo et Kay se sont rencontrées à New York au cours de leurs études d’infirmière à la fin des années 1930. Désireuses de partir à l’aventure, les deux jeunes femmes s’engagent aux côtés des Alliés. C’est là que leurs chemins se séparent.
Jo est envoyée sur le front de l’Ouest, en France, où elle doit superviser un hôpital de fortune comptant six blessés : des vies fragiles pour lesquelles elle représente le seul espoir et qu’elle entend protéger jusqu’au bout.
Kay est envoyée à Hawaï. Après une parenthèse enchantée sur les plages de sable blanc, l’attaque de Pearl Harbour signe pour elle le début du cauchemar : prisonnière des Japonais, elle est déportée dans un camp à Manille.
Dans l’horreur des corps mutilés, de la maladie et de la famine, chacune s’accroche à sa vocation, mais aussi à l’amour et à l’amitié, pour trouver le courage de supporter l’insupportable. L’espoir sera-t-il plus fort que la mort ? Que restera-t-il de leur précieux lien après ces années de séparation et de souffrance ?

Je remercie les éditions BELFOND et l’auteure, via le site NETGALLEY, pour avoir accédé à ma demande de lecture et pour m’avoir permis de lire ce SP. Merci.

Un commentaire sur “Deux femmes dans la tourmente

Ajouter un commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :