L’amour est une question de (mal)chance d’Alix MARIN

OUPS… J’avoue ne pas être emballée par cette histoire alors qu’elle semble enflammer les lectrices. Les raisons sont multiples :
– Le ton du narrateur et de l’auteure sont dynamiques. Je pourrais qualifier l’expérience de « contemporaine ». Les phrases sont parsemées d’anecdotes et d’idées du jour, de comparaisons et de références qui me laissent assez insensibles. J’ai trouvé les échanges assez insipides et pas toujours intéressants.
– Les personnages sont vus, déjà rencontrés et ils ne m’inspirent aucune curiosité. Cela est sans doute dû à mes nombreuses lectures passées qui exigent, aujourd’hui, un peu de renouveau.
– Les deux héros ont des aspirations qui ne me touchent pas. Ce sont de jeunes adultes qui expérimentent la vie, peut-être une tranche d’âge qui ne me correspond plus.

Alors, je suis une mauvaise conseillère pour ce livre. J’ai peiné à tourner les pages. J’ai commis une erreur, j’attendais une expérience plus profonde, certainement plus mature.

Mon évaluation n’est bien sûr pas positive mais je tiens à signaler qu’elle est tout à fait personnelle. Je me suis trompée dans le choix de ma lecture. Les qualités de ce roman reste entières pour celui ou celle qui attend de la romance fraîche, spontanée, ponctuée de petits messages éclairs et de dialogues juvéniles.
La plume de l’auteure est reconnue mais elle ne me va pas, aujourd’hui… et maintenant.

Je remercie, néanmoins, les éditions HARLEQUIN, via le blog NETGALLEY, pour ce SP. C’est un peu ça, le choix : on le fait et parfois on le regrette, surtout dans ce cas, où généreusement, l’auteure et l’éditeur cherchent à réaliser une jolie publicité pour leur roman. Or, je ne corresponds pas, aujourd’hui, au public ciblé et visé par cette romance festive…

Le résumé des éditions HARLEQUIN : Manon en est sûre, elle a la poisse. Ou alors elle est victime d’une curieuse malédiction qui sévit tous les 31 décembre. Car ses soirées du jour de l’an sont toujours plus désastreuses les unes que les autres. Et, visiblement, celle-ci ne fera pas exception… Elle a renversé son verre sur Raphaël, sa target, avant même de lui adresser la parole, et un voisin râleur a menacé d’appeler la police pile au moment où elle allait se faire pardonner. Heureusement, Manon a pu se rattraper en passant la nuit avec Raphaël. Enfin, c’est ce qu’elle croyait.

Nos petites inconséquences d’Alix MARIN : cliquez ici… un roman que j’avais bien apprécié !

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :