Archives du mot-clé Les possibles

Les possibles de Virginie GRIMALDI

Je remercie les éditions FAYARD, l’auteure, Virginie GRIMALDI et NETGALLEY pour cette formidable lecture. J’ai la chance de la découvrir dès sa sortie, en service presse et de passer un charmant moment plein de sincérité et d’émotion. Merci infiniment…

Le résumé des éditions FAYARD – 12 mai 2021 : Juliane n’aime pas les surprises. Quand son père fantasque vient s’installer chez elle, à la suite de l’incendie de sa maison, son quotidien parfaitement huilé  connaît quelques turbulences.
Jean dépense sa retraite au téléachat, écoute  du hard rock à fond, tapisse les murs de posters d’Indiens, égare ses affaires, cherche son chemin.
Juliane veut croire que l’originalité de son père s’est épanouie avec l’âge, mais elle doit se rendre à l’évidence  : il déraille.
Face aux lendemains qui s’évaporent, elle va apprendre à découvrir l’homme sous le costume de père, ses valeurs, ses failles, et surtout ses rêves.
Tant que la partie n’est pas finie, il est encore l’heure de tous les possibles.

On ne présente plus Virginie GRIMALDI. Cette auteure française possède à son palmarès des livres à succès, tous différents qui évoluent vers des sujets toujours graves, traités avec humour et douceur. Chacun de ses récits a son ton et son thème. Je crois que l’auteure aborde beaucoup d’elle-même dans ce nouveau roman, ce qui rend cette histoire touchante et émouvante.

Sa plume m’enchante. Dans de courts chapitres, elle sait en quelques mots et quelques phrases aborder une problématique qui ne peut me laisser indifférente. Je dévore ses chapitres et ses parties avec plus d’intensité. Pour l’histoire de Julianne et de son père, Jean, le rire se mêle aux larmes et aux pincements dans le coeur. Je ne peux lire son expérience sans penser à la mienne, au futur inévitable… La maladie de l’esprit, qu’elle soit Alzheimer ou d’un autre nom, est traitée ici avec beaucoup d’humour mais je ne perds pas le sens et l’appel désespéré de cette femme qui se sent tellement démunie face à la réalité.

Pourtant, Julianne, sa sœur, son mari aussi, sont forts, très forts, se soudant au fil des pages, s’armant d’amour et de courage pour affronter l’impossible dégénérescence de l’esprit. Ce livre est une belle leçon d’amour et de tendresse. Quand la science échoue encore à sauver le patient, c’est à coups de rire et d’ironie que la vie reprend le pas sur l’inévitable. Julianne se sacrifie et affronte la maladie de son père en le respectant et en respectant ce qu’il a toujours voulu être : un homme, libre et autonome, un père enjoué et vivant, un être émouvant et merveilleux qui a tant donné à ses filles, à sa manière.

J’ai adoré ce livre pour sa justesse, pour sa volonté de nous faire garder le sourire quand il est si facile de pleurer et de s’effondrer, pour les agréables moments qui se figent en souvenirs, pour valoriser ces moments présents, anodins et tellement beaux…

Virginie GRIMALDI semble avoir mis toutes ses tripes dans ses lignes. Elle m’a fait vibrer. Elle m’a empoignée le ventre jusqu’à me faire pousser des larmes dans les yeux. L’histoire est fictive, bien sûr (heureusement) mais tellement de gens se reconnaîtront dans ce combat perdu d’avance, dans la solitude, dans cette route sans issue… Je suis certaine qu’ils sont heureux de puiser, comme Julianne, des détails du passé pour faire revivre un peu de cette personne chère qui n’est plus tout à fait comme on l’a connue. Car, dans le vécu de Julianne et de Jean, il y a forcément une anecdote qui nous rappelle notre propre expérience.

Elle est forte, cette auteure ! Efficace, émouvante… Les possibles vaut un GROS COUP de COEUR. Bravo l’artiste ! Bravo pour cette belle leçon de vie et d’amour.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ ♡ ♡