Le fracas et le silence de Cory ANDERSON

Un livre jeunesse ? Destiné à un jeune public ? Ah oui… vraiment ?

Le résumé de FLEUVE éditions – 07 octobre 2021 : Pour éviter de devoir confier son frère à un orphelinat, Jack doit apprendre à survivre. A tout prix.

Je remercie l’éditeur et l’auteur pour cette lecture. Merci aussi à NetGalley pour ces découvertes.

Je pensais découvrir un livre jeunesse : le ton et l’ambiance sont davantage destinés à des lecteurs plus avertis. Certaines scènes et situations pourraient choquer les plus jeunes.

Ca commence fort ! Jack découvre le corps de sa mère dans la maison familiale : elle s’est suicidée, pendue. Il enfouit ses sentiments au plus profond de lui-même. Il réagit illico : pour échapper aux services sociaux, il se lance dans une course contre la montre contre la précarité. Son principal objectif : préserver son frère cadet, Matty, et lui assurer une vie décente…

Les scènes sont dynamiques. Les chapitres sont courts. Le roman défile rapidement. Chaque partie commence par une voix dont on ne connaît que la teneur mélancolique et dramatique : celle d’une inconnue qui intervient dans l’histoire. C’est une jeune adolescente qui se dévoilera seulement dans la deuxième partie de l’intrigue. Les trois personnages principaux sont liés par le passé de leur père : des gangsters avides de ce qu’ils n’ont pas eu l’occasion de profiter : une somme d’argent qui a disparu.

Jack se comporte comme un adulte mature. Il a l’expérience de la vie même s’il est jeune et adolescent. Il prend des risques, il se questionne, il agit. Nul ennui dans ce roman. J’ai été surprise par ce récit : je m’attendais à une histoire moins violente et plus feutrée.

Je suis assez intéressée par la trame, l’écriture de l’auteur, l’action qui ne tarit pas : un film défile sous mes yeux. Les scènes s’enchaînent. Elles m’emmènent sur des chemins que je n’avais pas prévus. Ce roman est haletant dans sa structure, par les péripéties qu’il fait subir à notre héros. L’attachement de Jack à son frère Matty est la raison de mon attention sur ce roman. Ces deux garçons sont attachants. Nul doute que Jack peut se sacrifier pour son cadet, il l’aime plus que tout.

La fin est digne d’un film américain : confrontation et justice sont les maîtres mots : les mauvais meurent (peut-être…), l’équilibre est rétabli. Je reste sur ma faim pour le dénouement, pas certaine d’avoir tout saisi : la voix des débuts de chapitre est-elle justifiée ou pas ? réelle ? possible ? Je me questionne sur les temps de narration : passé et présent… L’auteur boucle le récit : une boucle bouclée, vraiment ? Quelques interrogations subsistent et me laisse pensive…

Mon évaluation : ♡ ♡ 1/2 ♡