Mon avis sur le premier tome de la sage New-Zélandaise : le pays du nuage blanc


Mon avis copie

Avec un titre pareil, Le pays du nuage blanc, le lecteur (la lectrice, en général pour ce genre de littérature) tombe à coup sûr sur une romance historique. Il (elle) sent l’odeur du parfum à l’eau de rose et il (elle) ne se trompe pas.

Je m’attendais à une histoire d’amour. On pourrait comparer celle-ci aux Oiseaux se cachent pour mourir.

le pays du nuage blancL’action se déroule en Nouvelle-Zélande, en plein XIXème siècle. Les ladies  et les gentlemen anglais investissent les terres des Maoris, pacifistes, pour y développer l’élevage des moutons et faire fleurir leurs richesses… quelquefois à la recherche d’or, aussi, et d’un commerce fructueux.

L’auteure, Sarah Lark, s’attelle à écrire un roman de plus de 700 pages, puis un second tome, puis un troisième (tous aussi denses). L’histoire se déroulera sur plusieurs générations et chacune aura sa problématique.

Dire que j’ai été passionnée par cette première histoire n’est pas juste. Dire qu’elle m’a déplu, ce serait aussi faux. Il existe dans ce livre des aspects agréables et des points que je soulignerais comme plus négatifs, à mon goût. Mais ceci n’est que mon avis !

L’écriture de Sarah Lark est précise et recherchée. Elle n’est pas avare de descriptions. Je n’ai pas perçue de paragraphes inutiles. Son langage est plutôt soutenu sans utiliser de formulations trop pompeuses. L’auteure conte l’histoire d’une manière neutre et parfois, dévoile les sentiments apparents d’un personnage, puis d’un autre en restant centrée sur les principaux.

L’ambiance est correctement dépeinte. Les lieux sont décrits. Le décor est planté avec justesse. Pour cela, le roman est une réussite. Le lecteur perçoit les Alpes New-Zélandaises, la verdure, les pâturages et les moutons par milliers, dans un brouillard léger…

L’ambiance du roman vogue entre les règles anglaises, la volonté de les imposer et la sagesse et la quiétude du peuple indigène. Je pense que Sarah Lark est très bien documentée. Le pacifisme des Maoris est réel. On ressort du roman avec une connaissance intelligente de ce peuple, de ses coutumes, de ses croyances et de sa langue. J’ai beaucoup aimé ce côté culturel du roman.

Les personnages principaux, deux jeunes femmes anglaises déracinées de leur terre natale, sont vivantes et bâillonnées par les convenances. Elles ont une personnalité affirmée mais n’agissent que dans le contexte social qui leur est imposé. Cela semble plausible. Le roman ne véhicule pas d’incohérence, à ma connaissance.

L’histoire de ces deux femmes suit aussi une évolution cohérente. un mari, une situation au regard de celle qu’elles ont quittée, un enfant, une existence à l’image de leur caractère et leurs espérances en la vie. Le lecteur suit leurs aventures avec intérêt sans être très surpris de la tournure des événements.

Alors qu’est-ce qui cloche dans cette romance, d’après moi ?

Selon moi, il manque au pays du nuage blanc, la passion et la fougue. Autant il faut deux centaines de pages environ pour connaître ces deux femmes et leur environnement, qu’il ne faut qu’un ou deux paragraphes pour décrire cet amour neuf et magique et ses conséquences, pour repartir dans des existences étriquées et entièrement guidées par le monde profondément masculin de l’époque.

Il n’y a pas de superflu dans ce roman. Tout est raconté et juste ; les moments les plus palpitants sont réduits à leur juste valeur (insignifiante) dans la narration des deux vies. Je pense que l’auteure veut garder le fil de son histoire et ne pas s’appesantir sur les émotions et les sentiments, au regard de cette société qui ne prenait jamais en compte l’humeur et les désirs des femmes et la volonté des « peuples inférieurs ».

Ce livre est comme un tableau impressionniste que le peintre aurait esquissé en plein après-midi. Celui-ci s’interdirait quelques dernières retouches parce que le soleil serait voilé et que les couleurs du soir domineraient sur celles de l’après-midi… Il voudrait poser sur sa toile ses émotions mais ce ne serait pas la réalité : il tromperait ses admirateurs en retouchant les teintes, les ombres et les éclairages. Sara Lark a réalisé avec précision un tableau de cette société coloniale anglaise en Nouvelle-Zélande. Elle ne peut être plus romantique que ce siècle ne le permettait. La passion n’existait que dans le cœur et les rêves de ses héroïnes. La réalité était tout autre. Son roman est ainsi…

En bref : J’ai lu avec avidité et intérêt ce premier tome. Je ressors de ma lecture avec une dose insuffisante de romantisme comparée au nombre de pages important de ce roman. Je ne me suis pas ennuyée mais cette histoire manque de passion, mis à part celle de la terre et de l’élevage. Sara lark a certainement voulu être au plus près du contexte social de l’époque et du lieu.

Mon évaluation : ♥ ♥ ♥

Publicités

7 commentaires sur “Mon avis sur le premier tome de la sage New-Zélandaise : le pays du nuage blanc

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :