HIVER SOMBRE : Les racines des ombres de François RABES

Dans la NUIT DU SOLSTICE, c’est avec « angoisse et horreur » (thèmes de la sous-catégorie d’un des menus du CHALLENGE COLD WINTER) que je me lance dans Les racines des ombres, un roman policier que m’ont gracieusement offert le blog NetGalley, les éditions HUGO POCHE et l’auteur François RABES. Je profite de cette occasion pour sortir le roman de ma longue pile de livres à lire.

Le résumé des éditions HUGO POCHE – 03 février 2022 : Les Vosges.
Une profanation de cercueil réveille la mémoire d’un terrible fait divers survenu quarante ans plus tôt. L’enquête est confiée a Claire, jeune substitut du procureur. Des zones d’ombres apparaissent bientôt et viennent éclairer l’affaire sous un autre jour. Entre un capitaine de gendarmerie hostile et un clan gitan dans le viseur de la justice, ses premiers pas sur le terrain vont s’avérer plus complexes que prévus. Simultanément, un couple et leur petite fille de six ans emménagent dans une vieille maison à rénover. Mais ce qui devait être un nouveau départ pour Michel, fils d’un puissant industriel de la région, sonne bientôt comme une plongée dans les méandres d’un épisode tragique qu’il croyait oublié. Une peur tenace revient le hanter et va le conduire sur les traces de son passé. Et si quelque chose ou quelqu’un reliait les deux évènements ? Et si l’ombre qui plane sur Michel depuis son enfance prenait racine au coeur des investigations menées par Claire ? La vérité les attend. Mais pour l’atteindre, ils devront l’un et l’autre braver leurs propres démons.

Les Racines des ombres est un roman qui tient en haleine. Il entremêle dans chaque chapitre trois points de vue différents : celui du voyou-gitan, un homme, loin du coeur tendre, celui d’une jeune substitut du procureur (rougissante et mal à l’aise) accompagnée d’un gendarme hostile et celui de Michel, fils trop souple et malléable, certainement naïf et trop gentil (c’est du moins l’image que l’auteur nous offre de ce père de famille) celui-ci s’installe dans une vieille habitation à rénover.

A partir de ces trois personnages centraux, l’intrigue s’articule dans une région où, des dizaines d’années plus tôt, un meurtre atroce a été commis. Une jeune fille de 16 ans est morte violée et égorgée. Son cercueil est découvert vide.

Les personnages sont fortement caractérisés : un contexte précis et une atmosphère particulière auréolent chacun d’eux. Démons, passés, spectres accompagnent les personnalités ; formulations, langage, actes et compagnies donnant un cadre et une image précise de ces êtres.

Le roman défile vite. La mise en place des personnages, des lieux et des événements prennent une première petite moitié du livre. Aucun ennui, pour ma part.

Le passé est lourd pour cette communauté atypique. Certains subissent, d’autres manipulent. Entre les méandres de l’esprit, les fantasmes, l’ambition et le pouvoir, les ficelles sont difficiles à démêler. C’est un récit assez imbriqué que nous offre l’auteur. Tous les personnages sont liés les uns aux autres.

Michel a capté toute mon attention. Je me suis questionnée tout au long du roman pour connaître les causes de ses cauchemars et hallucinations. La maison est-elle hantée ? Par qui ? Qui est le fantôme qui le rend si vulnérable ?

Quant à Claire, j’ai fortement apprécié l’espace dans lequel elle évoluait. L’hôtel, la chambre, le restaurant, ses hôtes sont à l’image de son esprit : torturé, hostile, déboussolant.

Bilan de ma lecture : J’ai préféré différer mon entrée dans ce roman qui, lors de ma première tentative (environ 6 mois plus tôt) ne m’a pas permis de l’apprécier. Je n’étais pas prête à entrer dans cette atmosphère. Ce fut une bonne décision car mon deuxième essai est concluant. J’ai même apprécié ma lecture, ce roman, cette rapidité dans les actions et les descriptions des personnages.
Mon évaluation :    1/2