La femme d’un homme : thriller psychologique

Étiquettes

, ,

Bon sang ! Que cette histoire est troublante ! Je m’entendais à une romance… Regardez cette couverture : ces deux corps enlacés, parfaits… On imagine très bien la-femme-dun-hommeles visages… Et pourtant, ils n’y sont pas ! Alerte…

Tout semble parfait. Tout est parfait jusqu’au deuxième paragraphe… Alerte rouge ! Jodi est une meurtrière. Ce n’est pas moi qui l’invente, c’est l’auteure qui nous le précise au cas où on se bercerait d’illusion avec cette couverture (comme moi !).

Voici les premières lignes (petit clin d’œil à notre inventrice de ce petit mode de découverte des livres, Ma Lecturothèque, CLIQUEZ ici pour découvrir d’autres débuts de roman) :

ELLE

Septembre est arrivé. Jodi Brett prépare le dîner. De la cuisine américaine de l’appartement, elle a une vue dégagée à travers le salon, jusqu’aux fenêtres orientées à l’est et, au-delà, vers une étendue d’eau et de ciel, que la lumière du soir mêle en un bleu uniforme. L’horizon, ligne fine aux nuances plus sombres, semble tout proche, on pourrait presque l’effleurer. Elle apprécie cet arc qui se dessine, il lui donne l’impression d’être entourée. Ce sentiment de protection que lui confère son nid perché au vingt-sixième étage est ce qu’elle aime par-dessus tout.

À quarante-cinq ans, Jodi se considère toujours comme une jeune femme. Elle ne pense pas à l’avenir, elle vit intensément l’instant présent, s’inscrivant dans le quotidien. Elle part du principe, sans y avoir jamais vraiment réfléchi, que son monde va continuer de tourner ainsi, de façon imparfaite certes, quoique tout à fait convenable… En d’autres mots, elle n’est en rien consciente que sa vie atteint désormais son apogée, que la résilience de sa jeunesse – lentement érodée par vingt années en couple avec Todd Gilbert – approche l’anéantissement, que ce qu’elle croit savoir d’elle-même et de la façon dont elle doit se comporter est beaucoup moins figé qu’elle ne le pense, si l’on considère qu’il suffira de quelques mois à peine pour faire d’elle une meurtrière.

Résumé du LIVRE de POCHE :

Elle c’est Jodi. Lui c’est Todd. Elle est une femme d’intérieur idéale et une psy de renom. Il a le charisme et la gloire de ceux qui réussissent. Elle l’aime aveuglément. Il la trompe allégrement. Elle et lui forment le couple parfait, en surface. Mais les apparences peuvent-elles longtemps rester trompeuses ?

Ne vous laissez pas avoir, ce roman est un thriller psychologique de A.S.A HARRISON, tel les Apparences de Gillian FLYNN. Les deux sont-ils comparables ? Je ne sais pas : je n’ai jamais lu de livres de Gillian FLYNN. Juste tendue l’oreille à chacune de ses parutions très remarquées !

Quelle est mon impression ?

Psychologique, ce thriller l’est incontestablement. L’auteure maîtrise l’art des apparences et nous les livre pour mieux nous disséquer ce qui s’y cache. L’écriture est maîtrisée, lente, à la manière d’un observateur qui traque le moindre indice. Un chapitre nous décrit « ELLE », le suivant « LUI ».

On se plairait à découvrir une crise, au vu des circonstances, l’adultère et la trahison de la confiance, mais les personnages sont d’une maîtrise qui donne froid dans le dos. Ils agissent comme lorsqu’ils étaient toujours ce couple amoureux, froidement, mécaniquement, à la mesure de l’autre, dans des gestes habituels et sournois, maîtrisant les non-dits et les faux semblants.

C’est un roman noir, un roman inquiétant… un roman où l’action est secondaire mais où les méandres de l’esprit se dévoilent comme de grosses toiles d’araignée qui nous emprisonnent. C’est un roman qu’on lit, page par page, lentement, sans précipitation. Un livre que l’on pose aussi et souvent, pour fuir cette atmosphère anxiogène et étouffante. Plus on avance dans la narration, plus les liens deviennent étriqués et impossibles.

Au début, on se réjouit : l’auteure passe brutalement d’une phase de destruction à une autre, sans heurts, sans cris… Puis, on se dit que tout aurait été plus sain, s’ils avaient parlé, s’ils avaient vidé leur colère et leur désarroi…

Cette histoire est tout autre. Préparez la haine et les coups de poignard sournois… les coups bas… les silences… l’inimaginable !

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥ ♥

Le plus bel endroit du monde est ici ! Oui…ici !

Étiquettes

, ,

Dimanche soir… le weekend fut consacré à mon loisir préféré : la lecture : Trois livres lus… Trois œuvres différentes. Dont celle-ci de Francesc MIRALLES, le plus bel endroit du monde est ici.

le-plus-bel-endroit-du-monde-est-icicVous me croirez (ou pas), quelques courtes heures suffisent à lire cette petite œuvre du bonheur. Une fois commencée, je n’ai pu la reposer. Il fallait que je poursuivre le cheminement de notre auteure et de son héroïne. Je ne pouvais les abandonner. Lire la suite

Déjà ! Là où tu iras j’irai de Marie VAREILLE

Étiquettes

, , ,

Aussitôt publié, aussitôt commandé… Quant à ma lecture, j’ai essayé de la faire traîner en longueur pour la savourer pleinement. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut lire Marie VAREILLE !

Ma connexion internet est toujours aussi catastrophique dans ce coin du monde, il faut que j’use de stratagèmes « einsteiniens » pour télécharger le document et pour accéder à mon blog. C’est chose faite ! Me voici critique maintenant… Lire la suite

La ronde des saisons de Lisa Kleypas : Un diable en hiver

Étiquettes

, , ,

Je ne vais pas tergiverser dans tous les sens : la magie de cette série s’estompe sur moi. J’ai un problème avec le diable ! Lire la suite

Crescendo ! La ronde des saisons de Lisa Kleypas : Secrets d’une nuit d’été

Étiquettes

, , ,

Je vais vous chroniquer cette romance à l’envers ! Oui, comme je me suis régalée à lire cette histoire, (somme toute banale en considérant le résumé), comme j’étais impatiente de poursuivre ma lecture (voire totalement subjuguée), je vais partir de ce qui est le plus ordinaire dans cette histoire pour aller vers ce qui m’a charmée irrémédiablement.

Allez ! Je tente la « chronique escalier » en cinq marches. Ça vous va ? Lire la suite

Le mec de la tombe… : je ne suis pas tombée à côté !

Étiquettes

, , ,

Avec beaucoup d’hésitations, je suis entrée dans ce petit roman de Katarina MAZETTI. Il est relativement ancien mais je n’avais jamais franchi le cap. Tout est question de rencontre avec les livres et les personnes… Je n’étais pas prête.

Hier, je suis allée visiter quelques avis et j’ai encore failli repousser ma lecture. Aujourd’hui, je ne regrette pas mon incursion dans ce livre particulier. Je l’ai même aimé. Il m’a parlé. Il m’a séduite. En quelques mots, voici pourquoi… Lire la suite