« Pas si facile de botter les fesses de sa pire ennemie : soi-même » de Léna LUCILY

J’ai très envie d’attirer votre attention sur cette romance toute fraîche, estivale, pleine de promesses de Léna LUCILY. Son titre est assez long mais il résume la chronologie d’une expérience qui n’est pas sans charme.

Au coeur de la vie de Daphné : le tragique accident d’Alexis, son fiancé. Il est mort sur sa moto. Un drame qui fragilise l’héroïne.

Un an plus tard, Daphné survit grâce à l’amitié de deux compères attendrissants et joyeux. Un voisin et la dynamique vendeuse de tout un tas d’objets vintage dont le fameux sac croco.

Pour notre plus grand bonheur, notre lecture se dévoile autour d’un garçon issu d’une bourgade près du Touquet, le type d’Hardelot. Daphné décide de prendre sa vie en main à partir d’un drôle de hasard, un billet de train qui ne lui appartient pas mais qui va changer son destin…

J’ai beaucoup aimé ce roman, les aléas de l’existence de Daphné, ses rencontres et cette reconstruction opportune et bienvenue. Son adversaire n’est qu’elle-même : sa résistance aux changements, ses habitudes et le quotidien dans lesquels elle s’est enfermée. La vie lui met de « bons coups de pied aux fesses » et j’adore cette idée. On n’est jamais assez critique sur soi. On cherche toujours la faute aux autres… Ici, Daphné ne doit son bonheur qu’à sa remise en question et aux changements qu’elle met en œuvre dans son présent.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ 1/2 ♡

Le résumé de l’auteure LENA LUCILY (AUTO-EDITION) : « Pas si facile de botter les fesses de sa pire ennemie : soi-même. » Aujourd’hui, c’est décidé : il est temps de se libérer des tourments du passé ! Cela fait un an que Daphné cherche vainement un sens à la mort de son fiancé Alexis, tué dans un accident de moto sur une autoroute où il n’aurait pas dû se trouver. Alors qu’elle met la main sur un billet de train que l’on a oublié dans la poche intérieure d’un sac, Daphné veut croire à la bienveillance du karma et saute dans le TGV. Alors que les regards tendres d’un trentenaire local ravivent son cœur, elle n’en doute plus : c’est le destin qui l’a menée dans les ruelles du Touquet. Mais si Baptiste est si parfait qu’il n’en a l’air, pourquoi Daphné reçoit-elle des mises en garde anonymes ? Quelle vie a-t-il ravagée des années plus tôt et pourquoi ressort-on cette vieille histoire au moment précis où Daphné offre son cœur ? Au Touquet, Daphné trouve le grand air… mais une nouvelle tempête se prépare.

2 réflexions sur « « Pas si facile de botter les fesses de sa pire ennemie : soi-même » de Léna LUCILY »

  1. je ne connais pas ce titre mais pourquoi pas ! c’est vrai que nous avons tous tendance à mettre nos problèmes sur le dos des autres alors que finalement, nous ne nous remettons jamais assez en question 😦 mais c’est dur !

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.