Si tu pouvais juste me sourire de Maddie D.

Le résumé des éditions REINES-BEAUX – 1er avril 2020 : Zoé Duquesnes, 30 ans et mère célibataire, est abonnée aux galères du quotidien.
Lorsqu’on lui lègue une maison au bord de l’océan, elle y voit l’occasion d’un nouveau départ. Mais c’est sans compter sur la particularité de cet héritage et les caprices du destin. David De Luca a tout sacrifié au profit d’une brillante carrière internationale, son retour en France signe une envie d’autre chose, d’un retour à l’essentiel. Sa route croisera à nouveau celle de la femme qu’il a laissée derrière lui quatre ans plus tôt. Lui qui a fui une vie bien rangée pour celle d’un nomade sans attache se retrouve soudain père d’un enfant différent des autres. Sera-t-il prêt à tout… pour un sourire de Théo ?

Rangé dans les « Romances », je valoriserai ce livre davantage pour le témoignage qu’il relate sur cet enfant « extra ordinaire » plus que pour la relation entre Zoé et David, aussi charmante fut-elle. J’ai choisi ce roman pour Théo et ce fameux espoir de sourire.

Un enfant handicapé c’est terrible… Dans la douleur et le combat au quotidien, il existe aussi la joie des petits progrès, l’investissement aveugle des proches et cette victoire qu’on mesure sur soi, aussi infime soit-elle. Je suis touchée par le sort de Théo de deux manières particulières : professionnellement et personnellement. Alors, cette rencontre était presque inévitable…

La première partie du livre pose le contexte, elle m’a donné l’envie de pousser ma lecture jusqu’au vrai problème de vie de Zoé : peut-elle croire en son enfant malgré les diagnostics qui tombent fatalement un à un ? Quels choix doit-elle surmonter pour se révéler elle-même et pour aider Théo ? La seconde partie et la chute de l’histoire sont émouvantes, plus intimes, terriblement réalistes et bourrées d’optimisme malgré les drames. J’ai vraiment aimé cette évolution des personnages.

Côté romance, j’ai apprécié davantage les compromis des deux colocataires plutôt que cette redécouverte de leur amour. Je sens bien que l’auteure est liée (plus intensément) à sa propre expérience de vie et à celle de ce fils incapable de communiquer plutôt qu’à la quête amoureuse (plus classique). Ce côté ajoute une dimension au récit mais la profondeur des émotions tient davantage à la transformation de la relation de Théo aux autres et à l’acceptation de la société (l’école, ici) face à ces êtres différents.

La plume de l’auteure demande encore à s’entraîner et à produire des textes que j’aimerais découvrir. Le thème choisi pour ce roman est touchant et intéressant. Une écrivaine à suivre, donc…

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡

Je remercie le blog NETGALLEY, les éditions et l’auteure de ce livre pour ce service de presse. Merci infiniment.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :