Archives du mot-clé La part des flammes

La part des flammes de Gaëlle NOHANT

Ca y est ! Il m’en a fallu du temps depuis novembre 2015… mais ça y est : j’ai lu La part des flammes de Gaëlle NOHANT. C’est une merveilleuse lecture, une plume poétique et audacieuse, des destins à la hauteur de la réputation de ce livre.

Le résumé des éditions HELOÏSE D’ORMESSON – 19 mars 2015 : 4 mai 1897. Autour de l’épisode méconnu du tragique incendie du Bazar de la Charité, La Part des flammes mêle les destins de trois figures féminines rebelles de la fin du XIXe siècle : Sophie d’Alençon, duchesse charismatique qui officie dans les hôpitaux dédiés aux tuberculeux, Violaine de Raezal, comtesse devenue veuve trop tôt dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, et Constance d’Estingel, jeune femme tourmentée, prête à se sacrifier au nom de la foi.

Je possède ce roman depuis 5 ans. J’en parlais en 2015, ici, dans mes attentes de lecture.

J’ai vu la série Le bazar de la charité, saison 1, l’été dernier, sans vraiment faire le lien entre ces trois destinées de femmes, l’incendie et les faits divers de ce livre. C’est avec des images dans la tête et des souvenirs qui ont vite ressurgi que je suis entrée dans le roman.

L’incendie m’a profondément émue et suivre trois destins m’a charmé. Revivre cette expérience en attendant la saison 2 est jubilatoire, d’autant que le texte est bien plus riche que « l’adaptation cinématographique » et que j’échappe, dans les pages, à un scénario assez répétitif et des épisodes construits à l’identique. C’est donc avec un énorme plaisir que j’ai reconquis ces événements à travers les mots et la sensibilité de Gaëlle NOHANT.

Comme vous le sentez, je n’ai nullement été déçue par l’écriture. Plus les chapitres avançaient et plus ma curiosité et mon intérêt montaient. L’auteure m’a comblée avec ses descriptions, le chemin tortueux des destinées, les révélations et le suspense, avec ses différents points de vue, ces destins croisés. Ce fut passionnant.

Laquelle de ces trois femmes m’a le plus touchée ? Violaine de Raezal a bénéficié de toute ma sympathie. Constance d’Estingel, d’une pointe de pitié et de crainte. Sophie d’Alençon, de ma petite larme et de ma grande tristesse.

Côté masculin, mon coeur balance entre le cocher téméraire et le journaliste. Ces deux figures apportent beaucoup à l’oeuvre : désillusions, humanité et espoirs. Les personnages de la série filmée ont des caractéristiques tirées des portraits de ce livre, ce n’est pas tout à fait les mêmes fils conducteurs mais j’y retrouve ce qui m’a plu : l’ambiance, le contexte social, le pouvoir des hommes et de la Haute société sur les minorités (les femmes et les gens de plus petites conditions).

Je serais vraiment passée à côté d’une merveilleuse lecture si j’avais laissé ce livre de côté, définitivement.

Mon évaluation : UN COUP DE COEUR ! ♡ ♡ ♡ ♡ ♡

J’ai très envie, maintenant, de découvrir un autre roman de Gaëlle NOHANT : vais-je la retrouver dans son premier roman, L’ancre des rêves ou son dernier paru, la femme révélée ? Un conseil ?

J’ai un petit faible pour la femme révélée… Et vous ?

TAG… Martyrs d’Oliver PERU…

Une petite idée m’est venue en lisant le très attractif roman d’Oliver PERU, Martyrs.

Chaque chapitre porte un titre qui laisse présager le contenu de celui-ci. Mystérieux, évocateurs, j’ai transformé 10 titres de la première partie du livre en un TAG autour de l’oeuvre de cet auteur. A vous d’y associer le roman et l’histoire de votre choix…

En bref, à vous de jouer, de vous approprier ce tag à votre guise et de nous livrer les livres auxquels vous pensez qui vont avec ces titres…

Lire la suite TAG… Martyrs d’Oliver PERU…

La part des flammes : une part de mystère que je vous soumets…

attentes de lecture

La part des flammes me semble être un roman intrigant. Je ne connaissais pas l’existence de ce terrible incendie. 

la part des flammesLa couverture suppose la douleur d’une femme dont le visage est caché. Elle est effondrée sur l’accoudoir d’un canapé en velours rouge sombre. Le poids de son corps frêle, anodin, contraste nettement avec la peine qui la pèse. Elle est plongée dans un décor obscur… Est-ce le reflet de la société qui l’étouffe, la bannit, l’incrimine ?

Ce premier contact avec le livre m’attire et je suis touchée par cet implicite acharnement. Je me sens disponible pour accueillir ces trois héroïnes dans ma lecture. Leurs personnalités téméraires ou dociles n’auront pas raison des convenances et j’ai hâte de connaître comment l’auteure va décrire la situation à travers cette catastrophe et le lien qui va naître pour lier des vies, somme toute communes, avec un tel événement. Seront-elles mêlés à la cause ou aux conséquences de cet incendie ? Comment vont-elles survivre et guérir alors que de nombreuses victimes devront périr ?

Est-ce un jeu de l’auteure et de l’éditeur ? Que pensez-vous du titre ? Et, si, à la place de la part des flammes, on lisait la part des femmes ? Cette petite illusion est-elle intentionnelle ? Quel est le véritable message ?

Je vous invite, si cela vous intéresse, à visiter l’article écrit sur Wikipédia (cliquez ICI)... Mais attention, il y a un risque énorme de connaître la réponse à certaines de mes questions avant d’avoir lu le livre. Tant pis pour moi, ma curiosité était grande ! Je l’ai lu… et j’essaie de l’oublier ! On parle quand même de 120 victimes… Et savez-vous qui est la duchesse d’Alençon ?

250px-Le_Petit_Journal_-_Bazar_de_la_CharitéRésumé de l’éditeur :

4 mai 1897. Autour de l’épisode méconnu du tragique incendie du Bazar de la Charité, La Part des flammes mêle les destins de trois figures féminines rebelles de la fin du XIXe siècle : Sophie d’Alençon, duchesse charismatique qui officie dans les hôpitaux dédiés aux tuberculeux, Violaine de Raezal, comtesse devenue veuve trop tôt dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, et Constance d’Estingel, jeune femme tourmentée, prête à se sacrifier au nom de la foi.

Qu’ils soient fictifs ou historiques (la duchesse d’Alençon, née duchesse de Bavière, est la sœur de Sissi), Gaëlle NOHANT donne vie et chair à ses personnages dans une histoire follement romanesque, qui allie avec subtilité émotion et gravité. Tout à la fois porté par un souffle puissant, littéraire et généreux, La Part des flammes, nous entraîne de rebondissements en révélations à la manière d’un roman feuilleton.

Bilan : le plein d’amour du mois d’octobre !

Bilan

Voici un petit aperçu de mes lectures et de mes évaluations du mois d’octobre. Les premières ne sont pas si nombreuses que les mois précédents où j’étais très activement lectrice mais l’ensemble reste positif…

J’ai eu besoin de découvrir beaucoup de romances dites historiques ou fantastiques (ou les deux). Elles dominent largement dans mon bilan… Besoin de douceurs et d’amour… Ah là là… Lire la suite Bilan : le plein d’amour du mois d’octobre !

C’est lundi… Que lisez-vous ? Flammes et femmes…

0 RDV C'est lundi que lisez-vous 2

De nouveau, lundi et notre petit rendez-vous hebdomadaire ! Cette semaine, je vous présente ma toute nouvelle passion…

Lire la suite C’est lundi… Que lisez-vous ? Flammes et femmes…

Je craque… Je me lance !

causette 1

J’ai craqué… C’est la première fois (entre autres!!!) et ce n’est pas facile ! J’avoue… je laisse de côté un livre pour un autre… dure trahison pour la part des flammes mais me voici incendiée par un livre qui me tentait, qui me tente et à qui je succombe à cette minute ! Ah… l’attrait des livres et des couvertures… et des premières phrases ! Quand tu nous tiens, tu ne nous lâches plus ! Lire la suite Je craque… Je me lance !