Archives du mot-clé Aux quatre vents

Challenge COLD WINTER 2022-2023 : Qu’y a-t-il au menu « Hiver sombre » ?

Voilà… j’ai fait quelques choix dans la liste de mes livres à lire… pour le menu HIVER SOMBRE du Challenge Cold Winter 2022.

J’ai été interpelée par la MASSE CRITIQUE de BABELIO pour lire Ta seule issue de Giles KRISTIAN. Le pacte est : une lecture contre une chronique. De suite, je me suis inscrite pour être sélectionnée (Je croise les doigts).
Ce roman nous conte une traque à travers des milieux hostiles (nature, neige, froid, tueurs…), n’est-ce pas le récit frisson idéal pour combler la sous-catégorie NAKATOMI TOWER ?

J’ai été attirée par un nouveau titre de Rhys BOWEN, auteure que j’aime beaucoup pour ces one-shot : La victoire d’Emily. Je l’ai sélectionné pour la sous-catégorie FANTÔMES des NOELS PASSES.
L’incipit donne le ton : « La clé de son avenir se trouve dans le journal intime d’une femme d’autrefois.« 

Si je n’avais pas déjà lu Aux Quatre Vents d’Amélie ANTOINE, je l’aurais placé ici… Je vous invite à découvrir ce superbe roman : pour moi, ce fut un COUP de COEUR. Question fantômes, maisons hantées, jeux avec les époques, nous sommes en plein dans le thème.

Et pour garder mon objectif premier en tête, j’ai cherché un livre dans la longue liste de livres que je voudrai lire. Pour la sous-catégorie NUIT du SOLSTICE : angoisse, horreur et créatures de la nuit, j’ai tout de suite pensé à deux livres :

Les racines des ombres de François RABES que j’ai sollicité sur NetGalley. Je n’ai toujours pas lu ce service de presse : c’est l’occasion !

La secrétaire de Himmler de Catherine HOKIN.
La période de la seconde guerre mondiale me semble tomber pile dans les thèmes : horreur et créatures de la nuit.
Quoi de plus terrible que la traque d’hommes et de femmes pour évoquer l’horreur ? Quant aux créatures de la nuit, ne peut-on pas penser aux Résistants et aux Justes qui œuvraient en catimini ? à ces Juifs sous-estimés qui se révélaient être des héros ? à ces femmes et hommes méconnus et « insignifiants » qui ont prouvé leur courage et leur témérité dans la peur et l’insoutenable ?

Qu’en pensez-vous ? D’autres idées ?

Aux quatre vents d’Amélie ANTOINE : Je pressentais que ça allait me plaire !

Le résumé des Etidions XO – 13 octobre 2022 : On dit que chaque famille a ses secrets. C’est encore plus vrai en temps de guerre…
1985, Sabran-sur-la-Lys. Un paisible petit village du nord de la France où tout le monde se connaît, depuis toujours. Un petit village où tout se sait. Et où, surtout, rien ne s’oublie.
Après avoir fait l’acquisition du château, un mystérieux personnage achète maison sur maison. De lui, on ne connaît que le nom : Clément de Clercq. Un matin, les villageois découvrent avec effroi que les portes et les fenêtres de toutes ces demeures ont été retirées. Les habitations sont ouvertes aux quatre vents, abandonnées, défigurées.
Bouleversée, une jeune femme, Léa, décide de tout faire pour sauver le village de son enfance. Il lui faudra alors fouiller dans les mémoires jusqu’à plonger au cœur d’un passé qu’aucun habitant n’a envie de revivre…

Voici une drôle d’histoire ! Drôle parce que sa naissance n’est pas commune et parce qu’elle m’a intriguée.
Voici ce qui a attisé ma curiosité : l’origine de l’écriture… Je vous recopie une partie des paroles d’Amélie ANTOINE :

« … par le plus grand des hasards entrée en collision avec la fascination de quelqu’un d’autre, quelqu’un que j’aime beaucoup et dont j’admire le travail : un illustrateur avec lequel j’ai déjà travaillé sur un album pour enfants. Il s’appelle Jack Koch. Un samedi de décembre 2019, au fil d’une conversation, il en vient à me confier en quelques phrases le scénario d’une histoire qu’il porte en lui depuis des années, mais qu’il n’écrira jamais, car il n’imagine pas prendre un jour la plume. Jack me parle de cet homme (qui n’était alors pas châtelain) qui décide de racheter des maisons au sein d’un village et d’en retirer toutes les portes et les fenêtres, transformant ainsi peu à peu un petit village de carte postale en village-fantôme où tout le monde se méfie de tout le monde.
Je me souviens de cet instant comme si c’était hier. Quand Jack m’a parlé, il s’est passé quelque chose en moi. J’ai vu les images, j’ai imaginé les scènes de désolation, et j’ai aussitôt eu l’intime conviction que cette histoire, qui me donnait déjà la chair de poule, devait exister.
C’est à partir de ce point de départ que j’ai commencé à imaginer et à écrire Aux quatre vents

La double temporalité, années 1980 et année 1944, n’était présente que pour me plaire !
J’adore les secrets, surtout s’ils sont bien enfouis et si les détenteurs se démènent pour bien les mettre sous le tapis…
Je me passionne pour les héroïnes qui mettent les pieds dans le plat et qui déterrent la boîte de Pandore. Je nomme sur le podium, Léa, la quarantaine, mère d’un jeune garçon asthmatique.
Je jubile dans les atmosphères restreintes, les régions rurales, les petits villages avec des habitants superbement caractérisés… Là, il s’agit de Sabran-sur-la-Lys.
Que dire d’un personnage désagréable (M. Vernay), d’un inconnu détestable (le fameux châtelain sans visage) ? Je me questionne sur le facteur, l’institutrice, le bon et le méchant… le collabo et le résistant… le sauveur et le traitre.

Ce roman est jouissif : Amélie ANTOINE nous conduit sur de multiples pistes. Mon flair est mis à rude épreuve. Ce roman est comme un grand jeu pour moi. Impossible de lâcher les chapitres, surtout ceux qui témoignent du passé (la seconde guerre mondiale). J’ai tant envie de savoir le destin de Ludmilla et de son mari, juifs, traqués… quel lien avec le village et surtout le pourquoi de ces maisons éventrées, déshabillées, dépouillées. Une vengeance se cache derrière tout cela… Démêler le vrai du faux, mes hypothèses de l’imagination de l’auteure est un vrai plaisir.

La plume de l’écrivaine ne manque pas de qualité. Elle est très plaisante : elle suscite en moi des tableaux qui nourrissent la narration. C’est très chouette ! Quelle passionnante découverte littéraire !

Mon évaluation : PETIT COUP DE COEUR avec 5 énormes cœurs…     
Un point de départ novateur… une histoire captivante, des personnalités vivantes, un mystère, un secret (des secrets), un village hanté : voici les ingrédients pour une lecture grand plaisir. Je recommande ! J’aime la plume de l’auteure, j’aime l’originalité de l’histoire, j’aime l’ambiance confinée. A découvrir inévitablement.