Archives pour la catégorie Chick-lit

Plume fantôme d’Isabel Wolff

Voilà des années que j’ai envie de lire ce roman. C’est chose faite.

J’ai découvert Isabel WOLFF avec un amour vintage que j’avais adoré. J’en garde encore un très bon souvenir. J’ai lu Rose à la rescousse (cliquez ici) et Accroche-toi Anna (et ici, aussi). Celui qui manquait particulièrement à ma liste était ce roman, bien particulier, qui ne ressemble vraiment pas aux autres. Il est rangé dans la catégorie des Chick-lit… je le classerais davantage du côté des historiques.

Deux voix se partagent ce livre : celle de Klara, néerlandaise qui a vécu à Java, durant la deuxième guerre mondiale. S’ouvre l’Histoire et la noirceur des hommes puisque Klara, enfant, est enfermée avec sa mère et son petit frère Peter par les Japonais. Elle raconte ses souvenirs, terribles, au coeur des camps, souffrant des plus lourds sévices. Celle de Jenni, une jeune femme écrivaine et biographe, qui recueille les expériences de Klara. Elle a aussi sa problématique et ses traumatismes.
La rencontre des deux femmes fait ressurgir le passé, chacune affrontant ses démons. La bienveillance et l’écoute sont des appuis qui libèrent la parole. Ainsi libérées, les blessures peuvent cicatriser.

C’est un roman touchant, rempli d’espérances et de confiance en l’avenir (malgré l’horreur décrite). La vie de Klara m’a particulièrement marquée. Elle évoque un pan de l’histoire que je ne connaissais pas. Je ne verrai jamais plus les îles (notamment l’île de Java) de la même manière. Paradisiaques, mon esprit refuse d’y voir l’horreur et l’agonie.

Je suis très heureuse d’avoir régressé dans le temps (sortie en 2015 – 6 ans déjà !), d’être retournée vers ce roman qui attisait ma curiosité. Plume fantôme est une histoire plus grave qu’il n’y paraît, adoucie (en quelque sorte) par l’expérience de Jenni… Je vous laisse découvrir son spectre, son passé et ses douleurs. Bonne lecture !

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ ♡ 

Le résumé des éditions JC LATTES – 06 mai 2015 : Jenni est ghostwriter (nègre), qui prête sa « plume fantôme » aux autobiographies de ses clients. Ce travail lui convient parfaitement – toujours hantée par une tragédie de son enfance, elle préfère se réfugier dans les souvenirs d’autrui plutôt que de ressasser les siens.
Klara, petite fille pendant la Seconde Guerre mondiale, a passé plusieurs années dans un camp d’internement à Java, sous l’occupation japonaise. Elle n’a jamais parlé de ce qu’elle y a vécu, mais à l’approche de son quatre-vingtième anniversaire, elle comprend qu’il est temps de partager l’extraordinaire récit de sa survie.
Tout en amenant Klara à raconter son enfance et à dévoiler un épisode méconnu de l’histoire mondiale, Jenni est contrainte de revenir sur son propre passé. Jenni et Klara pourront-elles s’aider l’une l’autre à apaiser leurs fantômes ?

Pour accompagner ma chronique, j’ai choisi ces deux couvertures : La première reflète la personnalité de Jenni qui est prête-plume (plume fantôme) ou ghostwriter.
La deuxième évoque davantage l’expérience de Klara, avec quelques symboles de l’île de Java : palmier, feuille de bananier, hibiscus, nature exubérante. Ma préférence revient aux éditions POCKET. Les deux silhouettes évidées sont touchantes : pleines d’amour, de complicité, de fraternité et de désir de protection. Les deux personnages résisteront-ils à cette guerre immonde ?

Des romans similaires :
– Celui de Ruta SEPETYS : Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre.
– Celui de Teresa MESSINEO, Deux femmes dans la tourmente.

Mes attentes de lecture pour… Son espionne royale de Rhys BOWEN

Voici une rubrique que je réactive : « mes attentes de lecture« . L’objectif est d’énoncer tout ce que la couverture évoque et imaginer le contenu du livre en cours. Je commence pour 2021 avec Son espionne royale de Rhys BOWEN. C’est parti !

Voici la couverture, toute parée de vert. Son espionne royale mène l’enquête est le point de départ d’une série qui, à ce jour compte six tomes. Une promesse de ne pas s’ennuyer si l’héroïne me plaît et si ses aventures me tiennent en haleine.

Le résumé des éditions ROBERT LAFFONT – 06 juin 2019 : Sa première mission royale : espionner le prince de Galles. Londres, 1932.
Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugenie, fille du duc de Glen Garry et Rannoch, trente-quatrième héritière du trône britannique, est complètement fauchée depuis que son demi-frère lui a coupé les vivres. Et voilà qu’en plus ce dernier veut la marier à un prince roumain !
Georgie, qui refuse qu’on lui dicte sa vie, s’enfuit à Londres pour échapper à cette funeste promesse de mariage : elle va devoir apprendre à se débrouiller par elle-même.
Mais le lendemain de son arrivée dans la capitale, la reine la convoque à Buckingham pour la charger d’une mission pour le moins insolite : espionner son fils, le prince de Galles, qui fricote avec une certaine Américaine…

Je me lance donc dans un Cosy Mystery Book qui se déroule au Royaume Uni dans les années 1930. C’est de bon augure puisque j’ai déjà des séries en cours dans le même genre : les Rendez-vous avec … de Julia CHAPMAN et Les Mystères de Honeychurch… de Hannah DENNISON qui, eux, se passent dans nos années. Changement de siècle, j’en suis ravie… car forcément, cette série va se distinguer des autres pour m’apporter de nouvelles émotions !

J’ai lu les cinq premiers chapitres pour me faire une idée de l’héroïne. Georgia (pour les intimes) et Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugenie (pour le grand monde) est de souche royale, vingt-et-un an, libre mais pas encore autonome… car malgré ses origines nobles, elle est sans le sou. C’est à ce moment que commence son aventure : que va-t-elle faire de sa vie ? Son futur devrait rimer avec mariage mais cette idée n’est pas dans ses projets.

Lorsque je découvre le nom de Darcy O’Mara, ma curiosité s’aiguise. Darcy… un présage d’une romance digne des plus beaux rêves (Orgueil et Préjugés)… et O’Mara comme O’Hara (Autant en emporte le vent)… Franchement, avec de telles références, je ne peux que me régaler !

Rajoutons à ce livre, un soupçon de suspense et une intrigue policière… de l’humour et de la bonne humeur… je suis preneuse ! Car, déjà, dès les premières pages, je me régale. Je n’en suis qu’à la mise en place des personnages et du contexte, mais l’ensemble me plaît.

Première mission : espionner le Prince de Galles qui fricote avec une « femme » (pas une Lady…)… Et qui lui ordonne cette enquête ? La Reine elle-même ! Cela promet quiproquos et situations inconfortables, vous ne pensez pas ? J’envisage des obstacles en pagailles, de l’action et des rebondissements, des faux-semblants… La couverture sereine et la posture de cette femme contenue ne semblent n’être que tromperies ! Je sens Georgiana, bouillonnante et pétillante, prête à tout pour vivre et pour assumer cette nouvelle responsabilité… Une aventure et une promesse d’une lecture fort agréables !

Avez-vous les mêmes ressentis que moi ? Avez-vous déjà découvert cette série ? Est-elle en prévision de vos lectures ? Est-elle dans votre PAL à attendre sagement que l’envie vous réveille le souvenir de ce petit bijou ? Ai-je raison de me lancer ? J’attends vos commentaires avec imaptience.

Très bientôt : mon avis… A venir.

Mes lectures 2020 du top au flop… Bonne année !

Je vous souhaite une joyeuse année 2021, qu’elle soit belle et harmonieuse, sereine et agréable… qu’elle vous apporte des lectures toujours plus passionnantes. Je vous souhaite de belles découvertes livresques !

Pour commencer cette année, je vous propose une petite rétrospective de mes lectures de 2020, du Top au Flop…

♡ ♡ ♡ ♡ ♡

Commençons par les coups de coeur : ils ont été au nombre de 9, dans des genres différents : historiques, romances, contemporains, cosy british mysteries… Tamara BALLIANA, Amy BELDING BROWN, Katherine CENTER, Julia CHAPMAN, Mélissa DA COSTA, Kristan HIGGINGS, Sophie JOMAINS, Gaëlle NOHANT, Kate QUINN

♡ ♡ ♡ ♡… puis les excellents moments de lecture… Mes TOPS du TOP :

♡ ♡ ♡… les lectures que j’ai trouvées agréables :

♡ et ♡ ♡… et celles avec lesquelles je n’ai pas accrochées : Mes FLOPS de 2020…

Dans l’ensemble, que du positif… Je remercie mes partenaires de lecture : les blogs que je suis et ceux que je découvre au fil de leurs parutions, BABELIO, LIVRADDICT, NetGalley, les éditions DE BOREE… Merci à tous ! Je nous souhaite de bons partenariats et des romans toujours plus fabuleux.

A très vite !

Si seulement… la vie s’apprenait dans les romans d’amour

Connaissez-vous les romans de Kristan HIGGINS ? Forcément… Qui ne connait pas cette auteure de romances ?! Et bien, croyez-moi ou non… mais c’est ma première entrée dans le monde de l’écrivaine. Pourtant, elle a écrit des dizaines d’histoires romantiques ! Ses couvertures sont connues depuis de nombreuses années. Je suis toujours passée à côté, pas franchement convaincue par ces illustrations pétillantes et colorées.

Je ne peux pas dire que je suis fan de celles-ci, ni du titre de ce roman. Je suis incapable de vous dire un mot du contenu, rien qu’en regardant la première de couverture. C’est accrocheur (ou pas) mais ça ne me parle pas… d’où (peut-être) ma bouderie envers l’auteure… ou tout simplement, mon manque d’intérêt.

Comment suis-je arrivée à entrer dans son univers, alors ? Par hasard… en me disant « Pourquoi pas ? »… Si tant de mes blogs préférés aiment ses écrits, c’est que je passe à côté de romances sympas et distrayantes… Il y a certainement eu un commentaire très élogieux… Une pointe de curiosité… mon fort besoin de me détendre (dans ce monde assez perturbé)… et me voici en train de vous vendre… une romance très sympa… un COUP de COEUR DECOUVERTE ! J’ai franchement aimé ce que j’ai lu.

Voici le résumé des éditions HARPER COLLINS – 5 octobre 2016 : Si seulement… brosse le portrait parallèle de deux sœurs, à un tournant de leur existence. L’une, célibataire désabusée après une rupture, quitte New York pour retourner dans la ville de son enfance. L’autre, qui croyait vivre un mariage parfait, découvre qu’il est construit sur un mensonge.
Un portrait juste et sincère, plein d’un humour parfois acerbe et de désillusions désamorcées par le rire : car la vie, la vraie, ne s’apprend pas dans les romans d’amour…

De quoi ça parle ? Le thème est le divorce et la séparation. A travers deux voix, celles de deux sœurs, l’auteure nous questionne sur l’amour et la rupture. L’après trahison, l’après illusion… faut-il poursuivre le lien, s’en détacher, le bannir ?

Je me suis amusée dans les péripéties de ces deux héroïnes attachantes, j’ai ri… et j’ai eu des moments d’intenses émotions (une petite larme n’a pas pu être retenue… oui, je suis sensible en ce moment !). L’humour est en effet bien présent, juste et bien dosé. Pas une seconde d’ennui dans ces plus de quatre cents pages… un pincement au coeur au moment de quitter Rachel, la mère de famille et Jenny, la créatrice de robes de mariées.

J’ai trouvé l’intrigue bien construite avec tous les ingrédients nécessaires : des personnalités qui pimentent les aventures (je pense à la mère des deux héroïnes, la veuve éplorée et amère, aux petites triplées pleines de peps et à Kimber, la future mariée aux cheveux roses et aux multiples piercings…), un Léo tout en beauté et en mystère (impossible de ne pas être séduite !), le contexte de la petite ville très attachante, des actions pertinentes qui font progresser les personnages. Juste parfaite.

Mon évaluation : COUP de COEUR découverte ! ♡ ♡ ♡ ♡ ♡

Maintenant, je compte sur vous pour me donner d’autres coups de coeur… Quel est votre meilleur souvenir parmi les livres de Kristan HIGGINS ? Quelle romance me conseilleriez-vous ? Allez… foncez aux commentaires pour me donner votre avis d’expert(e)s !

Bien livresquement.

Rendez-vous au café du bonheur de Lucy DIAMOND

Le résumé des éditions CHARLESTON – 11 février 2020 : Evie Flynn a toujours été le mouton noir de sa famille si parfaite : une rêveuse, vagabonde dans l’âme, contrairement à ses soeurs aînées. Elle s’est d’abord rêvée actrice, puis photographe et chanteuse, mais sans grand succès.
Lassée de ces échecs, elle s’est construit une vie raisonnable : entre un travail qu’elle déteste et un fiancé très terre à terre (pour ne pas dire ennuyeux), elle regarde sa vie défiler sous ses yeux jusqu’au décès de sa tante préférée dans un accident de voiture. Jo lègue à sa nièce le petit café qu’elle tient sur le port de Carrawen Bey.
Déterminée à prendre son destin en main, Evie n’hésite pas longtemps avant de tout plaquer pour partir découvrir les Cornouailles et l’héritage qui lui est offert, sans se douter des rencontres qui vont bouleverser son destin

C’est l’aventure d’Evie, mouton noir d’une famille, la petite dernière qui ne semble jamais satisfaire ses proches. Evie vit une vie médiocre jusqu’à ce qu’elle hérite d’un café aux Cornouailles, dans un petit coin de paradis, en bord de mer…

Avec un titre comme celui-ci, Rendez-vous au café du bonheur, à quoi peut-on s’attendre ? La réponse est en transparence dans la couverture et dans le genre littéraire, Feel-good : le bonheur et la réussite sont à la clé.

Le thème de ce roman est assez classique mais je ne m’en lasse pas. C’est un de mes thèmes de prédilection. J’aime la case départ d’une héroïne, catastrophique et déprimante. Plus l’enjeu est grand, plus mon attention et ma lecture sont captivées. Pour Evie, il s’agit de se construire un nouvel univers professionnel, un nouveau contexte amoureux, de nouvelles relations amicales, dans un lieu rêvé, le littoral, la campagne, la sérénité… La belle vie, quoi !

Dans le résumé, on sait déjà qu’Evie va rencontrer l’amoureux de sa période adolescente. Peut-on imaginer que cet être fantasmé puisse être l’heureux élu en question ? A vous, de le découvrir…

On imagine sans mal que les épreuves vont être multiples pour cette installation et cette reconstruction. En effet, les attaques viennent de toutes parts : villageois, employés, météo, famille… Les idées de l’auteure, Lucy DIAMOND, ne manquent pas.

Il y a des aspects de cette aventure déjà vus et d’autres plus particuliers. Dans l’ensemble, je connaissais le contenu de ce roman. Et pourtant, je l’ai apprécié. Mon plaisir a été au plus haut en attaquant les premiers chapitres.

Le ton de la narration est joyeux. La voix d’Evie est ponctuée de boutades. Elle s’adresse parfois aux lecteurs (et lectrices) : on est partie prenante de ce livre.

Dans l’ensemble, c’est frais, amusant, plein d’espoirs. Je pense que les apparences de ce récit (couverture vert espoir, mer paisible et duo devant un café ou thé…) tiennent leurs promesses. On peut être déçus de certains aspects déjà rencontrés dans d’autres œuvres du même genre mais ce n’est pas mon cas. J’ai juste été un peu exaspérée par la fuite d’un personnage important de l’histoire à la fin et du caractère un peu trop bienveillant de la population, réalité qui occulte les vraies difficultés dans « la vraie vie ». Mais, en conclusion, c’est très mignon et j’en redemande.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ 1/2 ♡

La guerre des papilles de Lucie Castel

Le résumé des éditions HARLEQUIN :

Chocolat contre pâtisserie.
Castelli contre Palazzo. 
Lucca contre Catalina.

Contre ? Tout contre, oui. Face à face, même ; car le local que Catalina a hérité de son grand-père se trouve à moins d’une dizaine de mètres du magasin des ennemis de toujours de sa famille : les Castelli. La guerre entre les deux clans dure depuis trois générations dans le petit village corse de Sartène, et l’installation de la descendante des Palazzo en face de la chocolaterie tenue par Lucca Castelli sonne comme une ultime provocation. Mais Cat a déjà surmonté bien pire que la concurrence frontale d’un voisin malpoli et ouvertement hostile, et il est hors de question qu’elle renonce à ouvrir sa pâtisserie, l’incarnation du nouveau départ qu’elle veut donner à sa vie – qu’elle doit donner à sa vie. Si Lucas veut vraiment la guerre, il l’aura… et ce sera la guerre des papilles !

Délicieuse : à savourer sans modération.

Je frôle le coup de coeur ! Cette romance est tonique, directe et charmante. S’il y en a une à découvrir ce mois-ci, je sélectionnerais La guerre des papilles de Lucie CASTEL sans aucun souci.

Deux familles : les PALAZZO et les CASTELLI, de vieilles rancoeurs, des luttes de pouvoir au sein d’une petite communauté Corse. Catalina vivait en Bretagne, elle a perdu sa vie, elle fuit son passé en héritant dans son grand-père. Résultat, elle ouvre sa deuxième pâtisserie et se voue corps et âme à sa passion. Est-ce une chance pour se reconstruire ?

C’est sans compter l’influence de Lucca CASTELLI, célèbre maître chocolatier, dernier gardien de la toute puissance de sa famille. Celui-ci acceptera-t-il un concurrent en face de son commerce et dans son propre fief ?

Le ton de la narration est donné. Les deux voix qui s’affrontent ne manquent ni de piment, ni de spontanéité, ni de conviction. J’avoue que la plume de Lucie CASTEL m’a enchantée par sa justesse et sa force. J’ai été directement plongée dans le corps des deux protagonistes. Vraiment, les points de vue sont parfaitement et délicieusement réussis !

Les personnages secondaires accompagnent nos deux guerriers. Marc-Antoine ne manque pas de me séduire par sa vulnérabilité et ses compétences, Charlotte… et les deux « mamies », deux visages terribles, qui au fond, se révèlent tendrement attendrissantes.

Je savais que Lucie CASTEL me seduirait encore. Cette auteure est une valeur sûre. Dans son roman, elle nous glisse une partie d’elle-même, de sa douleur, de son sentiment d’injustice mais elle garde une bonne humeur décapante et charmante.

Merci à l’auteure, aux éditions HARLEQUIN, au blog NetGalley, pour ce beau moment de lecture, gentiment offert et subtilement tendre et positif.

Rendez-vous avec le mystère

Le résumé des éditions ROBERT LAFFONT – Collection LA BÊTE NOIRE

La mort n’a pas dit son dernier mot.

Engagé par le notaire Matty Thistlethwaite pour retrouver le certificat de décès d’une femme morte il y a vingt ans, le détective privé Samson O’Brien imagine l’affaire vite pliée. Mais dans le petit village de Bruncliffe, les choses sont rarement aussi simples. Surtout que Matty insiste pour que Delilah Metcalfe, avec sa connaissance intime de la région et de ses habitants, collabore à l’enquête.
Au fil de leurs investigations, Samson et Delilah se retrouvent entraînés dans un mystère qui pèse sur Bruncliffe depuis des décennies. En cherchant la vérité, ils vont déterrer des secrets que certains auraient préféré garder bien enfouis.
Le troisième tome de la série best-seller Les Détectives du Yorkshire. 

Plus les tomes s’enchaînent, plus j’aime cette série d’enquêtes. Les personnages prennent une consistance audacieuse. Ils sont plus riches, plus complexes, avec un portrait psychologique fin. J’apprécie la relation entre Samson et Delilah, tantôt séductrice, tantôt moqueuse ou provocatrice, pleine de défis et de non-dits.

Samson a trouvé refuge dans le village de Bruncliffe, autrefois le fief de son enfance, après des péripéties professionnelles dont nous n’avons pas encore toutes les informations. Forcément, une curiosité naît… je suis impatiente de le retrouver dans cette situation périlleuse.

Delilah, quant à elle, a toujours vécu dans cette communauté d’agriculteurs. Elle a construit sa vie, une relation de couple qui a pris l’eau. Elle s’est vite séparée de son ex, personnage que l’on découvre (en chair et en os) dans ce tome. Elle possède ses racines dans ce lieu très british et campagnard.

Tous deux, les enquêteurs du Yorshire, amis d’enfance, se retrouvent, plus forts que dans leur passé, quelque peu fragilisés par leurs expériences. Julia CHAPMAN prend son temps pour nous construire leur relation, chaleureuse, bienveillante et complice… J’adore ça.

L’enquête n’est pas dénuée d’attrait. Cette fois, c’est le notaire de la région qui veut récupérer un acte de décès qui n’existe pas. Nos deux associés et enquêteurs se démènent pour éclaircir ce mystère, affrontant les obstacles qu’on glisse sur leur parcours, chamboulés aussi par leur vie personnelle (aussi compliquée). En parallèle, le célèbre promoteur complexifie le contexte avec des motivations que l’on découvre mais que je ne décrypte pas encore.

La suite de la série promet de bons moments… J’ai vraiment hâte de retrouver ce petit monde, cette campagne vallonnée et ses habitants chaleureux.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ ♡

Comment ne pas faire pitié à Noël… ?

Non… non… je ne vous parle pas de votre tenue, ni des cadeaux que vous allez offrir mais du roman de Joanna BOLOURI que j’ai A-DO-RE ! Nul doute que ce livre est un coup de foudre et une GROSSE surprise ! Je me suis bien amusée. Il est IMMANQUABLE en cette veille de Noël !

Comment ne pas faire pitié à Noël quand on est célibataire de Joanna BOLOURI

Le résumé des éditions MILADY
À trente-huit ans, Emily a un travail satisfaisant, des amis fabuleux, et surtout, un appart merveilleux, situé à 661 kilomètres de sa famille un peu trop intrusive. Sa seule source de stress est Evan, son jeune voisin, qui a tendance à écouter la musique à fond, et fait encore plus de bruit la nuit… Mais qu’importe ! Heureuse en couple avec Robert, Emily espère bien l’inviter chez elle pour Noël et lui présenter ses parents. Finies les questions indiscrètes ! Mais quand Robert rompt avec elle, Emily en est malade. Comment va-t-elle pouvoir affronter sa famille ? Bien déterminée à reconquérir Robert, Emily fait appel au fêtard d’à côté… 

Cette romance, dont le résumé est tout à fait classique, est une histoire à découvrir. Les personnages sont adorables, la voix d’Emily est délicieuse. Même si l’humour est au rendez-vous, la narration est délicate et sans caricature. La famille d’Emily, redoutable et redoutée, est un véritable havre de paix et de sérénité, une bouffée d’air frais, un univers décalé où je me sens bien.

J’ai ri, j’ai pouffé, j’ai apprécié…. TOUT. Avec Emily, on quitte Londres, on sait pertinemment qu’on reviendra après les fêtes dans cette capitale, on côtoie l’Ecosse, on voudrait goûter plus abondamment et généreusement cette vie paisible, cette parenthèse de rigolades et de vrais comportements. On craint le pire pour notre héroïne. On verserait bien notre petite larme mais, on est digne et on se retient. 

J’ai adoré. J’ai vraiment hâte de retrouver la plume de Joanna BOLOURI que je ne connaissais absolument pas et qui me faisait craindre le pire. J’ai eu le meilleure. Je suis enchantée !

Mon évaluation : COUP DE COEUR ! Mon premier pour le Challenge Cold Winter. 
♡ ♡ ♡ ♡ ♡

Le bonheur n’a pas de rides de Anne-Gaëlle HUON

Dans ce roman feel-good, on retrouve des personnages qui me sont chers : la grand-mère « roublarde », un fils mature malmené, une belle-fille tyrannique, une équipe de joyeux lurons… jusqu’au chat traité comme un humain. Bref, toute une galerie de portraits qui fait mon bonheur, puisqu’ils sont attachants.

Lire la suite Le bonheur n’a pas de rides de Anne-Gaëlle HUON

Love me if you Cannes de Tamara Balliana

Voici une romance contemporaine bien construite. Elle se lit rapidement. Elle comporte un double fil directif : l’épanouissement d’Olivia et le vol de bijoux dans l’hôtel où elle travaille.
Lire la suite Love me if you Cannes de Tamara Balliana