Au coin du feu… Charles DICKENS

Toujours dans le cadre du CHALLENGE COLD WINTER, je me suis plongée (pour la première fois de ma vie) dans un roman de Charles DICKENS.

Cantiques de Noël en prose est composé d’une centaine de pages et va très vite à lire.

La plume de l’écrivain est unique : elle est fine, intelligente, avec un beau phrasé et une pointe d’humour savante. Je sens l’ironie de l’auteur surpasser l’histoire simple d’un homme avare, son jugement, ses remarques acerbes. J’ai beaucoup aimé découvrir cette œuvre, en particulier.

Les contrastes sont saisissants. Charles DICKENS nous dresse en premier lieu le portrait de Scrooge : son apparence repoussante, son tempérament indélicat, l’aura antipathique qui se dégage du personnage. Il est avare, méchant. Le paragraphe suivant, il nous dépeint le neveu de celui-ci, pétillant, joyeux, questionnant (je ne saurais faire aussi bien que lui). Tous les éléments que l’auteur introduit ont du sens et participe au message de l’histoire. Tableaux et scènes se répondent, s’opposent pour amener à la réflexivité et au repositionnement de l’être.

Cinq couplets s’enchaînent dans une atmosphère si forte, si caractérisée, si signifiante qu’il est incontestable que Charles DICKENS un grand écrivain : il sait merveilleusement écrire et son écriture a une portée incontestable. Images, atmosphères et contextes : tout est savamment construit et impacte la lectrice que je suis.

Ce conte, je ne le connaissais que de réputation… des images de ce vieillard détestable…
Qui ne reconnaîtrait pas Scrooge s’il le rencontrait ? Son mauvais caractère est légendaire, n’est-ce pas ?… Mais qui connaît son cheminement intellectuel ? Qui a suivi son voyage dans les trois temps : passé, présent et préméditation ?

J’ai fait ce voyage et je ressors amoureuse de ce conte. C’est une fort belle rêverie, une belle leçon de morale… un conte ancien qui se transpose facilement à notre époque.

En fait, je connais plus de Scroogesss que je ne le pensais… 😉 😉 😉 

Mon évaluation :    

Publicité

5 réflexions sur « Au coin du feu… Charles DICKENS »

Les commentaires sont fermés.