Le bruissement du papier et des désirs de Sarah MacCoy

Le résumé des éditions Michel LAFON :

1837, île du Prince-Édouard, au large du Canada. Marilla Cuthbert, 13 ans, mène une vie tranquille dans le cadre enchanteur de la campagne, avec ses parents et son frère aîné, Matthew. À la mort brutale de sa mère adorée, Marilla se jure de veiller toujours sur son père et son frère. 

Cette décision va entraîner sa vie entière. Désormais, elle se consacrera aux autres. Sacrifiant son amour pour John Blythe, elle décide de se battre auprès des plus démunis, les orphelins en particulier. Visionnaire, elle se révolte contre les mœurs de son temps et rejoint les rangs d’anciens esclaves affranchis afin que soit abolie la traite des Noirs. Mais ce combat pour la liberté a un prix : l’hostilité croissante de l’ordre établi. Chaque jour qui passe fait courir à Marilla un danger sans cesse plus grand.

J’aime beaucoup la plume de Sarah McCOY. Elle est poétique, descriptive et émouvante. Elle m’embarque dans des univers, des contextes et des périodes historiques qui sont tellement différentes de mon quotidien. Ses romans me charment et me conquèrent. Un réel plaisir !

Ses personnages sont travaillés et merveilleusement riches. Ils ont des failles et des faiblesses. Ils se construisent, ils se révèlent et s’épanouissent dans une vie presque inenvisageable d’un prime abord. Ils possèdent des ressources inestimables qui les conduisent vers un bonheur particulier, un équilibre qui leur sied, entre vie personnelle et dévotion professionnelle. Je pense à mon énorme coup de coeur : le souffle des feuilles et des promesses. J’ai adoré cette volonté de bâtir des horizons nouveaux, ce couple magnifique qui s’éprend sans jamais perdre de vue son propre épanouissement et son accomplissement.

Marilla Cuthbert est une héroïne toute en force et en ambiguïté. Elle est issue d’une famille modeste et trouve les moyens d’obtenir une reconnaissance sociale, tout comme les autres héroïnes des histoires de Sarah McCoy. Elle aime passionnément, comme toutes ces femmes un peu extraordinaires qui peuplent les pages de ses livres. Seulement, celle-ci se cache derrière une promesse qui lui coûte son bonheur au quotidien et sa joie de vivre. Elle se dévoue à son père et à son frère puis à une cause qu’elle rencontre un peu par hasard. Elle n’est pas douée pour les choix personnels et intimes, elle s’oublie au profit des autres. C’est noble et terrible à la fois.

Ce personnage féminin me rend profondément triste. Elle a un bon fond, les épaules solides, l’âme charitable mais elle est dure avec elle-même au point de commettre des bévues irréparables, lourdes de conséquences. Elle est sans faille auprès des siens et de son entourage. Elle s’oublie, elle apprend à mettre de coté ses vrais sentiments.

Un homme pâtit de son obstination, celui qu’elle aime profondément et qui lui voue une patience et une empathie unique : John Blythe. Les figures masculines de Sarah McCoy sont des personnages au charisme séduisant. Ils sont d’une patience d’ange, ils accompagnent jusqu’à la révélation, le temps, le manque et l’amour jouant en leur faveur.

Alors, l’intelligente Marilla va-t-elle tourner sept fois la langue dans sa bouche ou va-t-elle se cacher derrière une certaine image de la femme ?

Marilla est combative pour les autres. Elle se laisse guider par ses convictions qui ne sont ni entretenues pas son entourage, ni par ses raisonnements… et pourtant, ses oeillères sont si larges que rien ne semble parvenir à la dérouter. Je ne la comprends pas. Est-ce de la faiblesse ? de l’obstination ? une passion brimée par une époque et une culture ? un manque d’ouverture ?

L’histoire de cette jeune fille commence lentement, dans le questionnement et l’ignorance de l’enfance. Elle évolue dans le deuil et la culpabilité. Une pointe d’espoir nait avec la maturité. La vie lui tend la main… on espère un revirement.

Mon évaluation : ♡ ♡ ♡ 1/2 ♡

Je remercie l’auteure, les éditions Michel LAFON et Netgalley pour ce service presse et pour me donner la chance de suivre mes écrivains préférés, de me permettre de découvrir toujours plus de lectures qui m’ouvrent des horizons immenses et infinis…

Bien livresquement.

2 commentaires sur “Le bruissement du papier et des désirs de Sarah MacCoy

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :