Même les méchants rêvent d’amour d’Anne-Gaëlle HUON

Le résumé des éditions ALBIN MICHEL – 3 avril 2019 : Jeannine a 85 ans passés. Elle aime : les bals musette, les costumes des patineuses artistiques et faire un six aux petits chevaux. Elle n’aime pas : le sucre sur le pamplemousse, les films d’horreur et les gens qui postillonnent. Le jour où on lui annonce que sa mémoire s’apprête à mettre les voiles, Jeannine est déterminée à ne pas se laisser faire. Alors elle fait des listes. Toutes sortes de listes. Et elle consigne dans un carnet tous les bonheurs qui ont marqué sa vie. Quand Julia, sa petite-fille, la rejoint en Provence, elle découvre ce que sa grand-mère n’a jamais osé raconter. L’histoire d’un secret, d’un mensonge. Entourée d’une bande de joyeux pensionnaires, Julia va tenter de faire la lumière sur les zones d’ombre du récit. Et s’il n’était pas trop tard pour réécrire le passé ?

Ce n’est pas ma première expérience auprès de Anne-Gaëlle HUON. Il y a environ deux ans, j’ai découvert Le bonheur n’a pas de rides. Aujourd’hui mon aventure livresque est un pur plaisir, un moment extraordinaire qui m’a comblée. Je vois un réel changement dans la plume de l’auteure, un affinement dans la construction de son histoire, des personnages plus enrichissants.

Julia est une héroïne attachante, en recherche d’elle-même. Elle éprouve un blocage d’écriture. Elle réalise un retour aux sources, auprès de sa grand-mère qui perd la mémoire, dans un petit village de Provence.

Jeannine, mon petit coup de coeur, est un personnage fort, qui m’a charmée dans sa jeunesse comme dans sa vieillesse. Elle est quasi insignifiante dans la maison de retraite puisqu’elle n’est plus tout à fait elle-même mais les listes et le carnet qu’elle laisse derrière elle lui donnent vie et une valeur inestimable. Elle est affectueuse, elle est soucieuse de transmettre ses secrets de vie et d’apporter une certaine paix et un vrai pardon.

Félix est un auxiliaire de vie joyeux et intrépide, enthousiaste et dynamique. Il a des conseils heureux plein la bouche, c’est un artiste qui ne demande qu’à s’exprimer et qui réussit sa conquête sur un public vivant et vrai, faute de s’accomplir sur une scène de spectacle. C’est l’allié de Julia, le support de la vieille dame.

Dans le dernier refuge de vie de Jeannine, les résidents ont tous leur charme, de la tricoteuse à l’apprenti informaticienne, des deux compères qui se retrouvent cent fois comme s’ils vivaient cette étrange expérience pour la première fois. J’ai trouvé cette compagnie agréable. Le roman est joyeux, plein d’empathie et d’espoirs.

Le truffier et son chien sont aussi des protagonistes qui ont toute leur importance. Dans cette histoire, l’intrigue est finement ficelée. J’apprécie beaucoup l’ensemble de la trame qui a un sens, qui évolue et qui invite les personnages à se transformer.

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥ ♥. C’est un roman magnifique. J’ai hâte de découvrir Les demoiselles, la dernière œuvre d’Anne-Gaëlle HUON.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :