Archives pour la catégorie Mon parcours de lecture : les livres lus

C’est mon blog’anniversaire…

2015 : Je crée mon blog…

J’étais déjà une dévoreuse de livres avant cette volonté de publier… A l’époque de l’école élémentaire, j’étais passionnée des Contesse de Ségur, du Club des Cinq et des Alice détective mais aussi des contes de Grimm et de Perrault. Je détestais être forcée à lire tel ou tel roman…

Le collège et les lectures obligées m’ont un peu poussée à la paresse et au rejet des livres… Puis, l’âge adulte m’a rendu ma liberté de choix. Je suis tombée dans les romans de Mary HIGGINGS CLARK, ceux de Ruth RENDELL. Je me suis aussi tournée vers les classiques : Alexandre DUMAS, et aussi vers Daphné du MAURIER… Je me souviens du temps que je passais dans les librairies et aussi, dans les bibliothèques municipales.

Avec la création de mon blog, je me suis essayée à beaucoup de genres, tous les genres… J’ai cherché à découvrir des auteurs, d’autres blogs, d’autres lecteurs et lectrices (via les commentaires). La question à cette époque était ; « Vais-je tenir ce journal sur le long terme ? »

2016 : Mon blog a un an.
Je suis fière de moi : j’arrive à publier régulièrement et à tenir à les engagements que je me suis fixés : je teste des publications hebdomadaires, je participe à des tags. C’est un peu la frénésie. J’adore écrire, mon passe-temps est la lecture. Je cherche la nouveauté. Je suis mes écrivains préférés… Je sens que j’ai tout un nouvel univers à parcourir. Internet est à moi et avec moi : partages, sources d’inspiration et lieu de publication de mes chroniques. C’est chouette d’être lue, de commenter, de partager !

2017 : 2 ans. La nouveauté devient un rendez-vous quasi quotidien. Je lis, je donne mon avis, je programme…
2018 : 3 ans. 2019 : 4 ans… Les années défilent.

Et 2022 : 7 ans.
Mon blog a sept ans ! Aujourd’hui, j’ai un rythme de lecture plus modéré (environ un livre par semaine, des fois davantage… parfois, moins). J’ai diversifié mes plaisirs et je suis revenue à ceux que j’ai toujours aimés : la romance, les récits de vie et quelques policiers et thrillers. J’ai abandonné la fantasy, l’imaginaire trop fictionnel, les romans pour jeunes adultes. Je reviens souvent vers les mêmes thèmes (reconstruction de soi) et les mêmes périodes historiques (XIXème et seconde guerre mondiale, époque contemporaine).

Je n’ai plus cette envie de lire vite, de lire beaucoup. La lecture suit mon rythme de vie, mes envies et les pauses que je m’accorde. Par contre, je ne me déplace rarement sans ma liseuse. J’ai toujours une histoire en cours… J’abandonne rarement une lecture. Je suis les conseils des blogs qui m’accompagnent depuis longtemps. Je fouine toujours autant à la recherche d’une nouvelle édition, d’un auteur montant ou inconnu. Je me fie aux couvertures, aux résumés, aux premières pages… aux avis de mes « ami(e)s » des blogs.

Il y aura certainement une année 2023… Je continue cette expérience, d’abord, pour moi, pour mon plaisir et parce que le blog est une manière comme une autre de garder en mémoire mes expériences de lecture, mon parcours littéraire. C’est aussi une super manière de contacter et de réaliser des échanges avec des personnes variées et diverses.
Je m’efforce à être respectueuse, bienveillante. J’essaie de ne pas juger négativement tout en gardant mon avis personnel. L’important pour moi est de ne froisser personne, d’être une référence mais pas une vérité. Chacun a ses goûts. Les envies varient beaucoup en fonction de l’humeur.

Bref, vous l’avez compris, j’ai très envie de poursuivre l’aventure à vos côtés… A très bientôt, alors !

Noël surprise dans les Highlands de Sarah MORGAN : c’est parti pour les romances toutes douces de Noël !

Le résumé des éditions HARLEQUIN – 6 octobre 2021 : Dans ce manoir isolé au cœur des Highlands, Gayle se sent perdue. Si elle a proposé à ses filles de passer Noël en Écosse, c’était dans une tentative désespérée de ressouder sa famille. Seulement, ces lieux ravivent en elle la mémoire de son premier amour, des souvenirs dont ses filles ignorent tout, et que Gayle préférerait garder secrets…
Ella ne sait plus sur quel pied danser. Sa mère, cette business woman redoutable, qu’elle pensait dépourvue de sentiments, a soudain insisté pour qu’elles passent les fêtes ensemble… après cinq ans sans nouvelles  ! Aujourd’hui maman à son tour, Ella s’inquiète  : Gayle-sans-cœur a-t-elle vraiment changé ou risque-t-elle d’être une grand-mère décevante pour sa petite Tab  ?
Quant à Samantha, elle meurt d’envie d’associer son agence de voyage à ce magnifique manoir.  Mais comment rester professionnelle face à Brodie, le propriétaire, qui la perturbe tant ? Cet Écossais si séduisant n’a qu’à la regarder pour lui faire perdre tous ses moyens…

Un point de départ fracassant : Gayle, en pleine interview, perd de sa superbe (chute, étourdissement, prise de conscience…). Alors qu’elle est au summum de sa réussite professionnelle (elle est écrivaine et donneuse de leçons à travers deux livres que le public s’arrache), son monde s’effondre autour d’elle (qui est-elle ? qui voit-on en elle ?). Un simple accident va remettre en cause ce qu’elle a construit : y compris la relation inexistante qui la lie à ses deux filles absentes : Samantha et Ella. Ces deux jeunes femmes sont averties de la personnalité ferme et sans concession de leur mère. Elles ont pris le large… non sans une pointe de désir que ce lien maternel resurgisse un jour.

Toutes les trois se sont éloignées au point de ne plus se donner de nouvelles pendant cinq ans. Ella s’est mariée et est devenue mère. Samantha a construit sa carrière dans une direction inverse de celle de sa génitrice (enfin, c’est ce qu’elle croit…). Passé le moment surnaturel et gêné de leurs retrouvailles, elles se retrouvent loin de New York et de leur discorde dans une contrée pleine de rêves et de magie : les Highlands.

La première partie du roman est une agréable surprise pour moi. Le portrait de Gayle est bien décrit. Je suis aussi choquée qu’elle de cette nouvelle relation qui s’offre à elle. Gayle a envie de renouer le contact avec ses filles, prenant conscience peu à peu qu’elle manque beaucoup de moments, ainsi éloignée de ses enfants. En quelques instants, elle s’aspire à redevenir maman et elle se découvre grand-mère de Tab, une gamine pleine de vie, la langue bien acérée d’une petite fille innocente du haut de ses quatre ans. C’est subit, grisant : un vrai challenge comme elle les aime, dans un domaine qu’elle doit reconquérir : sa vie personnelle et familiale.

Samantha est le personnage qui me fait le plus rêver : c’est à travers elle que la romance s’installe dans une relation avec le mystérieux écossais des Highlands. Qui est-il ? Va-t-il vraiment taire son sentiment envers cette talentueuse « fabriquante de vacances inoubliables » ? L’art de Sarah MORGAN est de nous brosser, dans ce paysage de rêves, une famille comme on en rêve avec des heurts, de l’humour et de l’auto-dérision, des sentiments débordants. Je trouve cette romance bien réussie. Les liens familiaux sont à l’honneur : cela tombe pile dans l’image que j’ai de Noël, un moment de paillettes et de magie, de réconciliation, de don de soi et d’indulgence comme de bienveillance.

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥

9 mai : mon blog’anniversaire

Mon blog a 6 ans : 6 ans de partage, 6 ans d’échanges, 6 ans de parution d’articles

Quelquefois, mes comptes rendus sont nombreux et réguliers, parfois, je suis moins emballée. Je peux être inspirée ou démotivée. J’agis en fonction de mes humeurs mais toujours avec sincérité. Cela me semble le principal : être vraie même si les tendances et les modes ne sont pas tout à fait en adéquation avec mes avis et mes plaisirs.

J’évolue quand même (un peu). Cette année, j’ai lu davantage de romances, quelques policiers, aucun roman fantasy, ni science-fiction. Je me suis plongée dans des séries so british et cosy… (avec passion et délectation). Je suis quelques auteurs fétiches et chouchous… Je réalise des découvertes, je m’engage vers des horizons inconnus. J’ai des coups de coeur (parfois surprenant, là où je ne m’y attends pas) et, bien sûr, des déceptions (que j’essaie de lire jusqu’à la dernière page).

Avec ce blog, j’écris mes avis, j’en profite pour offrir quelques commentaires, pour aller chercher l’inspiration sur vos pages aussi. J’appartiens au groupe mouvant des blogueurs, heureuse d’être parmi eux, satisfaite de promouvoir la lecture et le plaisir de lire. Je n’aurais pas pensé que cette expérience durerait si longtemps… Quel bonheur de vous avoir avec moi !

J’ai quelques partenaires : principalement NETGALLEY que je remercie, les éditeurs et les auteurs aussi qui m’offrent des SP. C’est vraiment une chance de lire ainsi… d’écrire… d’être lue et de susciter des plaisirs et des découvertes.

Je vous remercie de votre fidélité, de vos commentaires et de vos passages. Surtout ceux qui lisent des romans d’un genre différent mais qui s’intéressent à ceux que j’adore, à ceux qui passent tranquillement sur mes pages et qui m’oublient, à ceux qui me sont fidèles, à ceux qui s’abonnent et à ceux qui se donnent la peine d’écrire un petit message. Tous : merci.

A bientôt. Bien livresquement.

A LA PAGE DES LIVRES

Chut… je lis !

Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd’hui, je termine un merveilleux roman Celle qu’il attendait de Baptiste BEAULIEU (parution le 05 mai 2021). Je vous conseille de lire l’histoire de cette rencontre si vous aimez les belles phrases et la poésie : il est tout simplement irrésistible !

Je remercie NETGALLEY pour ce service de presse… Et je continue sur ma lancée en changeant d’époque. J’abandonne le monde contemporain pour le XIIème siècle. Ce sera une fiction historique de Gilbert BORDES, La prisonnière du roi (toujours en SP).

Impatiente de découvrir Emily BLAINE dans un autre roman, j’ai choisi ce titre pour le thème abordé : la maladie d’Alzheimer et bien sûr… le message d’espoir et la romance. Mais pour Un peu plus d’amour que d’ordinaire je devrai attendre l’accord de l’éditeur. J’ai hâte de découvrir ce qu’un thème sujet peut donner entre les mains de cette auteure.

Je vous souhaite de merveilleuses lectures. A bientôt, pour mes chroniques et mes avis !

Mes lectures 2020 du top au flop… Bonne année !

Je vous souhaite une joyeuse année 2021, qu’elle soit belle et harmonieuse, sereine et agréable… qu’elle vous apporte des lectures toujours plus passionnantes. Je vous souhaite de belles découvertes livresques !

Pour commencer cette année, je vous propose une petite rétrospective de mes lectures de 2020, du Top au Flop…

♡ ♡ ♡ ♡ ♡

Commençons par les coups de coeur : ils ont été au nombre de 9, dans des genres différents : historiques, romances, contemporains, cosy british mysteries… Tamara BALLIANA, Amy BELDING BROWN, Katherine CENTER, Julia CHAPMAN, Mélissa DA COSTA, Kristan HIGGINGS, Sophie JOMAINS, Gaëlle NOHANT, Kate QUINN

♡ ♡ ♡ ♡… puis les excellents moments de lecture… Mes TOPS du TOP :

♡ ♡ ♡… les lectures que j’ai trouvées agréables :

♡ et ♡ ♡… et celles avec lesquelles je n’ai pas accrochées : Mes FLOPS de 2020…

Dans l’ensemble, que du positif… Je remercie mes partenaires de lecture : les blogs que je suis et ceux que je découvre au fil de leurs parutions, BABELIO, LIVRADDICT, NetGalley, les éditions DE BOREE… Merci à tous ! Je nous souhaite de bons partenariats et des romans toujours plus fabuleux.

A très vite !

Mademoiselle Papillon de Alya CARDYN

C’est mon premier partenariat avec BABELIO que je remercie pour la proposition de lecture et pour l’envoi de ce livre. Merci infiniment…

Le résumé des éditions ROBERT LAFFONT – 15 octobre 2020 : L’histoire inouïe de Thérèse Papillon, reconnue juste parmi les nations, révèle la force de nos rêves. Gabrielle, 30 ans, infirmière, s’occupe de grands prématurés dans un service de néonatologie intensive. L’univers de la jeune femme s’est réduit aux quelques mètres carrés de sa salle, la salle 79, où elle glisse lentement dans l’indifférence, lorsqu’elle découvre l’histoire de Mademoiselle Papillon.
En 1920, dans une France ravagée par la Première Guerre mondiale, cette infirmière de la Croix-Rouge est envoyée au dispensaire de Vraignes-en-Vermandois. Alors qu’elle tente de mener à bien sa mission, la vision des enfants qui succombent dans la rue l’obsède. Une ambition se forme et prend bientôt toute la place : elle doit bâtir une maison pour les protéger.
Lorsqu’elle franchit le seuil de la sublime abbaye de Valloires, Mademoiselle Papillon est convaincue d’approcher son rêve.

Les premières lignes dans cet ouvrage sont difficiles pour moi. Mélancolie, peines, épreuves, difficultés, sont les mots qui me viennent pour traduire ce que j’ai lu dans les premières lignes. Si l’aventure de Mademoiselle Papillon n’avait pas débuté, je crois que je n’aurais pas pu poursuivre ce début de lecture éprouvante et tellement bouleversante. Comment l’arrivée d’un nouveau-né peut-elle être source de peurs et de tristesse alors qu’elle ne devrait être que bonheur et espérance sans limites ? J’ai fait confiance en Alia CARDYN, j’ai eu raison de poursuivre ma lecture.

Gabrielle est infirmière dans le service néonatologie d’un hôpital. Son quotidien est l’accouchement d’un enfant qui aura toutes les peines du monde à entrer dans la vie puisqu’il est prématuré. Le corps de l’enfant est à peine construit. Ses poumons ne fonctionnent pas. Ses parents, impuissants et démunis, ne peuvent le sauver. La couveuse est son refuge alors que les bras réconfortants et la poitrine de sa maman ne sont d’aucun soutien. C’est terrible… Viennent s’ajouter à ces premiers pas dans la difficile et douloureuse réalité, la culpabilité de la mère. Alia CARDYN nous décrit cette émotion et ces sentiments avec un réalisme bouleversant. Trop triste pour moi… Trop d’identifications pour que je résiste à la tentation de vouloir poser ce livre et l’oublier.

Pourtant, comme un baume, Mademoiselle Papillon, un récit dans le récit, intervient. Comme pour Gabrielle, Thérèse Papillon est un souffle d’espoir, une porte ouverte sur un autre avenir, une parade avenante et bienvenue. Thérèse est aussi infirmière, au début du XXème siècle. Son combat est aussi de sauver des enfants, des enfants à la sortie de la première guerre mondiale qui vagabondent parmi les décombres, qui ne mangent pas assez, qui menacent de sombrer dans la maladie et qui souffrent de carences. Son projet ? Ouvrir une maison d’accueil pour les requinquer et leur offrir ce que leurs parents ne peuvent pas leur donner : la santé. Pari tenu… jusqu’à la seconde guerre mondiale.

Je lis l’histoire de Mademoiselle Papillon avec curiosité et avec une avidité confiante en sa force et en sa ténacité car, jamais, je ne doute de sa réussite. C’est écrit dans l’Histoire. Comme pour Gabrielle, Thérèse Papillon et son courage et sa détermination donnent l’assurance et l’espoir, ce petit brin de vie qui la quitte jamais en côtoyant ces petits êtres fragiles et démunis… Sa potion bienveillante agit efficacement sur le moral de Gabrielle, comme sur le mien.

Impossible maintenant de lâcher le livre. Plus j’avance dans ma lecture, plus je me passionne pour Gabrielle et sa transformation, plus j’espère que Thérèse arrivera à sauver ses petits protégés.

Finalement, c’est un roman passionnant, joliment construit, tant dans la documentation que dans l’intensité et l’émotion offertes. J’ai été transportée du malaise à la plénitude et au bonheur de la construction d’un avenir prometteur. Quel beau parcours ! Quelle audace…

Bravo à l’auteure ! Bravo à la maison d’édition : Très beau roman.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ ♡

5 ans… Joyeux BLOGanniversaire !

Bonjour à toutes, à tous,

Aujourd’hui, je veux fêter avec vous mon bloganniversaire. Depuis mai 2015, je rédige des chroniques, des articles, pour garder en mémoire mes lectures.

Je suis très heureuse… (un peu fière aussi) de tenir mes engagements… de vous avoir comme abonnés ou comme visiteurs, d’échanger de temps à autres grâce aux commentaires. 5 ans, c’est long. Cela représente des millions de mots, des centaines d’articles, autant de livres merveilleux et d’expériences savoureuses. C’est chouette ! J’espère que je vais poursuivre cette passion de la lecture et de l’écriture.

Je remercie mes partenaires de lectures, ceux qui m’offrent des SP, les auteurs qui m’enrichissent de leurs œuvres, les blogs compagnons et les éditions qui ont confiance en mes avis.

Je vous souhaite une belle journée… et surtout… beaucoup de plaisirs autour de mon blog, autour des lectures que nous partageons. A très bientôt.

A LA PAGE DES LIVRES.

Tout le bleu du ciel de Mélissa DA COSTA

Le résumé du LIVRE de POCHE (12 février 2020) : Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.
Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.
Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.

J’ai reçu une grande gifle en pleine figure. Je ne m’y attendais pas. Ca fait très mal !

Je pourrais vous dire que ce livre est le plus gros coup de coeur que j’ai eu dans ma vie de lectrice mais ce roman est tellement poignant et tellement douloureux que cet avis est insuffisant et tellement incomplet face à mon ressenti.

Au vu du résumé de la quatrième de couverture, je sais que Emile est atteint d’un Alzheimer précoce. Je me prépare à sa condamnation. Elle est imminente. Au maximum, les docteurs lui ont donné un pronostic de deux ans. J’ai donc 804 pages pour faire sa connaissance, connaître sa problématique et apprécier sa rencontre avec Joanne. J’ai eu le temps… assez de temps… trop peu de temps… La chute est brutale même si je l’ai anticipée mentalement. Mes tripes se tordent… Ca fait vraiment très mal !

Le récit d’Emile et Joanne est magnifique. Poétique. Romantique dans le sens du courant littéraire du XVIIIème siècle. On découvre en premier ce jeune homme de 26 ans, ses amis, sa famille. Elle l’étouffe bien malgré elle. Emile a peur de perdre leur estime. Il fuit, sans se retourner. Pas un adieu… Il va vivre chaque instant du présent à sa juste valeur et parfois plus intensément avec l’épée Damoclès, dressée au-dessus de sa tête.

Joanne se dévoile à son tour. C’est un petit bout de femme fragile, silencieuse. Son histoire n’est pas moins douloureuse. Elle aussi a quitté son passé et sa Bretagne natale. Elle a quelques mois pour se reconstruire…

Tous deux voyagent. C’est la fin d’un périple mais aussi le début de ballades et de marches sans but réel (autre que le bonheur de vivre) dans les Pyrénées, en bord de mer, dans la nature et auprès de personnes comme jamais on n’en rencontre. Des figures humaines, profondes, loin des clichés, merveilleuses et pleines d’espoirs et de promesses. C’est magique… Les paysages et leurs expériences sont époustouflantes, remplis d’amitiés et de bienveillance. J’ai adoré.

Mais la chute est plus cruelle lorsqu’on a pleinement vécu cette histoire. Jamais un roman ne m’a autant bouleversée. Un hoquet de douleur est sorti de mon coeur lorsque j’ai tourné la dernière page me renvoyant à mes propres incertitudes, mes pauvres angoisses, à ma réalité de mère et à ma vie d’être humain.

Si j’ai attendu aujourd’hui, cette semaine, pour découvrir le monde de Mélissa Da Costa, ce livre est arrivé à un moment charnière de ma vie, un point clé de mon existence. Lui et moi, on se rencontre : Un hasard ? Un clin d’oeil ? Quelqu’un qui m’envoie un signe ? En échange, j’ai des promesses plein la tête, des envies de pleine conscience, des espoirs simples. Quel merveilleux roman !

En bref : un livre de toute beauté. Un très grand COUP de COEUR.

Tous les remerciements aux Editions LIVRE DE POCHE, à l’auteure, via le blog NetGalley, pour cet extraordinaire moment.

Le Challenge Netgalley 2019 : c’est fini !

Un petit mois pour lire, découvrir, apprécier et partager ! En fait, sur les blogs, on le fait volontiers et on (j’) aime ça !

Sur 20 livres (c’est beaucoup !), j’ai lu, dans le cadre du Challenge, 5 livres : pas mal ! 😁😋

Je viens de terminer La librairie des rêves suspendus d’Emily BLAINE : juste à temps avant la fin du Challenge (hier) ! Ouf… contrat rempli ! J’ai atteint mes objectifs de lecture et j’ai lu les romans que j’avais prévus 🤗😉.

Le titre que je retiendrai pour ce challenge est LES FLEURS SAUVAGES de Holly Ringland (cliquez ici). Dans ce contexte floral bien traité et qui apporte du sens à l’histoire, j’ai bien aimé le voyage de l’héroïne. L’enfance est décrite avec détails et profondeur. Un bon moment de lecture.

J’ai lu le dernier livre de Tamara BALLIANA : Quand l’amour s’en mail…, un petit grain de sable de Petra HULSMANN et la mémoire des vignes d’Ann MAH. Il y a beaucoup de légèreté dans ces histoires. Je pense que ces titres riment avec été, plage et soleil. En bref, des idées pour se distraire.

Je remercie le blog Netgalley pour l’organisation de ce challenge, les auteurs et les éditeurs qui se prêtent au jeu.

Un petit grain de sable de Petra HULSMANN

Un petit grain de sable est une première découverte de l’univers de cette auteure, Petra HULSMANN. A priori, il s’agit là de son deuxième roman, le premier étant Des papillons dans le coeur.

C’est aussi un des 20 livres que propose le Challenge NetGalley 2019 et ma deuxième lecture dans ce cadre assez particulier où je découvre, je lis, je partage et je chronique. Tout ça, dans un délai de un mois.

Cette histoire se lit sans grand effort. Elle se parcourt tranquillement. Puisque le genre feel-good est réputé pour ses fins heureuses, c’est l’évolution des personnages qui m’intéresse.

Isa, obnubilée par la régularité de sa vie et le contenu de ses repas, est ballottée par le destin : la fermeture de son restaurant favori, la rencontre avec une adolescente farouche, Tom, le jardinier du cimetière (… et ce n’est qu’un début !). Jens, le fameux et séduisant (nouveau) voisin restaurateur participe à la révélation de cette personne maniaque. Les obstacles de la vie construisent donc une femme à l’écoute d’elle-même. Isa bâtit son avenir, pas à pas, avec effort et bonne volonté. Ce n’est donc que satisfaction et réussite pour cet aspect du livre.

Mais

J’aurais pu être plus attendrie par les aventures de ces personnages si je n’avais été gênée par quelques caractéristiques du roman :

  • Sur ma liseuse, la présentation des dialogues n’est pas bien faite. Je me suis retrouvée à déchiffrer des dialogues sans retour à la ligne, à lire des mots sans trait d’union. Avec la version papier, je suis sûre que ces quelques défauts sont invisibles. Je m’y suis accommodée mais cela donne une première impression écornée du livre que l’on s’apprête à découvrir.
  • Le caractère de l’héroïne ne m’a pas emballée plus que ça. Par exemple, son obsession sur le contenu du plat. Ça m’horripile un peu dans la vraie vie ! Elle rejette assez systématiquement tous ces bons petits plats puis elle se laisse convaincre, dans la foulée, par les arômes. Son caractère changeant nuit à sa crédibilité.
  • L’adolescente, aussi, n’a pas participé à mon attachement à l’histoire. Tantôt victime, tantôt instigatrice et manipulatrice, c’est un peu la »pauvre petite fille riche » qui n’a pas eu de chance dans la vie mais qui finalement a tout pour être heureuse. J’ai donc préféré des figures secondaires, plus vraies, plus réalistes, comme Brigitte, la patronne.
  • On frôle la caricature de personnages… entre un Tom « trop » égoïste et « trop » centré sur lui-même et un avocat « trop » parfait.

En bref…

Un petit grain de sable est une agréable histoire qui présente néanmoins quelques petits défauts. Lorsqu’on s’attend au dénouement, il est important de vivre pleinement l’aventure. Ici, j’ai décroché de temps à autre.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡

Le résumé des éditions ARCHIPEL :

Sans être maniaque, Isa, 27 ans, a une vie bien réglée. Voilà onze ans qu’elle travaille chez la même fleuriste, déjeune chaque midi dans le même restaurant vietnamien et regarde chaque soir un épisode de son feuilleton préféré.
Mais un petit grain de sable vient enrayer la belle mécanique… M. Lee a ferme boutique et le resto bobo branchouille qui a ouvert a la place ne sert pas de soupes de nouilles !
Le premier réflexe d’Isa est de prendre en grippe son nouveau voisin. Quel type prétentieux, ce Jens, et arrogant ! Mais n’est-il pas aussi terriblement séduisant ? Et célibataire…

Je remercie l’auteure et les éditions ARCHIPEL, via le blog NetGalley pour ce service de presse.