Au coeur de l’Ouest de Penelope WILLIAMSON… COUP de COEUR

Le résumé des éditions J’AI LU : À dix-sept ans, Clémentine s’ennuie dans la bonne société de Boston et rêve d’un vrai cow-boy qui l’emmènerait au loin. Le jour où elle croise le regard de Gus McQueen, un séduisant éleveur, elle n’hésite pas à s’enfuir avec lui au cœur du Montana.
Mais l’Ouest sauvage, avec son blizzard, ses loups affamés et ses voleurs de bétail, est bien peu hospitalier pour une jeune fille raffinée et inexpérimentée. C’est pourtant dans cette nature hostile et grandiose qu’elle va devoir apprendre à vivre auprès de celui qui est devenu son époux.
Mais, surtout, c’est là qu’elle va connaître cette folle passion dont elle rêve depuis toujours pour un homme majestueux et solitaire, à l’image du Montana. Un homme qui n’est autre que le frère de son mari…

Si vous n’avez pas peur des 700 pages qui s’annoncent, vous pouvez vous lancer dans cette histoire exceptionnelle. J’ai rarement lu des romances historiques qui remplissent autant le contrat et qui tiennent les promesses du genre. L’Histoire est bien au coeur de ces pages, vibrant de réalisme, indispensable à la crédibilité des événements. Trois femmes sont décrites, l’auteure nous dresse le portrait de ces citoyennes du passé.

Le Montana y est décrit dans ses côtés les plus exotiques et les plus sauvages, à travers ses paysages, à toutes les saisons, hostiles et passionnants.

Le Cowboy n’est pas une légende dans ce récit, c’est un vrai personnage avec, certes, son lasso, sa carabine winchester, sans oublier son fameux chapeau, le Stetson. Il est aussi et surtout l’homme fier, celui qui incarne la puissance, celui qui cache son âme puisqu’il est avant tout une image qu’il donne, qu’on impose et qu’on respecte ainsi. Il véhicule les idéaux de l’époque. Quoi de plus motivant que de posséder un troupeau où l’on compte les têtes par centaines, que l’on garde farouchement contre l’assaillant indien et le voleur ? Que ne feraient pas ces garçons de vaches pour agrandir leurs terres fertiles et conserver leur ranch, avoir une femme robuste et se réjouir de la richesse d’une mine ? Tour à tour, ces rêves sont les leitmotiv et les obstacles. Que de passions pour survivre ! Quel enchantement d’être plongé(e)s dans cette atmosphère !

Clémentine est aussi une vraie lady de Boston. Comme dans l’homme de la Sierra, c’est une jeune fille qui quittera ses crinolines pour la poussière et la dure vie des fermières pionnières. A la différence du roman de Pauline LIBERSART qui m’a beaucoup plu, cette femme est encore plus magnifique dans sa carapace de créature précieuse et fragile (qu’on lui impose) puis dans son rôle de figure respectée. Sa personnalité est remarquable, tellement forte et respectable dans son humanité. Le récit de sa bravoure et de sa résistance semble incontournable comme une figure emblématique de ce monde même si l’ensemble n’est que fiction et sorti de l’imagination de l’auteure. Sa transformation et son charisme sont précis et creusés, construits pour mon plus grand plaisir. Toutes ces pages relatent les changements qui s’opèrent en elle, tous les événements qu’elle traversera, ses douleurs et ses bonheurs.

L’auteure, Penelope WILLIAMSON n’est pas avare de descriptions et de scènes d’action se déroulant dans le ranch, dans les prairies ou dans cette ville inhospitalière typique du Far West. Ces cadres ne sont pas que des décors ou des prétextes. Le contexte vit et grandit avec les protagonistes. Nous avons les odeurs, la poussière qui nous emplit les narines, le bruit des roues des chariots et les jets de salive. La ville est perdue dans l’immensité, s’agrandit, se structure, se détériore. Je n’ai aucune peine à me plonger dans les tableaux.

Quatre parties composent ce roman. La première partie est la plus idyllique : c’est la naissance des rêves, de l’amour de notre jeune héroïne de dix-sept ans. La tension s’invite avec cet obstacle perturbant : Rafferty, le frère de Gus, exerce un profond attrait sur Clémentine. Ce bouleversement aurait pu être résolu illicitement ou grâce à un coup du sort. Ce n’est pas le choix de l’auteure. Elle décide de prolonger notre lecture, au diable le déshonneur ! Chaque chapitre va nous faire vibrer de passion, d’espoirs et d’embûches, de réalisme et d’honnêteté.

En parallèle de cette expérience tellement intrigante, vient celle d’Hannah, une ancienne prostituée qui a fait fortune. Hannah est un personnage secondaire qui parfois devient bien plus. C’est une autre femme qui lutte contre le pouvoir de l’Homme et tient à trouver et marquer sa place dans ce monde. Elle est magnifique de dilemmes et de courage. Jusqu’à la sept centième page, son destin m’accrochera. J’ai été merveilleusement touchée par son caractère, ses faiblesses et l’amitié qui la lie à Clémentine, entre autres.

La deuxième partie du livre fait intervenir Lily. A travers ses yeux, on découvre sa culture, ses traditions, son langage et ses croyances. Penelope WILLIAMSON dresse un portrait fin de ces expatriés chinois qui n’ont aucune reconnaissance, ni place dans la société américaine de l’époque. Achetées, brimées, rejetées, ces populations ont pourtant joué un rôle important dans l’évolution et le développement du commerce d’alors.

Trois destins de femmes qui s’enlacent, se croisent, résonnent l’un contre l’autre, l’un avec l’autre. Trois femmes, différentes de culture et d’origine sociale, qui pourtant vont agir ensemble et grandir chacune de leur côté.

Je pourrais qualifier les romances historiques de récits légers et superficiels. La plupart l’est. Celle-ci, pourtant, est bien plus : elle est travaillée et étoffée avec précision, elle est bâtie sur une réalité passée, elle exprime des combats, des mentalités que j’ai eus plaisir à découvrir. J’ai admiré l’ambiance, les détails et la restitution des faits de société. Le fil conducteur demeure la passion mais avec cette richesse de l’Histoire, il est merveilleux à lire.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ ♡ ♡ COUP de COEUR du FAR WEST

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :