Changer l’eau des fleurs : un très gros coup de coeur

Des chroniques élogieuses, j’en ai lues des dizaines. Pourtant, je n’avais pas ouvert ce roman, je ne l’avais pas acheté, je l’avais même boudé. Pourquoi ? Le sujet, sans doute. Le contexte : un cimetière ? Est-ce bien un lieu que j’ai envie de connaître ? Non, pas vraiment… Ai-je la patiente et l’envie d’écouter les chagrins ou les regrets ? Décidément non. L’éditeur parle « d’entremêler le tragique et le cocasse » : j’étais sceptique et pas motivée par ce genre de lecture. Pourtant…

Pourtant, j’aurais fait une grosse erreur en passant à côté de ce merveilleux roman. J’aurais raté une histoire touchante, émouvante, passionnante… troublante, triste, tragique et dramatique… Ce livre est un GROS COUP de COEUR. Cet attachement est le bienvenu en ce 31 octobre et triste 1er novembre.

PARFAIT. Parfait parce que les chapitres sont courts. Ils invitent à se plonger davantage dans les vies des vivants et des morts. MAGNIFIQUE parce qu’au-delà de la perte et du chagrin, il y a la vie, l’existence terrible de Violette Toussaint qui traverse les obstacles du destin avec courage. Ce livre, c’est sa rencontre avec d’autres, avec elle-même aussi. TRISTE et profondément TOUCHANT.

On tremble pour cette anti-héroïne. Sa jeunesse est une défaite, sa vie, un combat, son futur, une quête. Dans ce roman, le suspense m’accompagne. Certes, pas comme un roman policier mais l’intrigue est solide et il aurait été impossible de ne pas connaître le fin mot de cette affaire. L’auteure ne fait pas que dépeindre un lieu, un contexte, une vie. Elle use de stratagèmes pour nous impliquer dans sa narration : plusieurs expériences à suivre, des retours dans le passé, le croisement de personnages, Violette Toussaint, elle-même, qui est observatrice et actrice de ce monde.

Comme tous romans, avec efficacité, Changer l’eau des fleurs m’invite à une réflexion sur le « après » la vie et davantage encore, sur le présent. Comment le vivre ? Comment l’éprouver et le surmonter ?

J’aime la plume poétique de Valérie PERRIN, que j’avais déjà découverte avec les oubliés du dimanche. J’aime sa sensibilité, les sujets qu’elle aborde. J’aime ses personnages tendres et bienveillants, ceux aussi que je jugerais moins attachants mais qui ont eux-mêmes une sensibilité et un fonctionnement, des êtres vrais que l’on pourrait rencontrer et que l’on connaît.

Ce livre est un roman lumière. Il brille par son originalité. Il rayonne par ses bons sentiments. Il donne à réfléchir. Il est incontournable…

Mon évaluation : COUP de COEUR EMOTIONS ♡ ♡ ♡ ♡ ♡

Le résumé des éditions LIVRE DE POCHE : Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se confier et se réchauffer dans sa loge. Avec la petite équipe de fossoyeurs et le jeune curé, elle forme une famille décalée. Mais quels événements ont mené Violette dans cet univers où le tragique et le cocasse s’entremêlent ?

8 commentaires sur “Changer l’eau des fleurs : un très gros coup de coeur

Ajouter un commentaire

    1. J’insiste : c’est impossible de passer à côté de ce roman. Il est bien construit, émouvant, touchant.
      Je l’ai aussi boudé pour différentes raisons : le contexte, le titre qui inspire la monotonie, l’illustration… C’était une erreur de jugement de ma part. Je t’invite à entrer dans les premiers chapitres… Cette histoire est surprenante. Jamais je ne pensais entrer dans la vie de Violette, cette vie-là, ce secret-là… Il m’a fallu deux jours pour le lire. Je ne pouvais plus m’arrêter, tant je voulais connaître les destinées de ces êtres. Je n’ai vraiment pas été déçue, j’ai été même surprise de ses qualités (peut-être aussi parce que je partais avec des préjugés).
      J’avais aimé les oubliés du dimanche, j’ai adoré Changer l’eau des fleurs… J’attends avec impatience le prochain roman de Valérie PERRIN. Les yeux fermés, je l’achèterai… Quel plaisir, cette plume ! Quelle émotion avec ses histoires !
      Allez fonce !

      Aimé par 1 personne

  1. Je te rejoins: c’est un livre à lire. Tout simplement parce qu’il procure des émotions simples: on rit quand Violette raconte des anecdotes drôles, on pleure quand elle est en plein coeur de SON drame, on a envie de crier « c….sse » à la mère de Philippe et « bon débarras » quand celui-ci part…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :