Le souffleur de nuages de Nadine Monfils

Le résumé des EDITIONS FLEUVE – 24 septembre 2020 : Franck, chauffeur de taxi, est triste parce que son chat est mort, que sa vie est monotone et qu’il est seul. Un jour, il reçoit l’appel de Hélène, une vieille dame fantasque, qui l’attend avec sa valise devant sa maison, dont elle laisse la porte grande ouverte,  » comme ça, tout le monde pourra entrer et se servir… » Elle n’a pas l’intention de revenir mais souhaite retrouver enfin le grand amour de sa vie.
Franck et Helène vont alors se lancer dans une aventure pleine de surprises et devenir l’un pour l’autre des souffleurs de nuages. Car il n’y a pas d’âge pour poursuivre ses rêves et les rencontres inattendues peuvent parfois ensoleiller notre existence…

Le souffleur de nuages est un titre qui évoque une poésie. Il me semble que c’est l’intention de l’auteure : offrir un récit aux phrases poétiques, avec des extraits de textes de référence, des métaphores, des conseils, des citations.

Dans cette lecture, je prends mon temps. Je pars en voyage avec Hélène et Franck. Direction Enghien-les-Bains, puis Senlis…

Elle a laissé la porte ouverte de son logement pour un libre accès car il n’y aura pas de retour en arrière pour cette vieille femme. Franck est un peu le spectateur de lui-même et d’une expérience qu’Hélène lui offre comme une leçon. Les paysages défilent, le passé aussi, les anecdotes. Il se dit révolté parfois, il est docile et peut-être tellement perdu dans sa propre existence qu’il se donne à coeur ouvert dans cette aventure. Il s’investit jusqu’au but ultime, s’accomplit sûrement et frôle du bout des doigts ses propres rêves… Voici une jolie manière d’inciter le lecteur à se questionner sur soi.

C’est un roman assez court, quelque peu moralisateur à travers la voix de la veille femme. Le début fait un détour qui me semble être comme une introduction au voyage que nous allons mener aux côtés de ces deux personnages. La dernière partie du livre me paraît plus intense, plus essentielle. Il m’a manqué tout au long du roman un peu de mystère et un objectif explicitement formulé à la lectrice que je suis, dès le départ du périple : qu’allons-nous chercher à Enghien puis à Senlis ?

La course en taxi a des allures de ballades anodines. Petit à petit, la quête se construit. Je me demande pourquoi cette vieille femme a choisi Franck pour réaliser ce pèlerinage… Quelle forme aurait pris sa course si un autre chauffeur l’avait conduite ? Un ténébreux ou un révolté ? Un taiseux ou un rancunier ? L’ordre des choses aurait-il varié pour Hélène qui dicte le voyage ? Quant à Franck, qu’a-t-il apporté à sa cliente mis à part sa mobilité et sa gentillesse naturelle ? Son expérience de vie a-t-elle changé la destinée d’Hélène ?

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡

Tous mes remerciements à NetGalley pour ce service presse, à l’auteure et aux éditions FLEUVE.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :