Archives du mot-clé Les fiancés de l'été

Les fiancés de l’été de Christian LABORIE

Le résumé des éditions PRESSES de la CITE – 21 août 2021 :
Entre la Lozère et Paris. Famille, amour, talent, tout est promesse dans la vie d’Ariane. Mais la guerre puis l’Occupation sonnent le glas des jours heureux et dessinent d’autres lendemains. Du pire… au meilleur…
Eté 1939, en Lozère. Tout sourit à Ariane et Raphaël… Leur jeunesse, l’amour qui les unit, un horizon plein de promesses. Il sera architecte, elle se rêve créatrice de modèles de chaussures dans l’entreprise florissante de son père. Le bonheur est là, à portée de main.
Mais, deux mois après leurs fiançailles, Raphaël apprend sa mobilisation. Des vies suspendues à la guerre. Lui, enrôlé dans la Résistance, est bientôt fait prisonnier. Elle, est prête à tout pour le sauver, en dépit des dangers. Son geste – fou, inconscient, courageux ? – va faire vaciller tout ce en quoi elle croyait. Ariane ne sera plus jamais la même. Son destin non plus… Pour le pire et le meilleur.

La narration de ce roman est classique : troisième personne du singulier, un narrateur qui relate les évènements avec un certain détachement sans entrer trop en avant dans les pensées des personnages. La distance créée est assez surprenante : j’ai pris l’habitude de lire des histoires où l’auteur m’impliquait dans les pensées de son personnage principal, visitant ses intimes réflexions. Il m’a fallu appréhender ce récit. Durant la première moitié du livre, ce ne fut pas des plus agréables pour moi.

Les fiancés de l’été est le premier opus de la vie d’Ariane.

La veille de la deuxième guerre mondiale, elle est une jeune fille de bonne famille. Son père tient une fabrique de chaussures dans laquelle est travaille durant l’occupation allemande. Le conflit éclate alors qu’elle connaît son premier amour avec Raphaël. Les événements chamboulent leur bonheur et pousse le jeune amoureux à devenir soldat. Ils se promettent un amour éternel : c’est sans compter sur le destin et le terrible conflit qui les séparent.

La narration est calquée sur l’Histoire. Le récit n’apporte aucune surprise : les apports historiques sont ceux que l’on apprend au collège, justes mais sans profondeur. L’auteur évoque sans s’appesantir la Résistance, la collaboration, l’extermination des Juifs, oubliant les personnages de son roman pour leur infliger des actions que j’ai lues et relues. Il manque l’émotion de la vie, le suspense des situations, les sentiments tantôt enflammés, tantôt bridés, les dilemmes les plus sournois, les ambiguïtés des rôles, les conflits qui devraient les amener à évoluer. J’avoue n’avoir pris que peu de plaisir à parcourir les pages jusqu’au moment des règlements de compte de la fin de guerre.

A ce moment, Ariane prend son envol, elle est face à des choix, de vraies questions existentielles : elle doit prendre des décisions. Le récit devient moins attendu et froid pour se concentrer sur la nouvelle existence de la jeune femme. La deuxième partie est bien plus intéressante même si elle aurait gagné en intérêt en s’attardant sur des situations et des pensées.

Je me demande ce que vont devenir certains personnages… Le livre n’a pas pris la tournure que j’imaginais. Les rencontres que j’ai faites, au travers d’Ariane, vont-elles ressurgir dans le deuxième tome ? Il faudra attendre la suite pour avoir l’histoire complète d’Ariane et pour que je me prononce sur l’oeuvre entière. A ce stade, mon avis est mitigé, voire un peu négatif mais je laisse une chance à l’auteur pour me conquérir avec la suite des aventures des fiancés de l’été

Mon évaluation : ♡ ♡ 1/2 ♡

Je remercie les éditions PRESSES de la CITE et NEYGALLEY pour ce service de presse. Voilà une belle occasion de découvrir un roman relatant notre passé et une des plus belles régions du centre de la France, quelques événements de notre passé et la découverte du monde de la mode.