Archives du mot-clé le sang des châtaignes

Jury de lecteurs LIBRINOVA : Le sang des châtaignes

Me voici concentrée pour l’évaluation d’un roman historique : Le sang des châtaignes, le tome 1, le mensonge des bergers.

C’est un beau roman que j’ai entre les mains, une histoire richement documentée, une écriture travaillée, un tome qui est, en fait, un premier récit complet, que l’on peut poursuivre (il faut attendre la parution du second tome) puisqu’une deuxième intrigue s’est mêlée dans le petit village du Cantal d’Anthelme Basquies, Poilu et héros principal de ce premier opus.

Le résumé des édtions LIBRINOVA (auto-édition) – 19 février 2020 : Anthelme Brasquies, un jeune fermier de la Châtaigneraie cantalienne, est renvoyé chez lui après avoir été grièvement blessé sur le front de la Grande guerre. De retour à Boisset, son village, il espère pouvoir y retrouver sa Joséphine, l’épouser, et reprendre avec elle le cours normal de sa vie. Mais l’aura-t-elle attendu ? Trouvé sur un champ de bataille, il ramène dans son sac un étrange petit cahier, noirci de mystérieuses formules mathématiques. Cet objet, anodin en apparence, pourrait bien renverser l’ordre des choses, bouleverser l’équilibre du monde. Et puis, il y a Léa, la nouvelle institutrice, cette femme férue de sciences, cette étrangère aux intentions troubles. Que vient-elle faire dans ce village ? Pourquoi tient-elle tant à gagner la confiance des Boissetois, et surtout celle de Firmin Bourgade, le paysan scientifique du village ? Ce cycle romanesque entraîne le lecteur dans la tourmente de l’extraordinaire aventure d’hommes et de femmes que pour la plupart rien ne destinait à se rencontrer et elle le confronte à la résilience des uns et à la soif de vengeance des autres. Sur fond de guerre ce premier tome aborde la question des forces qui concourent à la désintégration des structures et hiérarchies sociales et familiales ainsi qu’à celles des certitudes et des équilibres individuels. Dans le même temps d’autres forces participent à l’intégration de nouvelles valeurs et à l’émergence d’un nouveau modèle de civilisation.

J’ai été ravie de recevoir ce roman car la couverture m’a conquise dès le premier regard. Je garde de ma lecture des impressions variées. Avec quelques jours de recul, je pense que je n’oublierai pas de sitôt ces personnages, cette ambiance campagnarde, la guerre des tranchées, l’impact destructeur de ce conflit, de cette guerre terrible en particulier. Les auteurs, Eric et Marie-Hélène MIEL, ont travaillé leur récit avec passion et minutie. On y lit des histoires dans l’Histoire, des vies et d’autres expériences qui côtoient celle d’Anthelme et Joséphine. Chacune a son drame, de terribles épreuves, bien réelles. Elles s’imbriquent à celle du héros, elles se superposent à cette vie, brisée ou sauvée, selon le point de vue…

Nous suivons ces moments de conflits, d’angoisse, à travers le regard de ce soldat, blessé et renvoyé chez lui, suite à une grave dégradation de son état.

Le style d’Eric et Marie-Hélène MIEL est littéraire. Leurs phrases sont assez longues. Les descriptions offrent des images magnifiques du Massif Central, du village et des habitants. Je dirais que ce roman est complet : il focalise sur un destin, il élargit son point de vue en prenant en compte celui des habitants avec les travers que sont la sympathie et l’empathie mais aussi la rumeur et la mauvaise foi, l’ignorance et la naïveté. Ce récit est un témoignage de guerre, un récit d’amour et d’amitié, un roman de terroir, une œuvre de qualité, assez longue (plus de 400 pages).

Vais-je donc continuer ma lecture et entamer le deuxième tome ?

A ce jour, cette question me taraude beaucoup. La réponse n’est pas aussi affirmative que cette chronique le laisse croire. J’ai trouvé ce livre dense, suis-je suffisamment prête à me lancer dans autant de pages ? Pas encore…

Le drame de la fin, prévisible depuis le début, m’a rendue très triste. C’est une chute irrémédiable qui me demande de réaliser un deuil… Sniff… Puis-je poursuivre au-delà de cette tragédie ? Peut-être…

La seconde intrigue est-elle motivante ? C’est un secret… une imposture… ou une tromperie. Je parle à mots couverts pour ne rien spoiler… J’avoue que le personnage qui conduit le mystère ne remporte ma sympathie. J’ai donc besoin de temps et certainement, du prochain résumé pour me décider. J’accorde beaucoup de confiance à l’auteur qui pourrait métamorphoser cette semi-aversion en une empathie certaine.

Bilan : Je me laisserais bien tenter par la suite de cette histoire dans l’Histoire. Merci à l’auteur pour son travail d’écriture, pour sa construction de roman touchante. Félicitations à eux.

Je recommande ce roman.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ ♡