Archives du mot-clé Thrillers et policiers

Son Espionne royale, tome 1 : Son Espionne royale mène l’enquête de Rhys BOWEN

Une belle expérience que ce premier tome de la série Son espionne royale ! Pour au moins trois atouts :

L’héroïne et le contexte sont atypiques : Comme je vous le disais dans mes attentes de lecture (cliquez ici), je suis dans une époque dans laquelle mes lectures ne sont pas forcément dirigées. 1930 est l’entre deux guerres. Ajoutez le contexte royal et le Royaume Uni, pour que je me sente ailleurs, dans un exotisme tout à fait bienvenu. Cette ambiance change et elle me fait un bien fou. J’y ai côtoyé des calèches (et des taxis), des domestiques (et des gens de toute catégorie sociale), des bals et des tea time, un petit air rétro qui dépayse. Juste parfait ! L’héroïne est simplement adorable, bienveillante, curieuse et tellement maladroite… Je l’ai aimée assez rapidement. J’ai suivi sa nouvelle vie quotidienne avec plaisir, même si tous les obstacles qu’elle rencontre ne sont pas des éléments de l’intrigue policière. Le contexte foisonne, c’est enrichissant.

Une enquête qui n’est pas tout à fait celle que j’attendais : L’auteure nous mène en bateau. Le résumé évoque une enquête sous la forme d’un espionnage… Rhys BOWEN nous emmène autre part. C’est chouette d’être embarquée dans une intrigue différente, ça floute nos représentations et nos hypothèses, c’est amusant et surprenant. Là encore, c’est délicieux et intriguant.

Un mariage attendu. Georgie, dès le début, fuit le mariage et les liaisons qu’on veut lui imposer. Darcy O’Mara (beau présage…), quelle que soit sa facette (pair du royaume, pique-assiette, amoureux ou manipulateur) laisse entrevoir la place que l’héroïne souhaite combler malgré tout dans son coeur. A l’issue de cette série, il y aura forcément un visage à ses côtés. C’est un grand bonheur pour moi d’ajouter une touche de romance à ces enquêtes so british.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ ♡

Le résumé des éditions ROBERT LAFFONT – 6 juin 2019 : Sa première mission royale : espionner le prince de Galles. Londres, 1932.
Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugenie, fille du duc de Glen Garry et Rannoch, trente-quatrième héritière du trône britannique, est complètement fauchée depuis que son demi-frère lui a coupé les vivres. Et voilà qu’en plus ce dernier veut la marier à un prince roumain !
Georgie, qui refuse qu’on lui dicte sa vie, s’enfuit à Londres pour échapper à cette funeste promesse de mariage : elle va devoir apprendre à se débrouiller par elle-même.
Mais le lendemain de son arrivée dans la capitale, la reine la convoque à Buckingham pour la charger d’une mission pour le moins insolite : espionner son fils, le prince de Galles, qui fricote avec une certaine Américaine…

Sur le toit de l’enfer d’Ilaria TUTI

Le résumé des éditions POCKET – 10 octobre 2019 : Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le cœur tendre, est appelée sur les lieux d’un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages… et ses vêtements ensanglantés.
Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s’en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut…

Ilaria TUTI est une auteure qui m’aura émue. Le thème de son livre, son héroïne, son enquêteur fraîchement accueilli dans ce village montagnard italien, son bourreau et le paysage qu’elle décrit sont autant d’arguments que de points positifs. Contrairement à tous les polars où l’injustice et l’horreur sont centraux, de ce livre, je ressors touchée.

L’ambiance est aussi oppressante que froide. J’adore cette neige qui tombe sur les indices et qui glace les victimes. La montagne est comme un labyrinthe, elle cache des pistes inconnues. Les refuges les plus étranges se dissimulent dans la végétation qui peu à peu est rognée par un dérangeant projet de domaine skiable.

Le commissaire Battaglia est un personnage atypique comme on en trouve dans les nouveaux polars. Cette fois, c’est une femme vieillissante, à la langue acérée mais de bon coeur et empathique envers les tueurs qu’elle traque. Elle se vante de connaissances dignes des plus grands profilers alors que le jeune Massimo fait pâle figure à ses cotés. Les premiers pas qui mettent en scène ce jeune enquêteur de la ville dans les premiers chapitres ne le ménagent pas et pimentent davantage cette enquête terrible. Les joutes verbales entre la supérieure et le nouvel arrivé donnent un rythme et un attrait à cette relation extra ordinaire.

Comme dans tous les villages, davantage dans les lieux reculés et quasi inaccessibles, les habitants sont hostiles aux nouveaux venus, aux touristes mais encore plus aux policiers qui ne sont pas du cru. Teresa Battaglia lutte avec force et fermeté… Elle observe, elle mémorise, elle analyse le moindre indice révélant des secrets inavouables. Quel lien voit-elle entre cette bâtisse qui surplombe la vallée, des faits passés où le silence est payé et ces êtres dépourvus de ce qui est le plus vital ? Pourquoi ces morts et ces êtres épargnés ?

Quant au bourreau, c’est un drôle d’humain, à la psychologie complexe, un visage qu’on ne peut saisir et que le commissaire nous éclaire jusqu’à le rendre compréhensible et crédible.

C’est un thriller assez atypique, angoissant et prenant que je n’oublierais pas. Il est oppressant comme tous ces policiers où l’enfermement est au centre de la problématique, terrible et éprouvant jusqu’à l’abomination.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡

Margo: second souffle de Thomas MARTINETTI

Je ne vais pas spoiler l’histoire en vous parlant de l’histoire de Margo. Par contre, je vais donner mon avis sur la construction du roman qui me paraît remarquable et intéressante.

Je remercie l’auteur et le blog NETGALLEY pour ce service presse. Je ne pensais pas lire un roman aussi passionnant, même si je pressentais que ce premier tome serait le point de départ d’une série prometteuse. Il n’y a qu’à découvrir le profil de l’auteur pour se frotter les mains et se réjouir de ce livre et des prochains.

Mon évaluation : COUP de COEUR découverte et COUP de COEUR pour le scénario.

Merci Thomas MARTINTTI, j’ai très envie de faire plus ample connaissance avec vos chapitres et vos futures histoires.

Thomas MARTINETTI a choisi de valser entre différents lieux et différents temps de narration. Les contextes qu’il sélectionne sont de petits coups de coeur pour moi car j’en connais certains : Saint Martin de Vésubie, Nice et la promenade, Tigeaux et la vallée du Grand-Morin et l’étranger lorsqu’on est expatriés. Ces espaces, je les ai côtoyés. Ce ne sont que des bons points que j’attribue à ce roman. J’ai pris un réel plaisir à les revoir à travers les mots de l’auteur.

Quant à la chronologie non linéaire, j’avoue que quelques chapitres sont nécessaires pour s’y faire. Thomas MARTINETTI varie les années, les époques et les couples de personnages. C’est assez déstabilisant mais cela donne au scénario de cette histoire dynamisme et suspense : le présent permettant d’avancer dans les intrigues et le passé apportant des réponses aux situations vécues par les personnages. Chaque brique de l’histoire se met en place dans un récit puzzle qui devient de plus en plus palpitant au fur et à mesure que l’on se construit une représentation mentale de l’histoire.

Les points de vue des personnages sont distribués par couple : Margo et Terje, Ada et Cannelle, Agnès et Renaud, Yuila et Nae, Saska et Torstein. Chaque binôme a son vécu et son expérience, évoluant dans des problématiques diverses mais se rencontrant tous autour du thème de l’identité, de la fuite et de la reconstruction de soi. C’est vraiment très intéressant.

Ce roman est dense : vécu personnel, politique, religion, conflits et guerre se mêlent. L’auteur nous offre un prisme aux facettes multiples de notre société d’aujourd’hui et de celle de fin XXème. Je retrouve des faits historiques que j’ai vécus à travers les médias, intéressée de près ou de loin à ces événements. Dans ces pages, les liens tissés interpellent et donnent une vision nouvelle d’une époque révolue mais pas si lointaine.

Et, dernier élément qui m’implique dans ce roman : la course, le marathon, l’envie de se surpasser et de se garder en forme physique… Décidément, Thomas MARTINELLI a mis beaucoup d’ingrédients dans ce livre qui me sont chers. Je suis très heureuse d’avoir découvert cet univers. J’ai vraiment hâte de découvrir la suite. Encore bravo pour ces intrigues bien construites.

A découvrir lorsqu’on aime le contexte d’espionnage et les traques.

Le résumé en autoédition – 23 décembre 2019 : Dans son village de l’arrière pays niçois, tout le monde adore Margo.
Mais Margo a un secret. Pour commencer, ce n’est pas son vrai nom.
Depuis qu’on a usurpé son identité et volé sa vie, elle a dû subtiliser celle d’une autre.
Aujourd’hui, Margo a peut-être une chance de redevenir Émeline, en confrontant celle qui lui a tout pris un an plus tôt.
Il lui faudra la traquer jusqu’au fin fond de la Norvège, en prenant le risque de tout perdre une seconde fois.

Pour découvrir l’auteur : Après un bac scientifique obtenu à Nice, il choisit finalement de suivre sa passion en intégrant une école de cinéma parisienne, où il apprend les rudiments du montage, de l’écriture, et de la production. Alternant régie et production, il participe dès 2001 aux tournages français et étrangers de nombreuses publicités, long-métrages, téléfilms, et clips musicaux, à Paris et en régions. Lorsqu’il n’est pas sur un plateau de tournage, Thomas collabore depuis 2005 avec son coauteur Christophe Martinolli, niçois comme lui.
Pour leur première diffusion TV, ils écriront 3 épisodes de la saison 2 de la série jeunesse fantastique « DEJA VU » tournée entre Singapour et le Vietnam, diffusée sur France 2, France 4, et la RTBF, puis vendue en Italie et au Canada.
Depuis 2007, il a produit une série de dix court-métrages intitulée FEMMES TOUT COURT écrits par Christophe Martinolli, dont la plupart ont été diffusés sur TV5.
Courant 2013, ils signent leur première bande-dessinée avec les Humanoïdes Associés. Il s’agit de « SEUL SURVIVANT », une trilogie fantastico-réaliste destinée aux marchés américains et européens. Aujourd’hui, Christophe et Thomas développent des projets de séries avec le romancier scénariste Samuel Delage. 2020, Thomas publie son premier roman MARGO.

Mes attentes de lecture pour… Son espionne royale de Rhys BOWEN

Voici une rubrique que je réactive : « mes attentes de lecture« . L’objectif est d’énoncer tout ce que la couverture évoque et imaginer le contenu du livre en cours. Je commence pour 2021 avec Son espionne royale de Rhys BOWEN. C’est parti !

Voici la couverture, toute parée de vert. Son espionne royale mène l’enquête est le point de départ d’une série qui, à ce jour compte six tomes. Une promesse de ne pas s’ennuyer si l’héroïne me plaît et si ses aventures me tiennent en haleine.

Le résumé des éditions ROBERT LAFFONT – 06 juin 2019 : Sa première mission royale : espionner le prince de Galles. Londres, 1932.
Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugenie, fille du duc de Glen Garry et Rannoch, trente-quatrième héritière du trône britannique, est complètement fauchée depuis que son demi-frère lui a coupé les vivres. Et voilà qu’en plus ce dernier veut la marier à un prince roumain !
Georgie, qui refuse qu’on lui dicte sa vie, s’enfuit à Londres pour échapper à cette funeste promesse de mariage : elle va devoir apprendre à se débrouiller par elle-même.
Mais le lendemain de son arrivée dans la capitale, la reine la convoque à Buckingham pour la charger d’une mission pour le moins insolite : espionner son fils, le prince de Galles, qui fricote avec une certaine Américaine…

Je me lance donc dans un Cosy Mystery Book qui se déroule au Royaume Uni dans les années 1930. C’est de bon augure puisque j’ai déjà des séries en cours dans le même genre : les Rendez-vous avec … de Julia CHAPMAN et Les Mystères de Honeychurch… de Hannah DENNISON qui, eux, se passent dans nos années. Changement de siècle, j’en suis ravie… car forcément, cette série va se distinguer des autres pour m’apporter de nouvelles émotions !

J’ai lu les cinq premiers chapitres pour me faire une idée de l’héroïne. Georgia (pour les intimes) et Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugenie (pour le grand monde) est de souche royale, vingt-et-un an, libre mais pas encore autonome… car malgré ses origines nobles, elle est sans le sou. C’est à ce moment que commence son aventure : que va-t-elle faire de sa vie ? Son futur devrait rimer avec mariage mais cette idée n’est pas dans ses projets.

Lorsque je découvre le nom de Darcy O’Mara, ma curiosité s’aiguise. Darcy… un présage d’une romance digne des plus beaux rêves (Orgueil et Préjugés)… et O’Mara comme O’Hara (Autant en emporte le vent)… Franchement, avec de telles références, je ne peux que me régaler !

Rajoutons à ce livre, un soupçon de suspense et une intrigue policière… de l’humour et de la bonne humeur… je suis preneuse ! Car, déjà, dès les premières pages, je me régale. Je n’en suis qu’à la mise en place des personnages et du contexte, mais l’ensemble me plaît.

Première mission : espionner le Prince de Galles qui fricote avec une « femme » (pas une Lady…)… Et qui lui ordonne cette enquête ? La Reine elle-même ! Cela promet quiproquos et situations inconfortables, vous ne pensez pas ? J’envisage des obstacles en pagailles, de l’action et des rebondissements, des faux-semblants… La couverture sereine et la posture de cette femme contenue ne semblent n’être que tromperies ! Je sens Georgiana, bouillonnante et pétillante, prête à tout pour vivre et pour assumer cette nouvelle responsabilité… Une aventure et une promesse d’une lecture fort agréables !

Avez-vous les mêmes ressentis que moi ? Avez-vous déjà découvert cette série ? Est-elle en prévision de vos lectures ? Est-elle dans votre PAL à attendre sagement que l’envie vous réveille le souvenir de ce petit bijou ? Ai-je raison de me lancer ? J’attends vos commentaires avec imaptience.

Très bientôt : mon avis… A venir.

Chut ! Je lis…

Après une formidable aventure dans le monde de Thomas MARTINETTI (chronique à venir), je reste dans les thrillers et policiers avec Sur le toit de l’enfer.

Je me souviens que ce livre m’avait fait de œil lors d’un précédent Cold Winter Challenge, en raison de sa couverture enneigée et de cette femme au manteau rouge marchant dans une forêt blanche. Je l’avais gardé dans un coin de ma tête pour oser, aujourd’hui, le découvrir. J’attends toujours le moment propice où mes envies coïncident avec ma curiosité littéraire. C’est le cas… Je fonce.

Là encore, dès les premiers chapitres dévorés, l’ambiance qui me séduit le plus. Ilaria TUTI a une plume élaborée qui provoque des images mentales parfaites pour créer le contexte et pour faire naître des émotions fortes.

Je crois que ce roman va beaucoup me plaire. Les deux temps de la narration présent/passé ne sont pas étrangers à cet attrait…

Bientôt, viendra mon avis… très vite même. En patientant un peu, peut-être pourriez-vous me donner votre avis sur ce policier qui a maintenant 1 an (sorti le 10 octobre 2019) : qu’est-ce qui vous a attiré dans ce livre, Sur le toit de l’enfer d’Ilaria TUTI ?

Chut ! Je lis…

Aujourd’hui, je remercie Thomas MARTINETTI pour ce service presse, via le blog NetGalley. Je suis en train de lire un thriller dont le thème principal est l’identité et l’usurpation d’identité.

Qu’est-ce qui m’a conduite vers Margo, tome 1 : Second souffle ? En premier, ce fut la couverture. J’aime cette silhouette de femme et ce paysage de montagne. D’autant plus que le point de départ de ce roman est ma région : l’arrière-pays niçois. Après le carnage de la tempête Alex et la situation sanitaire mondiale, l’auteur, Thomas MARTINETTI, a choisi de changer l’année du déroulement de cette histoire. De 2020, il a préféré l’ambiance de 2019… Des petits détails qui provoquent ma curiosité et cette lecture.

Après les romances, j’avoue avoir envie d’autre chose.

Après le Danemark, pays de Clara, la précédente héroïne de Sur ma liste de Rosie BLAKE, me voici embarquée dans un autre pays encore un peu plus au Nord de l’Europe… Les pays scandinaves, l’ambiance et la réputation des thrillers et policiers suédois me charment aussi beaucoup. Me voici donc, intriguée et plongée dans les premières pages de Margo, le tome 1, Second souffle… en espérant que ce premier opus me donne envie de suivre les aventures futures.

Mon avis dans quelque temps… A très bientôt. Si vous souhaitez me laisser un commentaire de lecture sur ce roman, je serai enchantée de vous lire.

Même pas morts de Marc MARGO

Le résumé des éditions DE BOREE – 20 mai 2020 : Août 2013. Le commissaire Paul Antonelli part avec sa femme et sa fille à La Baule rejoindre ses parents pour passer des vacances tous ensemble. Mais à leur arrivée, les grands parents ont disparu… Paul va donc remuer ciel et terre pour les retrouver. Mais c’est dans leur passé que se trouve la clé : quand Anna, sa grand-mère, fut sauvée du ghetto de Varsovie. Pour retrouver ses parents, le commissaire devra faire la lumière sur les non-dits familiaux, qui le mèneront dans les milieux néo-nazis…

Deuxième partenariat avec la maison d’édition DE BOREE et j’ai adoré. Je remercie Virginie BOURGEON pour ce SP et pour cette découverte. Le roman de Marc MAGRO m’a convaincue et m’a bien divertie.

Nous sommes dans la vie quotidienne d’un commissaire, dans les secrets familiaux, dans son inquiétude. En arrivant à La Baule, en vacances, ses grands parents ont disparu.

C’est un véritable retour dans le passé, dans la jeunesse d’Anna, sa grand-mère, dans un aperçu du Ghetto de Varsovie. Une enquête, policière et intime, mêlant souvenirs, remords, rancunes et présent et avenir, entre les complots, les destructions massives, la relation parent-enfant, aigreur et bonheur, dissimulations et punitions.

Dans ce roman, on voyage dans le temps et entre deux régions. On ne perd ni le côté humain, ni historique. On vit au rythme du policier et du père. J’ai trouvé intéressant l’assemblage du professionnalisme, de l’intime et du personnel. Au coeur de cette histoire, des personnages coloriés et brillants comme le partenaire professionnel, Julien Dolons ou l’épouse et l’enfant, Lise et Annabelle, perspicace et intuitive ou l’homme invisible, guetteur et chasseur…

Un récit remarquable et intéressant qui m’a convenue dans sa construction et pour les thèmes abordés, par le contexte, le mystère et cette traque des Nazis à travers le temps. Je pressentais que j’allais passer un bon moment. Le choix du livre est parfait.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ ♡

Rendez-vous avec la ruse : COUP de COEUR

Le résumé des éditions ROBERT LAFFONT – 22 octobre 2020 : Enquêter sur un adultère ? Ce n’est pas vraiment le rêve de Samson et Delilah, les détectives de l’Agence de Recherche des Vallons. Seulement voilà, la demande vient de Nancy Taylor, une femme charmante à laquelle on ne peut rien refuser. L’infidèle, quant à lui, est le maire, mais aussi un respectable entrepreneur et l’ex-beau-père de Delilah. Diable ! Le duo va devoir marcher sur des oeufs…
Or Samson et Delilah découvrent qu’une affaire peut en cacher une autre. Et que ruses, fourberies ou tromperies sont bien plus présentes à Bruncliffe qu’ils ne le croyaient.

J’ai un véritable COUP de COEUR pour cette lecture.

Je suis enchantée de la densité des intrigues. Toutes les scènes de cette aventure ont leurs lots de suspense et d’intensité d’émotions. Courtes, rythmées, diversifiées, j’ai aimé l’alternance des actions des personnages. Pas un brin d’ennui dans ce tome 6. C’est même mon préféré.

Le point de départ : une enquête pour un adultère… qui ? La femme du maire qui a des doutes. Est-ce le seul fil conducteur ? Pas vraiment et c’est ce qui me plaît dans cette série. C’est la multitude des intrigues qui se croisent, qui commencent dans un tome et se poursuivent dans un autre… Julia CHAPMAN a des compétences certaines pour nous remémorer un indice ou une préoccupation ancienne (comme la bouchère qui s’inquiète pour sa devanture « arrosée » chaque nuit…). J’ai plaisir à savoir que cette ancienne enquête n’était pas donnée innocemment. La moindre description a son importance.

Qui est le meurtrier dans ce nouvel opus ? Là encore… (ne comptez pas sur moi pour vous spoiler !)… je suis restée bouche bée et souriante de cette ruse. Et oui ! Une ruse… Oui, un subterfuge du destin et de l’auteure ! Qui l’eut cru ? Il faut vous y attendre : c’est énoncé dans le titre (ah ah !).

Dans les points positifs de ce roman, il y a aussi la montée d’intensité dans les situations policières. La mafia, le trafic, le meurtre sont désormais les risques et les dangers que rencontrent nos deux héros… et là encore, l’écrivaine sait attiser notre curiosité… Rendez-vous dans le prochain tome. Je ne manquerai pour rien au monde la prochaine aventure !

Je n’ai qu’une crainte : que cette série s’arrête ! Peur, excitation, anticipation… vivement la suite !

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ ♡ ♡ COUP de COEUR.

Arnaques et petits meurtres d’Hannah DENNISON

Le résumé des éditions CITY EDITIONS – 18 mars 2020 : Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pour Kat Stanford. Son commerce d’antiquités a le vent en poupe et elle a un nouveau petit ami. Mais la vie, c’est comme la météo dans la campagne anglaise  : le soleil ne dure jamais et le mauvais temps arrive toujours trop vite. Les choses dérapent quand Kat découvre le cadavre d’un homme avec qui elle a eu une altercation lors d’une foire aux antiquités. Pire  : le lendemain, elle tombe sur une deuxième mort mystérieuse… Une fois ce n’est pas de chance, mais deux, ça ne peut pas être le hasard. Apparemment, quelqu’un lui en veut. Mais qui  ? Est-ce pour la faire accuser ou bien est-elle la prochaine sur la liste de l’assassin  ? Bien obligée de reprendre du service, Kat doit mener l’enquête et naviguer dans les eaux troubles du mensonge et de la trahison.

C’est certainement le meilleur des quatre tomes que j’ai lus, le plus élaboré au niveau de l’enquête, le plus effrayant pour notre héroïne, le plus déstabilisant aussi pour elle… Une situation où mère et fille se taquinent joyeusement, où leur complicité réchauffe le coeur… Une intrigue où Shawn perd aussi de son mystère et de sa superbe. Bref, je suis bien entrée dans cette enquête même si le thème de l’écologie et de la protection de l’environnement ne me passionnent pas en littérature, même si je me moque un peu de l’estimation des ours en peluche ! Tous ces prétextes sont bien amenés, les nombreuses directions que prend ce roman sont bien cadrées et bien construites. J’ai vraiment hâte d’avoir la suite des aventures de Kat.

Avec ce tome, on s’écarte de notre Petit Prince Harry qui tient toujours un rôle important sans s’en rendre compte… on débute avec la comtesse qui sera mise de côté (provisoirement), on perd de vue Lavina… on se focalise sur la nouvelle amie de la mère de Kat… sur le Major et la rivale Cassandra… Toutes les anciennes aventures reviennent avec de petits rappels nous informant que l’ensemble de la série est bâtie avec intelligence.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ ♡

Impasse des demoiselles de Sylvie BARON

Le résumé des éditions DE BOREE – 10 septembre 2020 : Dans la vieille cité thermale de Chaudes Aigues, les ruines de l’ancienne tannerie sont le terrain de jeux favori d’une petite bande d’adolescents, inséparables jusqu’au jour où la mort tragique d’Agnès met fin à leur complicité. Dix ans plus tard, Nine Larrige, partie à Paris après le drame, fait un retour triomphant chez sa soeur Sophie, restée au pays et mariée à Adam, l’ancien complice de son adolescence. Nine souhaite restaurer les ruines pour y construire des chambres d’hôtes spécialisées dans la détox vegan ! Ce projet fantasque n’est pas le seul à perturber la quiétude du village : Agnès, qu’on croyait morte, a refait surface ! Que s’est-il donc vraiment passé il y a dix ans ?

Nouveau partenariat entre mon blog et la maison d’édition De Borée : Je suis enchantée et fière de vous faire découvrir les romans et les documentaires de cet éditeur, tous très proches de nos régions françaises.

Je remercie Virginie Bourgeon, l’attachée de presse des éditions De Borée et Sylvie BARON, l’auteure, pour cette découverte et cette lecture.

Sophie, Lou et Nine représentent la famille Larriges. Trois sœurs aux personnalités bien distinctes. Nine est la plus ensoleillée et vive, l’aînée. Sophie vit dans le concret. Elle est femme et mère de famille, ayant la responsabilité de deux jumeaux et de sa belle-mère. La cadette, Lou, est effacée, absente, fantomatique. Cette dernière vagabonde dans les ruines d’une ancienne tannerie abandonnée. Le retour de Nine est lié à un projet ambitieux : redonner vie au bâtiment délabré.

Le contexte de cette histoire à suspense se déroule dans le Cantal, à Chaudes-Aigues, une station thermale aux sources bouillonnantes. Loin de la ville, de sa modernité, plutôt centrée sur le passé, le monde rural et les rumeurs. D’ailleurs, le triste sort d’Agnès est un événement qu’aucun habitant ne peut oublier. La jeune skateuse est morte dix ans plus tôt, le visage écrabouillé par une poutre de la tannerie déjà abandonnée.

A cette époque, le groupe d’adolescents qui entourait cette gamine a juré le mutisme. Avec le temps, chacun a vogué sur le chemin de son destin. Le retour de Nine remue les douloureux souvenirs. Les accusations et les vieilles rancœurs agitent ce petit monde…

Le lecteur est à l’affût du moindre faux pas, du plus petit détail anormal dans cet accident.

Ce roman de 300 pages est dense. Les dialogues prédominent sur l’action. J’assite aux échanges entre les différents protagonistes.

Le livre débute avec le point de vue mélancolique et amer de Sophie, puis d’Adam, son mari peu affirmé, incapable de s’accomplir professionnellement dans ce monde reclus et abandonné des touristes la plupart de l’année. A la finale, c’est Nine qui est au centre de cette aventure et c’est, la plupart du temps, à travers son regard, qu’on dénouera les intrigues liées à cette tragique affaire.

Suspens et intrigues sont bien ficelés. On avance lentement dans la découverte de cette atmosphère lourde, dans le passé de cette bande de skateurs et d’adolescents, ouvrant pas à pas les secrets, démasquant les caractères, cherchant la faute.

L’histoire se termine sur une pointe de romance qui est bienvenue pour adoucir les drames.

C’est une belle découverte, dans une ambiance sombre. Ce roman se destine à ceux et celles qui aiment les romans de terroirs, les secrets douloureux, les intrigues psychologiques.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ et 1/2 ♡