Le craquant de la nougatine de Laure MANEL

Le résumé des éditions MICHEL LAFON – 22 avril 2021 :
 » Voilà, je me présente : Romain Piveteau, 42 ans, Niçois d’origine qui-a-gardé-des-O-un-peu-ouverts, restaurateur sympa, père solo qui-fait-ce-qu’il-peut, ex drôle. Ça tient en peu de mots. Il n’y a pas de quoi charmer une comédienne aux allures de déesse romaine.
Quand j’y pense… Alba, déesse romaine… ça aurait pu être un signe pour un Romain comme moi… Il paraît que les couples se fondent toujours sur une espèce de légende originelle…  »

Le cœur a ses raisons qu’on aimerait parfois ignorer.
Dans un bus, Romain rencontre Alba. Transporté par le charme éclatant de cette inconnue, il ne résiste pas à l’irrépressible envie de la revoir. Mais osera-t-il faire le premier pas ? Et surtout : a-t-il seulement droit à cette histoire ?

Roman de 150 chapitres environs très courts, répartis entre le point de vue de Romain et celui d’Alba.

Dans la forme, ce roman a des caractéristiques semblables à Celle qu’il attendait de Baptiste BEAULIEU, la poésie en moins : la rencontre entre un homme et une femme, le témoignage de la naissance d’un amour, la description de deux personnalités auxquelles on peut s’identifier. La thématique est cependant différente, vous la découvrirez, je la garde secrète parce qu’elle fait partie du plaisir de lire ce roman.

Romain est veuf. Il a deux jeunes enfants. Il est peu sûr de lui. Il est cuisinier et dirige son restaurant avec Thomas, son partenaire et meilleur ami. C’est un personnage mélancolique, réservé, malhabile. Ses faiblesses le rendent touchant même si parfois ses doutes et ses hésitations l’empêchent d’agir et d’être maître de son destin.

Alba est une femme plus pétillante. Elle est la voix off des publicités et des films. Sa profession originale donne du peps à cette histoire. Elle est aussi pleine de questionnements et d’empathie. Tantôt maladroite, rieuse et tellement merveilleuse aux yeux de cet homme blessé, elle est le rayon de soleil dans la vie de Romain, celle qu’il n’attendait plus. Leur rencontre est une chance, pour l’un comme pour l’autre.

Les atouts de ce roman sont certainement les scènes courtes, à la tension bien gérée. Elles se répondent en amenant à petits pas la suite des élèvements. Laure MANEL choisit de décrire leur rencontre, la croissance de leur amour jusqu’à l’attachement, les premiers obstacles.

Le lecteur lit une narration qui progresse lentement. Le double point de vue des émotions et des situations ralentit l’évolution de la relation. Les personnages sont moins actifs et davantage dans l’introspection, dans l’analyse de ce qu’ils vivent. Parfois, la répétition est un frein au dynamisme de l’intrigue. Il faut attendre plus de la moitié du livre pour comprendre les blocages de Romain.

Dans sa globalité, l’histoire me semble bien construite. Chaque brique trouve sa place. Chaque élément a son importance. Rien n’est offert par hasard.
De mon point de vue, il a manqué de l’action. Une bonne première partie du livre est focalisée sur la rencontre du couple. Après plusieurs chapitres, une centaine, j’aurais eu tendance à m’ennuyer. La découverte de la problématique de Romain a redonné de l’élan à cette histoire. Elle a apporté du sens aux comportements de ce père de famille.
Mon évaluation : ♡ ♡ ♡